Joonas Korpisalo
Joonas Korpisalo

Korpi ou Elvis? Une lutte de gardiens à prévoir chez les Blue Jackets

COLUMBUS — Carey Price ou Jaroslav Halak? Non, il n’y a pas qu’à Montréal où un club de la LNH est confronté à faire un choix déchirant.

Quand la saison a commencé l’automne dernier, personne au sein de l’organisation des Blue Jackets de Columbus ne s’attendait à voir une lutte de gardiens se dessiner à l’horizon.

Joonas Korpisalo et Elvis Merzlikins ont chacun saisi leur opportunité, et le duo a permis aux Blue Jackets, décimés par les blessures en 2019-20, d’obtenir leur place dans le tournoi éliminatoire de la LNH après l’annonce de l’interruption des activités en raison de la pandémie de coronavirus en mars.

Les deux gardiens âgés de 26 ans - qui ont chacun un nouveau contrat en poche - luttent de nouveau pour le poste de gardien numéro 1 de l’équipe à l’occasion d’un camp d’entraînement estival écourté. Les Blue Jackets affronteront les Maple Leafs de Toronto en série de qualification dans l’Association Est à compter du 2 août.

Les Maple Leafs ne sont pas confrontés au même problème; ils espèrent simplement que Frederik Andersen sera à la hauteur dans cette série au meilleur des cinq affrontements. Anderson, qui est âgé de 30 ans, a cependant présenté son pire taux d’efficacité (90,9) en carrière, après avoir effectué 52 départs en 70 matchs de saison régulière.

Néanmoins, à Columbus, l’entraîneur-chef John Tortorella s’est dit à l’aise avec l’idée de laisser les deux gardiens en découdre pendant le camp d’entraînement.

«Nous la permettrons (la lutte), a dit Tortorella la semaine dernière. Nous attendrons jusqu’au 2 août, peut-être quelques jours plus tôt, avant d’annoncer qui sera notre gardien numéro 1. Je ne sais pas. Ils méritent chacun cette opportunité, surtout après la saison qu’ils ont connue.»

Elvis Merzlikins

Merzlikins avait l’air plus efficace pendant les matchs simulés et pourrait avoir l’avantage contre Korpisalo, qui a connu sa part de difficultés lors d’un match simulé mardi soir - il a concédé sept buts à ses coéquipiers.

Les deux hommes ont gagné la confiance de leur entraîneur, dont la réputation d’avoir la mèche courte n’est plus à faire.

«Nous ne ferions pas partie des 12 clubs dans l’Est qui seront en action cet été si nos gardiens n’avaient pas fait le boulot, a expliqué Tortorella. Ils ont été la colonne vertébrale de cette équipe. Chacun d’entre eux a obtenu une chance de se faire valoir, et ils l’ont saisie.»

Korpisalo a obtenu le poste de partant des Blue Jackets l’été dernier lorsque le lauréat du trophée Vézina, Sergei Bobrovsky, s’est joint aux Panthers de la Floride à titre de joueur autonome. Cependant, personne n’attendait le flamboyant Merzlikins, qui est arrivé à Columbus après avoir passé six saisons à dominer la ligue de hockey professionnel suisse.

Korpisalo, un Finlandais, et Merzlikins sont amis depuis qu’ils se sont retrouvés ensemble au camp de développement des Blue Jackets en 2014.

«À l’époque, nous avions 18 ans ou quelque chose comme ça, et nous rêvions encore de jouer dans la LNH, a raconté Korpisalo. Aujourd’hui, nous sommes les deux ici, dans la LNH. C’est assez ‘cool’.»