Michaël Joly célèbre un de ses 15 buts en 47 matches à sa première année complète dans la Ligue américaine en 2018-19. Le Gatinois aux mains d’or vient de signer le plus lucratif contrat de sa jeune carrière professionnelle.

Joly se rapproche de la LNH

Ce n’est pas encore un contrat à deux volets de la Ligue nationale/Ligue américaine, mais c’est ce qui s’en rapproche le plus.

L’entente avait été ficelée il y a quelque temps déjà, mais elle a été rendue officielle cette semaine par les Eagles du Colorado. Michaël Joly a signé le plus lucratif contrat de sa jeune carrière avec le club-école de l’Avalanche. Après une saison de 15 buts et 15 passes en 47 matches et où il a pris le cinquième rang des compteurs du club à sa première saison complète dans la LAH, l’attaquant aux mains d’or disputera la saison 2019-20 en encaissant un salaire de 135 000 $US. Il a aussi obtenu un boni à la signature de 15 000 $US. Il s’agit d’une hausse substantielle par rapport à la dernière saison où il avait touché 70 000 $US avec un boni de 15 000 $US.

« Ça démontre que le club m’aime vraiment. J’espère que ce contrat m’aidera à faire le pont avec la LNH. Je me rapproche de mon rêve. J’ai une année d’expérience de plus. C’est la première fois que je passe la saison au complet dans la LAH même si une blessure aux muscles obliques à la hauteur des côtes m’a fait rater plusieurs matches. J’ai gagné en confiance. Je sais que je peux jouer à ce niveau et je sais que je peux passer à la prochaine étape », a dit l’ancien de l’Océanic de Rimouski et des Screaming Eagles du Cap-Breton en direct de Denver où il est allé s’entraîner cette semaine sous la supervision des entraîneurs spécialisés en conditionnement des Eagles.

Ce contrat vient aussi avec une invitation au camp de l’Avalanche à la fin du prochain été. Joly aura un autre objectif à ce moment.

« Je veux jouer au moins un match hors-concours. Je ne l’ai pas encore fait. Je n’ai certainement pas brûlé les étapes durant ma carrière. On ne sait jamais ce qui peut se produire dans un match. Si ça se passe bien, il pourrait y en avoir un deuxième. »

Choix de neuvième ronde dans la LHJMQ, Joly n’a jamais été repêché dans la LNH et il a passé ses deux premières années chez les pros à faire la navette entre la Ligue East Coast (ECHL) qu’il a brûlée avec 64 buts en 81 matches et la LAH.

Rendu à 24 ans, Joly sait que le temps presse. Pour le moment, il est encore considéré comme un espoir de la LNH, mais les deux prochaines années sont critiques.

« Je n’ai pas le choix. C’est une année importante qui s’en vient. Je sais que j’ai la confiance des entraîneurs de l’équipe. Ils ont de grosses attentes envers moi. J’ai joué sur la première vague de l’avantage numérique presque toute la saison. Pour la première fois de ma carrière, j’ai des entraîneurs personnels durant l’été. Les mêmes que le défenseur Calvin de Haan et les joueurs des 67’s d’Ottawa. Il faut que j’arrive au camp en forme et que je travaille mon cardio. »

Joueur le plus utile des séries de la ECHL en 2018, Joly est toujours un des favoris de la foule chez les Eagles, qui ont fait le saut dans la LAH l’an dernier. Dans l’organisation de l’Avalanche, il peut aussi compter sur un appui de taille. Le vice-président des opérations hockey, un dénommé Joe Sakic, aime le potentiel offensif illimité du Gatinois. Il n’y a que 45 minutes de route entre le domicile de l’Avalanche et celui des Eagles.

« Je sais ce que j’ai à faire. Je suis content de mon dernier contrat, mais il est encore à sens unique. On m’a dit qu’avec une bonne saison, on pourrait m’offrir un contrat de la LNH à n’importe quel moment. C’est ce que je vais viser. »