Les Jets ont remporté une première série depuis leur retour à Winnipeg en montrant la porte au Wild.

Jets contre Predators, une série qui promet

Le défenseur Tyler Myers, des Jets, est conscient que la série qui approche, contre Nashville, en est une qui s’annonce des plus relevées.

Les Predators ont mené la LNH avec 117 points, trois de plus que Winnipeg, le deuxième club à ce niveau. « Je peux comprendre à quel point ça va être une série attendue, a dit Myers. Plusieurs l’espéraient ardemment. Les joueurs aussi sont fébriles. Ça devrait être très excitant. »

En saison régulière, les Predators ont prévalu trois fois sur cinq contre les Jets. La série débutera plus tard cette semaine, au Bridgestone Arena. Winnipeg a écarté le Wild en cinq matches, mettant fin au débat vendredi. Nashville s’est débarrassé de l’Avalanche en six matches, triomphant dimanche. Des victoires éclatantes de 5-0 ont scellé le passage au deuxième tour.

Rapides et costauds, les Jets et les Predators ont quatre trios pouvant marquer. « Ça s’annonce à haut tempo, n’est-ce pas ? a dit Paul Maurice, qui dirige les Jets. Nous sommes deux clubs assez proactifs. »

Les Jets ont remporté une première série depuis leur retour à Winnipeg, à compter de la saison 2011-12. À leur seule présence précédente, en 2015, les Ducks les ont balayés en première ronde.

Les gardiens Connor Hellebuyck et Pekka Rinne sont tous deux finalistes à l’obtention du trophée Vézina. Ils ont signé 44 et 42 gains, avec des moyennes de 2,36 et 2,31.

« Il faut lui bloquer la vue (à Rinne) et se créer des deuxièmes et des troisièmes chances », a dit l’attaquant Adam Lowry, des Jets. Il est la colonne vertébrale de leur club. Il fait partie de l’élite. »

Peut-être fouetté par la fierté, Hellebuyck n’a pas accordé de but lors des deux derniers gains des Jets, contre le Wild. Lors du match précédent, il avait flanché six fois en 22 tirs, dans une victoire de 6-2 du Minnesota. « Rebondir comme ça, ça montre comment sa force mentale est incroyable, a dit Myers. Du sang-froid comme ça, c’est exactement ce que vous voulez voir chez votre gardien, surtout à ce temps-ci de l’année. »

Maurice a rappelé que le succès n’est pas qu’une affaire de gardiens. « Les tireurs vont devoir s’ajuster, dit-il. Il faut élever son jeu en conséquence. L’équipe qui va atteindre l’étape suivante est celle où le plus de gars vont mettre l’épaule à la roue. »