Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En date de samedi matin, Gaudreau avait récolté 4 points en 12 matchs dans l’uniforme des Penguins de Pittsburgh.
En date de samedi matin, Gaudreau avait récolté 4 points en 12 matchs dans l’uniforme des Penguins de Pittsburgh.

Frédérick Gaudreau «de plus en plus à l’aise» à Pittsburgh

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Au fil des ans, Frédérick Gaudreau a pu constater que le monde du hockey professionnel est parfois cruel, que les choses peuvent évoluer très rapidement. L’attaquant bromontois semble toutefois mettre toutes les chances de son côté depuis son retour dans la Ligue nationale.

En date de samedi matin, Gaudreau avait récolté 4 points en 12 matchs dans l’uniforme des Penguins de Pittsburgh.

«C’est vrai que ça va bien présentement. Ça faisait deux ans que je n’avais pas joué dans la LNH, donc c’est très agréable de retrouver ce feeling-là. Tranquillement, je me sens de plus en plus à l’aise sur la glace. Je suis heureux d’être ici», a affirmé le centre 27 ans en entrevue avec La Voix de l’Est cette semaine.

«Tout ça a commencé au New Jersey, alors qu’un régulier de notre désavantage numérique était absent. Le coach a décidé de m’envoyer et ça s’est bien passé.»

Des blessures (dont celle subie par la super-vedette Evgeni Malkin) aident certes sa cause, mais Gaudreau semble avoir gagné la confiance de l’entraîneur-chef Mike Sullivan. Le Bromontois a même été utilisé pendant plus de 18 minutes face aux Isanders le 29 mars. Un chiffre impressionnant considérant que les joueurs rappelés se contentent généralement des miettes.

«Je n’ai pas eu ce genre d’opportunités souvent durant mon passage à Nashville», a souligné celui qu’on surnomme désormais «Freddy» à Pittsburgh.

«C’est l’fun d’avoir la chance de prouver que je suis capable de jouer dans la LNH. C’est pour ça que je m’entraîne aussi fort.»

La chimie semble opérer entre le Bromontois et l’ailier américain Zach Aston-Reese. Ils évoluaient à nouveau au sein d’un trio complété par Sam Lafferty contre les Rangers jeudi soir.

Un groupe impressionnant

Dès le début du camp des Penguins, Frédérick Gaudreau a découvert un noyau de joueurs qui a connu plus de hauts que de bas.

« C’est assurément un des vestiaires le plus impressionnants à travers la ligue. Les gars ont de l’expérience, ils ont gagné des Coupes. Mais en même temps, ils s’assurent de bien accueillir les nouveaux. La transition s’est faite très rapidement dans mon cas. »

Gaudreau avait également de bons mots pour le défenseur québécois Kris Letang, mais il demeure difficile de passer outre l’aura qui entoure Sidney Crosby. Ce n’est pas un hasard si le numéro 87 est considéré par plusieurs comme le meilleur joueur de sa génération.

« Je peux maintenant confirmer tout le bien qu’on entend à son sujet. C’est un grand athlète, mais aussi un grand homme. »

Les Penguins occupaient le troisième rang de la division Est samedi matin. À moins d’un revirement spectaculaire, ils devraient participer aux séries. On devine que Sid et sa bande aimeraient bien effacer l’élimination subie aux mains du Canadien dès la ronde de qualification en 2020.

« Le passé est déjà loin derrière nous », a assuré Gaudreau.

« Avec le groupe de gars présent ici, les objectifs seront toujours très élevés. Tout le monde travaille dans ce sens-là. »