Vendredi sera célébré le 10e anniversaire du but en or de Sidney Crosby, qui a permis au Canada de vaincre les États-Unis en prolongation en grande finale du tournoi de hockey des Jeux olympiques de Vancouver.

Des souvenirs liés au but de Sidney Crosby, 10 ans après la médaille d’or

Vendredi sera célébré le 10e anniversaire du but en or de Sidney Crosby, qui a permis au Canada de vaincre les États-Unis en prolongation en grande finale du tournoi de hockey des Jeux olympiques de Vancouver. Ce but a fait suite à celui de Zach Parisé, qui a permis aux Américains de créer l’égalité avec moins de 30 secondes à faire en troisième. Voici comment plusieurs Canadiens - et quelques Américains - se rappellent ce but contre Ryan Miller.

Sidney Crosby

«Nous devions oublier (le but de Parisé) assez rapidement. Quand une équipe marque aussi tardivement, vous n’avez pas beaucoup de temps pour y penser. Nous comptions sur un bon groupe de leaders et avons su garder notre calme. Je m’en souviendrai toujours.»

+

Jonathan Toews

«Tout le centre-ville refusait d’aller au lit (la veille du match). Dans le Village olympique, on pouvait tout entendre. Toute la ville a fait la fête toute la nuit. Ça a été difficile de se calmer et de ne penser qu’au hockey cette nuit-là.»

+

Chantal Petitclerc

«Je m’en rappelle très bien, car mon conjoint est un grand amateur de hockey et je suis une grande partisane du Canada. Nous portions des chandails du Canada. Je les avais eus lors de Jeux précédents. Je me rappelle les cris dans la maison même s’il n’y avait que nous deux.»

+

Auston Matthews

«Assurément, j’appuyais les Américains. Mais ça ne s’est pas produit. Je me rappelle avoir eu beaucoup de plaisir à regarder ces Jeux. Ce match était très stressant.»

+

Doug Ford, premier ministre de l’Ontario

«J’étais si fier d’être Canadien à ce moment-là. Je me rappellerai toujours être monté en voiture avec ma conjointe et mes filles après ce match. Les filles faisaient voler leurs drapeaux canadiens de la fenêtre. Les rues étaient remplies de partisans, tout le monde était très fier d’être Canadien.»

+

Chris Cuthbert, descripteur

«C’est le plus grand match que j’aurai décrit dans ma carrière. La tension dans l’aréna, je ne pense jamais ressentir cela.»

«Je me souviens aussi qu’avec environ deux minutes à faire, je me suis dit: ‘Il va falloir que tu te trouves une façon de décrire cette victoire, parce qu’elle s’en vient. Puis, avec une trentaine de secondes à jouer, les États-Unis ont créé l’égalité.»

+

Gilles Courteau, commissaire de la LHJMQ

«Je me souviens très bien du but. J’étais chez moi avec ma famille. Ç’a été un match extraordinaire et nous ne pouvions pas nous attendre à une meilleure fin. Nous étions heureux pour Équipe Canada, mais aussi pour Sidney. C’est toujours plaisant de voir des anciens de notre ligue se démarquer lors de moments semblables.»

+

Dawson Mercer, Saguenéens de Chicoutimi

«Les membres de ma famille sont de très grands amateurs de hockey alors j’étais avec eux dans le salon. C’était toujours une grosse histoire de regarder le Canada jouer dans des événements internationaux. Nous étions anxieux de connaître le résultat et quand Sidney a marqué, nous avons bondi hors de nos sièges. Je pense que ç’a dû être la même réaction pour tout le monde au Canada.»

+

Brett Kissel, chanteur country

«Je me souviens d’être tellement nerveux pour ce match. En route vers la maison de mon frère, je me souviens avoir vu des centaines de drapeaux canadiens sur les fenêtres des voitures. Je me souviens m’être dit, en arrivant chez mon frère: ‘c’est le plus grand match de notre vie».

+

Nick Suzuki

«Je me souviens exactement où j’étais. Ce match est probablement mon favori.»

+

Jim Balsillie, cofondateur de BlackBerry

«Plus le match avançait, plus la tension était étouffante dans l’amphithéâtre. Puis, j’ai entendu la plus grande explosion sonore de ma vie. Le but de Crosby était un moment parfait, digne des contes de fées. Je ne l’oublierai jamais. Après, j’ai pu mettre la main sur une des rondelles authentifiées de cette rencontre. Elle est bien en évidence au chalet, afin de démontrer à tous que le Canada peut jouer dans la cour des grands.»

+

Brian Porter, président et chef de la direction, Banque Scotia

«Je me souviens avoir été sur le bout de mon siège, de tout ce stress après que les États-Unis eurent créé l’égalité. Et puis, sortie de nulle part, l’extase totale. Crosby est venue à la rescousse quand nous avions le plus besoin. Ça a été le couronnement parfait de ces Jeux record du Canada.»