Anders Lee et Claude Giroux luttent pour la possession de la rondelle lors du premier match de la série opposant les Flyers et les Islanders.
Anders Lee et Claude Giroux luttent pour la possession de la rondelle lors du premier match de la série opposant les Flyers et les Islanders.

De la pression sans frustration pour Claude Giroux

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Depuis ses années chez les juniors avec les Olympiques de Gatineau, Claude Giroux a toujours été un joueur qui a les succès de son équipe à coeur et qui se met beaucoup de pression sur les épaules.

Maintenant qu’il est un vétéran et le capitaine des Flyers de Philadelphie, ça ne changera certes pas et l’attaquant qui a grandi à Orléans ne s’est pas défilé après le revers de 4-0 de son club aux mains des Islanders de New York lundi soir au Scotiabank Arena de Toronto.

«Les meilleurs joueurs de notre équipe doivent mieux jouer. Je suis évidemment l’un d’entre eux et je dois me mettre en marche ici», a déclaré Giroux après ce match où le trio qu’il complétait avec Sean Couturier et Jakub Voracek a été victime deux buts, celui de Jean-Gabriel Pageau qui faisait 2-0 et celui dans un filet désert en fin de partie.

Giroux, toujours en quête d’un premier but dans la bulle torontoise – il a quatre passes en 10 parties – a obtenu deux des trois lancers de son club, son entraîneur-chef Alain Vigneault estimant mardi qu’il avait fait un pas dans la bonne direction.

«Dans le cas de Claude, il a mieux joué [lundi], il a été plus impliqué. À ce temps-ci de l’année, il faut que tu ailles dans les zones dangereuses si tu veux espérer te mettre sur la feuille de pointage. Je pense que Claude a été un petit mieux hier, alors que dans le cas de Sean [Couturier], il a eu un match ordinaire», a souligné le pilote des Flyers en visioconférence.

Ces deux piliers ne sont pas les seuls gros canons des Flyers qui en arrachent cet été, l’ancien 67 Travis Konecny étant lui aussi en quête d’un premier but (il a trois passes). Voracek (quatre buts, quatre passes) a dirigé l’attaque lors de la série contre le Canadien, avec Kevin Hayes et Sean Laughton.

«Jake [Voracek] et Coots [Couturier] ont eu de la misère avec la rondelle lors du premier match, tout le monde qui regardait ce match a pu s’en apercevoir. On a besoin que ces gars-là soient à leur sommet, autant défensivement qu’avec la rondelle en attaque. Ils ne sont évidemment pas les seuls, mais quand vous ne comptez pas de but, c’est évident que l’attention va être plus tournée vers ces gars-là. Je crois en eux, ce sont de bons joueurs, ils l’ont prouvé tout au long de la saison. Ils vont obtenir une autre chance [mercredi] de montrer qu’ils sont des joueurs de niveau élite. Je m’attends à ce que tout notre groupe soit meilleur, pas juste ces deux gars-là», a ajouté Vigneault.

«On ne peut juste pas céder à la frustration», avait également mentionné Giroux tard lundi soir.

Alors que l’entraîneur gatinois soulignait que les Islanders ont livré exactement le genre de performance à laquelle il s’attendait, et s’attend pour les prochains matches, son vis-à-vis Barry Trotz estimait que les siens pouvaient être bien meilleurs, malgré le pointage en leur faveur.

«Je n’ai pas aimé notre match. Nous avons bien commencé, mais on a été ordinaires par la suite», a-t-il souligné.

Jean-Gabriel Pageau et Leo Komarov célèbrent après un but marqué par les Islanders.

Trotz a aimé le travail des ailiers du Gatinois Jean-Gabriel Pageau, Leo Komarov et Ross Johnston, qui ont effectué l’échec-avant menant au but du premier.

«Ils ont bien géré la rondelle toute la soirée et ils nous ont donné un [boost] à un moment où on en avait grand besoin», a-t-il indiqué.

Comme les Islanders ont signé deux jeux blancs de suite, en fin de série contre Washington et au début de celle contre les Flyers, il serait donc surprenant que Trotz effectue des changements à son alignement. Le centre gatinois Derick Brassard, remplacé par Johnston lors de ces deux rencontres, risque donc d’être à nouveau relégué aux gradins.