Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Alexandre Carrier pose avec la rondelle de son premier but en carrière. On peut voir le sourire de l’ancien capitaine des Olympiques de Gatineau même s’il porte un masque.
Alexandre Carrier pose avec la rondelle de son premier but en carrière. On peut voir le sourire de l’ancien capitaine des Olympiques de Gatineau même s’il porte un masque.

Carrier: un premier but digne d’un film de Hollywood

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Tout vient à point à qui sait attendre.

Alexandre Carrier a marqué son premier but dans la LNH samedi. Après quatre saisons complètes dans la Ligue américaine (AHL), l’ancien capitaine des Olympiques de Gatineau avait toutes les raisons de savourer le moment. À sa première véritable chance avec les Predators de Nashville, sa patience a été récompensée.

Alexandre Carrier célèbre son premier but en carrière dans la LNH avec Mathieu Olivier pendant la troisième période d’un match entre les Predators de Nashville et le Lightning de Tampa Bay samedi soir.

Son premier but a été compté en empruntant une page d’un film de Hollywood. Yakov Trenin, son coéquipier chez les Olympiques, a été celui qui lui a fait la passe. Ce premier but dans la Ligue nationale a aussi été compté contre le Lightning de Tampa Bay, champions en titre de la coupe Stanley. Et pas contre n’importe quel gardien non plus. Andrei Vasilevskiy a été le gagnant du trophée Vézina en 2018-19.

«J’ai passé les quatre dernières années à Milwaukee dans la Ligue américaine. Compte tenu de la longue attente, c’est clair que ç’a rendu le moment encore plus agréable, mais c’est assez spécial que ce soit Yakov qui a préparé mon premier but. Il est venu me voir dans le vestiaire après le match pour me rappeler que ce but-là venait d’un gars de Gatineau à un autre. La cerise sur le gâteau, c’est que Mathieu Olivier, un autre ancien de la LHJMQ, a obtenu l’autre passe sur mon but compté contre un gagnant du trophée Vézina. C’est pas mal cool», a expliqué ce choix de première ronde des Olympiques en 2012.

Seule ombre au tableau, le but du défenseur de 24 ans est survenu dans une cause perdante. Le Lightning s’est imposé par la marque de 6-3, mais Yakov Trenin a quand même connu son premier match de deux points en carrière dans la défaite.

«J’aurais préféré ramasser deux points au classement dans ce match. Je veux contribuer aux succès de l’équipe», a ajouté Carrier.

Yakov Trenin a préparé le premier but en carrière d’Alexandre Carrier dans la LNH. L’ancien des Olympiques de Gatineau a aussi marqué un but dans ce match, son premier match de deux points en carrière dans la LNH.

Responsabilités accrues

Ce premier but, Carrier le sentait venir. Rappelé par les Predators le 2 mars, ses responsabilités ont augmenté rapidement en raison des blessures qui se sont multipliées à la brigade défensive de son équipe. La recrue a su en tirer profit. Dans le match du 11 mars, contre les Hurricanes de la Caroline, il avait été promu sur la première paire défensive avec Mattias Ekholm et il avait été le joueur le plus utilisé par l’entraîneur-chef John Hynes avec 25 minutes et 16 secondes.

«J’étais content! J’embarquais pratiquement aux deux tours. Nous avions perdu un autre défenseur dans le match. Nous tirions de l’arrière 5-1 et le coach voulait donner un répit à Mattias (Ekholm). J’ai utilisé ce match-là pour bâtir ma confiance. Il y a eu un déclic. La même chose m’était arrivée à Milwaukee à ma première année chez les pros. J’avais eu un déclic après quatre ou cinq matches en m’apercevant que j’avais ma place dans cette ligue-là.»

Le match contre les Hurricanes était son quatrième avec les Predators cette année. Il a finalement marqué à son cinquième match.

«Contre les Hurricanes, je me suis rendu compte que je gagnais mes batailles et que je pouvais compétitionner. Je me suis mis à participer à plus de jeux offensifs et défensifs. Ça s’est poursuivi dans le match contre le Lightning.»

Congestion

Même si les Predators lui ont toujours fait savoir qu’ils étaient satisfaits de sa progression, Carrier a dû attendre que la porte s’ouvre. Pendant des années, les Predators ont eu la réputation d’avoir la meilleure brigade défensive de la LNH. En plus, ils avaient été épargnés des blessures. Ça n’a pas été le cas cette année. Lors du match de samedi, quatre défenseurs réguliers étaient blessés (Ryan Ellis, Roman Josi, Mark Borowiecki et Luca Sbisa) et un autre était suspendu (Dante Fabbro).

«Il y avait bien eu quelques blessés à ma première année, mais j’étais une recrue. Je n’allais pas être le premier rappelé. Même cette année, avec la COVID-19, il n’y a pas réellement eu de camp de sélection. Je suis retourné dans la AHL, mais je savais que j’allais avoir une chance à un moment donné avec l’horaire chargé de cette saison. Les Predators n’aiment pas brûler les étapes avec leurs espoirs. J’ai dû apprendre à vivre comme un professionnel. C’était bien correct, mais après quatre ans dans la AHL, je savais que j’avais acquis tous les outils nécessaires pour faire le saut dans la LNH.»

Le chemin vers la LNH est souvent une question de timing. Pour Alexandre Carrier, la fenêtre vient enfin de s’ouvrir. Il a disputé son sixième match avec les Predators lundi soir, un gain de 4-1 contre le Lightning où il a été le troisième joueur le plus utilisé par John Hynes.

Défenseur étoile dans la AHL l’an dernier, Carrier prend assurément tous les moyens pour ne plus y retourner.