Tuukka Rask a aidé les Bruins de Boston à prendre l’avance 3-0 contre les Hurricanes, en finale de l’Est, en arrêtant 85 des 90 rondelles dirigées vers lui.

Ça roule comme sur des roulettes pour Rask et les Bruins

RALEIGH — Tuukka Rask arrête à peu près toutes les rondelles depuis le début des séries, même celles qu’il ne voit pas.

Le Finlandais a été dominant dans la série de six victoires consécutives des Bruins, qui sont aux portes de la ronde ultime. Mais ne vous attendez pas à ce qu’il fasse une grande déclaration d’être «dans sa zone». Il est confiant et à l’aise. Restons-en là.

«Je me sens bien depuis plusieurs mois, a dit Rask. C’est juste la façon dont vous voyez la rondelle, quand vous êtes confortable. C’est du synchronisme, de la patience et tout ça. Je pense que l’expérience m’aide. Le but est de paraître large et que même quand c’est corsé, d’essayer de faire paraître ça facile.

«Donc si c’est être ‘dans sa zone’, ok. Mais j’essaie juste d’être concentré et de nous donner une chance.»

Rask a aidé Boston à prendre l’avance 3-0 contre les Hurricanes, en finale de l’Est. Les Bruins auront l’occasion de balayer jeudi soir, en Caroline.

Le vétéran de 32 ans a arrêté 85 des 90 lancers lors des trois premiers matches de la série avec les Hurricanes. Depuis six rencontres, il n’a alloué que neuf buts en 205 tirs, une moyenne de 1,50.

Il affiche 11 victoires en séries, en 16 matches.

«Il a l’air super calme en ce moment, mentionne le défenseur des Hurricanes Dougie Hamilton, qui a passé trois saisons aux côtés de Rask avec les Bruins. Nous devons faire mieux pour lui rendre la vie dure. S’il voit la rondelle, il va l’arrêter, alors nous devons nous salir les mains autour de son filet.»

Mardi, Rask a stoppé 20 tirs en première période et le score était 0-0 après 20 minutes, malgré le fait que les Hurricanes étaient invaincus en cinq matches à la maison, en séries.

«Il a été excellent, a déclaré l’entraîneur des Bruins, Bruce Cassidy. Il n’a pas vraiment eu de mauvais match. Il en a eu deux qui étaient, disons, très corrects, et les autres ont été très bons.»

Les Bruins ont marqué deux fois en deuxième période, prenant alors le contrôle.

«Il y a quelques occasions (en première période) où je n’ai pas vu le disque, a avoué Rask. Souvent, si vous ne le voyez pas et que vous ne bougez pas vraiment, vous aurez plus de chances de faire l’arrêt que si vous bougez trop.»

Là encore, quand un gardien joue aussi bien que Rask, il fait parfois sa propre chance.

«Il nous a toujours donné une chance de gagner, a dit le centre Patrice Bergeron, des Bruins. Il est incroyable ces temps-ci.»

Chez les Hurricanes, l’entraîneur Rod Brind’Amour a dit que Curtis McElhinney aurait «probablement» un deuxième départ consécutif.

Petr Mrazek a entamé leurs neuf premiers matches en séries, mais il a alloué 10 buts lors des deux premiers matches contre Boston.