LNH

La Constitution Avenue envahie

WASHINGTON — Des dizaines de milliers de partisans se sont massés le long de Constitution Avenue mardi pour assister au défilé commémorant la conquête de la coupe Stanley par les Capitals de Washington.

Vers 11 h, une quarantaine de véhicules — autobus et décapotables — ont commencé à se déplacer le long de la 23e Rue jusque vers Constitution Avenue, menés par une trentaine de policiers à motocyclette.

LNH

Ovechkin a relevé le défi

WASHINGTON — Alex Ovechkin semblait sur la pente descendante. À la même époque l’an dernier, le Russe et les Capitals de Washington se remettaient d’une autre élimination précoce. Ses 16 buts à forces égales en saison égalaient son plus petit total en carrière et des blessures l’avaient limité à cinq buts en 13 matchs en séries.

Puis, il s’est produit quelque chose. Barry Trotz a pris congé de son fils pendant une visite en Russie pour rencontrer Ovechkin et discuter de changements à apporter à son jeu à l’âge de 32 ans. L’entraîneur-chef et le dg Brian MacLellan voulaient le voir marquer plus de buts, être plus rapide et capable de passer plus de temps sur la patinoire.

Résultat? Ovi a dominé la LNH avec 49 buts en saison régulière et en a ajouté 15 en séries, remportant le trophée Conn-Smythe en tant que joueur par excellence des séries. À sa 13e saison, il a finalement été en mesure de guider son équipe vers la conquête de la Coupe Stanley.

Habituellement, une équipe qui compte sur un joueur de son âge avec encore trois saisons à écouler à un contrat de 13 ans aurait l’impression de devoir songer à se débarrasser du lourd contrat. Le propriétaire Ted Leonsis a pourtant déjà affirmé que son seul regret au sujet de ce contrat de 124 millions $US était qu’il n’était pas... plus long.

Avec trois saisons à écouler avec un impact de 9,5 millions $ sur la masse salariale, Ovechkin a déjà dépassé les attentes liées à ce contrat monstre grâce à trois trophées Hart, sept trophées Maurice-Richard et maintenant, une Coupe Stanley. «Nous avons travaillé très fort ensemble au cours des années», a dit Ovechkin. «J’ai l’impression de rêver.»

Ovi a goûté aux grands honneurs et qui sait ce qu’il pourra encore accomplir avant la fin de sa carrière. «Il y a eu des périodes difficiles, mais nous sommes passés à travers et nous avons obtenu le résultat espéré. C’est spécial. Je suis très heureux présentement.»

Saison morte plus courte

Mardi prochain, Ovechkin guidera le défilé dans les rues de Washington et il amènera la Coupe Stanley à Moscou au cours de l’été. Ensuite, il devra commencer sa préparation pour la prochaine saison.

L’été dernier, il a changé son régime d’entraînement en Russie et il semblait avoir une énergie nouvelle à son retour à Washington. Cette fois-ci, il devra s’adapter à une saison morte plus courte. «Quand vous vieillissez, vous devez ajuster votre entraînement pour demeurer l’athlète que vous avez toujours été, parce que la nouvelle génération est impressionnante», a souligné Trotz.

Ovechkin aussi a été impressionnant tout au long de la saison, de ses sept buts à ses deux premiers matchs à son dernier en avantage numérique jeudi soir, aidant les Capitals à venir à bout des Golden Knights de Vegas. Cependant, il est rare qu’un franc-tireur reste au sommet aussi tard dans sa carrière.

Ovechkin est devenu le joueur le plus âgé à terminer au sommet de la colonne des buteurs depuis Phil Esposito en 1974-1975. «Il était à son aise et très confiant», a mentionné son coéquipier de longue date Nicklas Backstrom. «Il était calme. Il est impressionnant à voir aller et il a été une machine pendant les séries.»

LNH

Les Capitals champions!

LAS VEGAS — Le nom d’Alex Ovechkin ne sera plus dans les discussions concernant les meilleurs joueurs de l’histoire de la LNH à ne jamais avoir gagné la coupe Stanley.

Devante Smith-Pelly et Lars Eller ont touché la cible en troisième période et les Capitals de Washington ont remporté le précieux trophée pour une première fois en 43 saisons grâce à une victoire de 4-3 face aux Golden Knights de Vegas, jeudi.

Les Capitals avaient été balayés par les Red Wings de Detroit lors de leur seule autre participation à la finale de la Coupe Stanley, en 1998.

«Nous l’avons fait, s’est exclamé Ovechkin. C’est tout ce qui compte. Regardez les sourires de mes coéquipiers. C’est quelque chose que vous n’oublierez jamais. Ce moment, je vais m’en souvenir pour le reste de ma vie. Je suis tellement heureux. C’est incroyable.»

Les Capitals ont rapidement pris le contrôle de la série après avoir échappé le premier match, gagnant les quatre dernières rencontres par un score combiné de 16-8. Les Golden Knights n’avaient jamais perdu quatre matchs d’affilée au cours de leur campagne inaugurale, mais minuit a finalement sonné pour l’équipe cendrillon.

Jakub Vrana et Ovechkin ont aussi fait bouger les cordages pour les Capitals, qui ont gaspillé deux avances d’un but en deuxième période avant de finalement renverser la vapeur lors du dernier tiers. Braden Holtby a stoppé 28 tirs.

Les Capitals ont fait leurs débuts dans la LNH en 1974. Ils ont finalement offert un premier titre sportif majeur aux partisans de Washington depuis le triomphe des Redskins au Super Bowl en 1992.

«Je suis tellement heureux pour ce groupe qui a vécu la misère», a dit l’entraîneur-chef des Capitals, Barry Trotz, qui a soulevé le précieux trophée pour une première fois à sa 19e saison derrière le banc dans la LNH.

Pendant les célébrations, l’attaquant T.J. Oshie a cherché du regard dans les gradins son père, Tim, qui a récemment appris qu’il souffrait de la maladie d’Alzheimer.

«Il ne se souvient pas de beaucoup de choses, mais il va se rappeler de ce moment-ci, a dit Oshie. Je n’ai jamais vu une équipe comme celle-ci. Je n’ai jamais vu un engagement aussi complet du début à la fin.»

La victoire était la 10e des Capitals à l’étranger au cours du tournoi printanier, égalant un record de la LNH et démontrant la résilience de ce groupe. Par le passé, les Capitals avaient la réputation de s’effondrer lors du printemps, échappant notamment cinq séries quand ils avaient une avance de 3-1. Cette fois-ci, le groupe d’Ovechkin a achevé ses rivaux à la première occasion lors de chacune des quatre tours.

Le but d’Ovechkin, en avantage numérique, était son 15e des séries, un record d’équipe. L’ancienne marque de 14 avait été établie par John Druce lors du printemps 1990.

«Ça fait mal»

Nate Schmidt, David Perron, qui était de retour dans la formation des siens après avoir sauté son tour lors du quatrième match, et Reilly Smith ont répliqué pour les Golden Knights. Marc-André Fleury a repoussé 29 lancers.

«Quand vous passez si proche de gagner la coupe, ça fait mal, a reconnu Fleury, triple champion avec les Penguins de Pittsburgh. Ça n’arrive pas souvent. C’est très décevant.»

L’attaquant des Capitals Tom Wilson a donné le ton à la rencontre avec deux solides mises en échec au centre de la patinoire contre Luca Sbisa et William Karlsson.

Les Capitals sont ceux qui sont passés le plus près d’ouvrir le pointage lors du premier vingt, mais le tir sur réception d’Ovechkin a atteint le poteau.

Vrana a finalement ouvert la marque après 6:24 de jeu en deuxième période, quelques instants après que les Capitals eurent tenu en échec l’avantage numérique des Golden Knights. Les Capitals ont lancé une attaque éclair après un tir imprécis du défenseur Deryk Engelland. La rondelle est passée d’Evgeny Kuznetsov à Tom Wilson à Vrana, qui a battu de vitesse le défenseur Brayden McNabb avant de déjouer Fleury d’un tir précis dans le coin supérieur du filet.

Les Golden Knights ont répliqué à 9:40 quand un tir de Schmidt a dévié contre le patin du défenseur des Capitals Matt Niskanen avant de se faufiler entre les jambières de Holtby.

Toutefois, Ovechkin a forcé McNabb à prendre une punition seulement 11 secondes plus tard. Puis, Ovechkin a redonné les devants aux visiteurs à 10:14 grâce à un tir sur réception après une passe transversale de Nicklas Backstrom.

Le jeu du chat et de la souris s’est poursuivi, mais dans la controverse, alors que Perron a été crédité de son premier but des séries à 12:56. Perron luttait avec le défenseur Christian Djoos dans le demi-cercle de Holtby quand Tomas Tatar a dévié un tir de Colin Miller. Trotz a contesté le but, mais les arbitres n’ont pas changé d’idée malgré la révision vidéo.

Chandler Stephenson est passé à quelques centimètres de redonner l’avance aux Capitals, mais son tir du revers en direction d’un filet ouvert avec moins de quatre minutes à faire a abouti sur le poteau.

Smith a finalement eu le dernier mot dans cette deuxième période endiablée en marquant en avantage numérique avec 28,2 secondes à faire à l’engagement. Alex Tuch a récupéré le retour d’un tir de la pointe de Shea Theodore et a remis à contre-courant à Smith, qui a profité d’un filet ouvert.

Les Capitals ont augmenté la pression au retour de l’entracte et ils ont été récompensés à 9:52 de la troisième période, quand Smith-Pelly a nivelé le score à 3-3. Smith-Pelly a provoqué un revirement dans le coin de la zone des locaux avant de revenir à l’avant du filet. Il a bloqué le tir de la pointe de Brooks Orpik avec son patin, avant de battre Fleury de vitesse avec un geste rapide.

Eller a finalement joué les héros avec 7:37 à faire. Le tir sur réception de Brett Connolly a dévié sur Miller et la rondelle s’est faufilée derrière Fleury. L’ancien du Canadien passait par là et a poussé le disque libre derrière la ligne des buts.

«Vous n’auriez pas pu écrire une plus belle histoire, a dit Eller. Si vous êtes pour gagner à l’étranger, il n’y aurait pas de meilleure place qu’ici pour le faire.»

Fleury a cédé sa place à un attaquant supplémentaire avec 2:04 à faire, mais les Golden Knights n’ont pas été en mesure de menacer le filet de Holtby.

Le Conn-Smythe à Ovechkin

Alex Ovechkin reçu le trophée Conn-Smythe remis au joueur par excellence des séries. Evgeni Malkin, des Penguins, est le seul autre Russe à avoir remporté le trophée Conn-Smythe en 2009.

Hockey

Éviter de voir trop loin

LAS VEGAS — À une victoire de soulever la coupe Stanley, les Capitals de Washington essaient de ne pas penser au-delà de la période suivante ou de leur prochaine présence sur la patinoire. Malheureusement, c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire.

Les Capitals mènent la finale de la Coupe Stanley 3-1 face aux Golden Knights de Vegas et ne sont donc plus qu’à 60 minutes de jeu de leur premier titre en 44 ans d’histoire. « La plupart d’entre nous n’ont jamais été dans cette position, a déclaré Alex Ovechkin après l’entraînement de mercredi au T-Mobile Arena. Personnellement, j’essaie de ne pas trop penser à ce qui se passe et de me concentrer sur différentes choses. Mais c’est difficile. »

LNH

Le solide départ des Knights n’a pas payé

WASHINGTON — Venant d’une ville où les séquences de succès et d’échecs peuvent générer fortune ou déboires, les Golden Knights de Vegas ont appris une dure leçon lors du quatrième match de la finale de la Coupe Stanley : parfois, le hockey est injuste.

Les hommes de Gerard Gallant ont connu leur meilleure période de la finale, lundi. Toutefois, deux tirs ont frappé le poteau et ils ont raté une autre occasion en or. Avec, pour résultat, qu’ils tiraient de l’arrière 3-0 contre les Capitals de Washington après 20 minutes de jeu.

Lorsque la sirène finale s’est fait entendre, deux autres rondelles avaient donné contre le poteau et ils avaient décoché 71 tirs en direction du filet de Braden Holtby, comparativement à 41 pour l’équipe locale.

Les Golden Knights ont perdu 6-2.

L’équipe d’expansion cendrillon, qui a ébloui le monde du hockey avec sa vitesse, sa ténacité et son unité, accuse un déficit de 1-3 et fera face à l’élimination devant ses partisans, jeudi soir.

Les Golden Knights ont bien joué cette saison et pendant ces séries éliminatoires, mais il semble que le vent a tourné.

«Il s’agit d’un grand pas en avant pour notre équipe», a déclaré Gallant, en tentant de demeurer positif. «Nous avons joué avec beaucoup d’ardeur.»

Et pourtant, tel un parieur frustré, ils n’en ont rien tiré.

Erik Haula a vu une rondelle frapper son patin, puis le poteau après seulement 67 secondes de jeu. Reilly Smith a vu son tir donner contre l’extérieur du filet lors d’une autre occasion en or. Enfin, James Neal a été incapable de profiter du fait que le gardien Braden Holtby était à sa merci lors d’une supériorité numérique.

«Vous marquez, puis ça vous donne un élan, s’est lamenté Neal. Ça change la donne.»

Les Capitals ont survécu à cette poussée et ont marqué trois buts pendant les dix dernières minutes de l’engagement initial pour mettre la rencontre hors de portée.

«Vous savez quoi, nous avons connu un bon départ. Nous avons mis de la pression, nous avons frappé des poteaux, a relaté le gardien Marc-André Fleury. Ils sont revenus. Ils ont marqué des buts rapides.»

100 points de moins

Fleury n’était pas à blâmer sur aucun de ces buts : il faut plutôt se tourner vers la couverture des Golden Knights en zone défensive.

Toutefois, il est difficile de taire le fait que Fleury, qui a présenté un taux d’arrêt de ,947 lors des trois premières rondes des séries, présente un pourcentage de plus de 100 points plus bas en finale, celui-ci étant de ,845.

«C’est sûr que ce n’est pas là où nous voudrions être», a admis Fleury au sujet du recul de 1-3 dans la série. «Mais nous avons un bon groupe de joueurs avec beaucoup de caractère. Personne n’abandonne.»

Bien qu’ils ne jouent pas comme ils en sont capables, les joueurs des Golden Knights ont eu des occasions de réécrire le scénario. Ce fut notamment le cas vers la fin du deuxième match lorsque Holtby a réalisé un arrêt miraculeux contre Alex Tuch pour protéger une victoire de 3-2 qui a permis aux Capitals d’égaler la série.

«Nous avons été dans cette position auparavant, a noté l’attaquant Pierre-Édouard Bellemare.

«Les gens ne nous croient pas capables de réaliser des choses que nous avons faites. Nous allons tout simplement rentrer à la maison et travailler avec ardeur. Nous avons travaillé fort lors de ce match et je pense que nous avons créé de bonnes opportunités. Nous avons été incapables de les exploiter.»

Un précédent... en 1942

Tout en étant au comble du bonheur après cette victoire qui leur a permis de faire un pas de plus vers une première conquête de la Coupe Stanley, les joueurs des Capitals étaient également conscients que l’issue finale de la première période aurait pu être bien différente.

«Nous savons qu’ils vont continuer de nous mettre de la pression, a déclaré Holtby. Nous allons faire tout en notre pouvoir pour faire en sorte que nous n’ayons pas besoin de la chance pour gagner.»

Pendant ce temps, les Golden Knights vont tenter de répéter l’exploit qu’une seule autre formation a réalisé dans l’histoire de la finale de la Coupe Stanley : combler un recul de 1-3. Les Maple Leafs de Toronto ont réussi pareil tour de force en 1942, eux qui avaient même surmonté un déficit de 0-3 face aux Red Wings de Detroit.

«Nous avons excellé quand est venu le temps de nous ressaisir, a affirmé Neal. Nous devons jouer de la même façon et être plus attentifs lorsque nous avons des occasions. Nous avons généré de l’attaque, nous avons généré des opportunités.

«Nous rentrons à la maison, nous gagnons un match et nous leur imposons de la pression.»

Les Golden Knights ont mis de la pression sur les Capitals tôt lors du quatrième match et méritaient peut-être un meilleur sort.

Le hic, c’est que le hockey peut être injuste.

LNH

Les Knights à bout de souffle écrasés 6-2

WASHINGTON — Le douzième coup de minuit semble sur le point de sonner pour l’équipe cendrillon de la LNH. Les Golden Knights ont perdu un troisième de suite et ils pourraient voir les Capitals conquérir la première Coupe Stanley de leur histoire dès jeudi (20h), à Las Vegas.

Les Capitals ont assommé des Golden Knigths à bout de souffle dès la première période avec trois buts, en route vers une victorie sans équivoque de 6-2. T. J. Oshie a été le premier a déjoué Marc-André Fleury en avantage numérique à mi-chemin en première période.

Les Capitals ont doublé leur avance à 16:26, Tom Wilson marquant avec un tir des poignets de l’enclave. Puis la troupe de Barry Trotz en a rajouté avec 21 secondes à faire à la période. Maîtrisant un tir-passe d’Alex Ovechkin avec son patin gauche, Devante Smith-Pelly a battu Fleury avec un tir vif, de l’embouchure gauche. L’ancien du Canadien marquait un deuxième but en deux matchs, un sixième depuis le début des séries.

John Carlson a fait mouche en deuxième période, tandis que Michal Kempny et Brett Connolly ont complété le score en fin de match. Braden Holtby a fait 28 arrêts pour les vainqueurs, seuls James Neal et Reilly Smith le déjouant au troisième vingt. Fleury a bloqué 17 tirs dans une cause perdante.

Quatre aides de Kuznetsov

Le Russe Evgeny Kuznetsov a encore une fois mis la main à la pâte, obtenant quatre aides pour porter son total en séries à 33 points en 23 matchs. Il trône au sommet des marqueurs, devançant son coéqupier et compatriote Alex Ovechkin par cinq points.

Cette victoire rapprochant les Capitals de leur première Coupe Stanley est survenue 20 ans jour pour jour après le but de Joé Juneau en prolongation à Buffalo qui permettait à Washington d’accéder à la grande finale pour la première fois de leur histoire. Les Caps allaient toutefois être balayés par les Red Wings. Washington n’allait pas se rendre plus loin que le deuxième tour pendant deux décennies, avant les succès actuels.

NOTE : Trois joueurs des Nationals de Washington (baseball) se trouvaient parmi la foule. Max Scherzer et Ryan Zimmerman soutenaient les Capitals, tandis que Bryce Harper encourageait le club de sa ville natale, les Knights.  Avec AFP

LNH

De quel bois se chauffe Vegas ?

ARLINGTON - Jonathan Marchessault avait lancé un défi à son équipe après que les Golden Knights de Las Vegas eurent été dominés lors du premier match de la finale de l’Association de l’Ouest contre les Jets de Winnipeg.

« Nous allons voir quel genre d’équipe nous sommes », avait lancé l’attaquant après que la troupe de Las Vegas eut baissé pavillon 4-2, dans un match où les hommes de Gerard Gallant ne semblaient pas de taille.

LNH

James Neal, une inspiration chez les Knights

WASHINGTON — James Neal est devenu une source de leadership et une inspiration chez les Golden Knights de Vegas durant leur improbable poussée jusqu’à la finale de la Coupe Stanley.

C’est donc sans surprise que le vétéran de 11 saisons s’est fait un devoir d’aller au-devant d’Alex Tuch, une recrue de 22 ans qui a raté une chance inouïe d’inscrire le but égalisateur tard lors du deuxième match, mercredi soir contre les Capitals de Washington. «Je lui ai parlé un peu aujourd’hui. Tout est bien», a raconté Neal, vendredi.

«Il en aura une plus grande [chance] encore plus tard pendant la série. Il a été très bon pour nous jusqu’à maintenant et ce n’est plus nécessaire de penser à cela. En fin de compte, il s’agit d’un arrêt extraordinaire et il vous faut tourner la page», a ajouté Neal en parlant de l’arrêt de Braden Holtby avec son bâton, avec un peu moins de deux minutes à jouer à la troisième période, pour préserver la victoire de 3-2 au domicile des Golden Knights.

Les Golden Knights ont déniché un gagnant lorsqu’ils ont choisi Neal lors du repêchage d’expansion. Ils ont mis la main sur un attaquant talentueux, qui compte maintenant 11 saisons consécutives d’au moins 20 buts, et sur un joueur idéal pour une équipe qui devait former un groupe homogène rapidement pour connaître du succès.

«Il est un leader naturel», a déclaré l’ailier droit Ryan Reaves. Il aime sonner la charge. Lorsqu’il a quelque chose à dire, il va le dire et les gens vont écouter.»

Un revers à venger

L’année dernière avec les Predators de Nashville, Neal a participé à la grande finale, mais son équipe s’est inclinée devant Pittsburgh. Voilà qu’il a une autre chance.

«C’est une équipe bien spéciale et un groupe de joueurs bien spéciaux. J’ai participé à la finale avant et j’essaie seulement de donner de petits conseils. J’essaie de donner l’exemple, de faire les bonnes choses sur la glace. Nous avons un groupe qui répond bien.»

Marc-André Fleury est le seul autre joueur des Golden Knights ayant vécu une finale de la Coupe Stanley. Le gardien sorelois et Neal alternent parfois quand vient le temps de conseiller leurs coéquipiers.

«Il occupe une place importante dans le vestiaire», confie Fleury. «Il a joué en finale et c’est bon d’avoir des joueurs comme ça pour partager leur expérience.»

«Vous pouvez voir à quel point il veut gagner», renchérit l’ailier gauche David Perron. «Après avoir connu la défaite l’an dernier, il veut vraiment la Coupe cette fois-ci. Il parle aux joueurs et leur rappelle qu’ils ne savent pas s’ils auront une autre opportunité du genre. Pour cette raison, il est important de tout donner.»

L’entraîneur-chef Gerard Gallant a également fait l’éloge de son vétéran. «James a été remarquable pour nous. Il n’y a aucun doute qu’il aide nos jeunes joueurs.»

Tout particulièrement Tuch. «Il est un mentor. Il m’a pris à part aujourd’hui et m’a dit ce que j’aurais pu faire de mieux sur ce lancer, mais aussi qu’il me fallait aller de l’avant. Tout le monde sait à quel point il est un bon joueur de hockey. Je ne sais pas si les gens savent à quel point il est un leader. Peut-être que la sensation était différente à Nashville. Il a été un grand leader pour nous cette année.»

+

EN BREF

Ovi convaincu que Kuznetsov jouera

Alexander Ovechkin semble avoir un sens du diagnostic aussi précis que son tir. Le capitaine des Capitals avait prédit que son compagnon de trio Evgeny Kuznetsov allait être correct après avoir subi une dure mise en échec lors de la victoire de 3-2 de Washington lors du deuxième match de la finale de la Coupe Stanley. Vendredi, le meilleur marqueur des séries (25 points) était sur la patinoire pour l’entraînement optionnel, bien qu’il n’ait pas encore reçu le feu vert des médecins pour la rencontre de samedi (20h). L’entraîneur--chef Barry Trotz a déclaré vendredi qu’une décision ne sera «probablement» prise qu’avant la rencontre. Mais Ovechkin, qui accuse un point de retard sur son compatriote russe, a répété qu’il croyait que son coéquipier serait de la partie. «Je suis persuadé qu’il sera en mesure de jouer.» Kuznetsov a été durable depuis le début de sa carrière. «Il prend grand soin de lui-même. Les Russes... ce sont des durs», a constaté Trotz.  La Presse canadienne

***

Fin d’une attente de 20 ans

Les Capitals disputeront un premier match de la grande finale sur leur patinoire en 20 ans, samedi (20h). L’équipe avait été balayée par les Red Wings de Detroit lors de leur unique participation, en 1998. «Je suis très excité», a dit Alexander Ovechkin, qui a patienté 13 saisons avant d’atteindre l’ultime ronde des séries. «Tout le monde est excité à Washington. Ce sera amusant, intéressant, mais difficile. C’est pour se retrouver dans ce moment que nous avons travaillé si fort.» Les Capitals n’ont toutefois qu’une fiche de 4-5 à domicile au cours des présentes séries. «Nous nous préparons de la même façon», a noté l’ailier Brett Connolly au sujet des matchs à domicile ou à l’étranger. «Seulement, ça ne fonctionne pas toujours de la même façon.» Les Golden Knights de Las Vegas affichent quant à eux un dossier de 6-2 sur les patinoires adverses et ils n’ont toujours pas perdu deux matchs d’affilée ce printemps.  La Presse canadienne

LNH

Kuznetsov n’a pas encore reçu le feu vert

ARLINGTON — Le capitaine des Capitals de Washington, Alexander Ovechkin, avait prédit qu’Evgeny Kuznetsov allait être correct après avoir subi une dure mise en échec dans le match no 2, remporté 3-2 par les siens.

Bien que son compagnon de trio n’ait pas encore reçu le feu vert des médecins pour prendre part au troisième match contre les Golden Knights de Vegas, Ovechkin était sur la bonne piste.

LNH

Eller, l’arme secrète des Caps

LAS VEGAS — Lars Eller dit que plus il joue, mieux c’est.

Le polyvalent joueur de centre des Capitals de Washington l’a démontré lors du match no 2 de la série finale de la Coupe Stanley, et il pourrait obtenir davantage d’opportunités de le faire dans les moments cruciaux puisqu’il est présentement l’un des favoris parmi les siens pour l’obtention du trophée Conn Smythe.