LNH

Ryan Ellis à Nashville pour huit autres saisons

NASHVILLE - Les Predators de Nashville ont accordé une prolongation de contrat de huit ans, d’une valeur globale de 50 millions $, au défenseur Ryan Ellis.

Le directeur général David Poile a annoncé la nouvelle par voie de communiqué mardi midi. L’entente, qui entrera en vigueur à compter de 2019-20, permettra à Ellis de toucher un salaire moyen annuel de 6,25 M$ US. Ellis aurait pu devenir joueur autonome sans compensation à la fin de 2018-2019.

Âgé de 27 ans, Ellis a établi des sommets personnels en carrière avec 23 mentions d’aide et un ratio défensif de plus-26 la saison dernière même s’il n’a participé qu’à 44 parties après avoir subi une opération à un genou à l’été de 2017. Son ratio de plus-26 est le meilleur dans l’histoire des Predators pour un défenseur, et se classe au deuxième rang dans toute l’histoire de l’équipe. À compter de son retour au jeu, le 2 janvier, Ellis a terminé au 11e rang parmi les défenseurs de la LNH avec 32 points, dont neuf buts.

En 396 matchs en carrière dans la LNH, tous avec les Predators, Ellis a amassé 55 buts et 118 aides pour 173 points avec un ratio défensif de plus-76. Il a ajouté 27 points en 58 rencontres des séries éliminatoires.

Choix de première ronde des Predators - 11e au total - en 2009, Ellis a joué avec les Admirals de Milwaukee dans la Ligue américaine, entre 2011 et 2013, avant de se joindre aux Predators. Au niveau junior, il a gagné la coupe Memorial en deux occasions avec les Spitfires de Windsor, en 2009 et en 2010. En 2011, il a été nommé défenseur et joueur de l’année dans la Ligue canadienne de hockey. Il a aussi remporté la médaille d’or au Championnat mondial junior de 2009.

«Ryan est un élément vital de notre équipe, sur la patinoire comme à l’extérieur, et nous sommes heureux de pouvoir compter sur son leadership pendant encore plusieurs années, a déclaré Poile, dans le communiqué officiel.

«Nous avons parlé de notre désir de conserver notre noyau de joueurs, et il s’agit là d’une autre opportunité de le faire et de continuer de batailler pour la coupe Stanley. Ryan entame les meilleures années de sa carrière et il est l’une des raisons qui nous laissent croire que cette équipe a une chance de gagner à chaque match», a ajouté le directeur général des Predators.

LNH

Décès de la légende des Blackhawks Stan Mikita

Stan Mikita, une légende des Blackhawks de Chicago, est décédé à l’âge de 78 ans, mardi. Sa santé s’était détériorée depuis qu’il a reçu un diagnostic de démence du type corps de Lewy.

L’attaquant a passé la totalité de ses 22 saisons dans la LNH avec les Blackhawks, aidant le club à remporter la Coupe Stanley en 1961, à sa deuxième saison complète. Quadruple lauréat du trophée Art Ross (1964, 1965, 1967 et 1968) remis au meilleur pointeur de la LNH, Mikita domine l’histoire des Hawks pour les points (1467) et les matchs disputés (1394). Ayant connu quatre saisons de 35 buts et plus, il est le deuxième buteur de l’histoire de l’organisation, avec 541 filets, derrière Bobby Hull (604).

«Il n’y a pas de mots pour décrire notre tristesse d’apprendre le décès de Stan. Il avait une telle signification pour notre équipe, pour le hockey et pour tout Chicago», a dit le chef de la direction des Blackhawks, Rocky Wirtz. «Il a laissé une empreinte ineffaçable dans le cœur des amateurs. Quiconque entrait en contact avec lui devenait une meilleure personne.»

Le Canadien de Montréal a publié le message suivant sur Twitter : «Nous avons été attristés d’apprendre le décès de Stan Mikita. Nous souhaitons transmettre nos plus sincères condoléances à la famille Mikita ainsi qu’à l’organisation des Blackhawks. Stan était l’incarnation même de la classe et était un grand ambassadeur de notre sport.»

Natif de Sokolce, dans ce qui est maintenant la Slovaquie, Mikita a obtenu à la fois le trophée Hart et le Lady Byng en 1967 et 1968, comme joueur le plus utile du circuit et en reconnaissance de son esprit sportif, respectivement.

Contre le grand Béliveau

La carrière de Mikita avec Chicago a débuté en 1958-1959 et a pris fin en 1979-1980. Au moment de prendre sa retraite, il était le troisième pointeur dans l’histoire de la LNH.

Mikita, 5’9” et de 169 livres, a disputé son premier match en 1959 à Chicago, face au Canadien. À sa première mise au jeu, il était opposé à un Jean Béliveau au sommet de sa carrière.

«J’étais encore dans les nuages et là je devais prendre une mise au jeu contre une légende comme Jean Béliveau, qui faisait près de 6’5” et qui avait toute une présence sur la glace, écrit Mikita dans son livre paru en 2011, Forever a Blackhawk. Il devait avoir 60 livres de plus que moi. La mise au jeu était en zone du Canadien. Penché au cercle, je lui ai jeté un coup d’œil, mais mon regard n’arrivait qu’à sa taille. Mes genoux tremblaient et ma tête tournait.»

Le chandail numéro 21 de Mikita, intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1983, a été retiré le 19 octobre 1980. Depuis 2011, les abords du United Center sont enjolivés de statues de Mikita et de Bobby Hull, avec qui il a joué pendant plus de 13 saisons.

«On se souviendra toujours de Stan Mikita comme d’un champion, d’un innovateur et d’un maître du jeu», a dit le président des Hawks, John McDonough. «Il incarnait les Blackhawks de Chicago, et son brio est illustré par les records d’équipe qu’il détient encore. La longévité de sa carrière a montré sa passion pour le hockey. Comme exemple de l’impact qu’il a eu, des partisans se rendent encore au United Center avec son chandail.»

En 1992, Mikita a fait son entrée dans la culture populaire, alors que dans le film Le monde selon Wayne (Wayne’s World) on retrouve un restaurant fictif nommé Stan Mikita’s Donuts, un clin d’œil à la chaîne canadienne Tim Hortons.

Hockey

Jeff Skinner échangé aux Sabres

BUFFALO, N.Y. — Les Sabres de Buffalo ont acquis l’attaquant Jeff Skinner des Hurricanes de la Caroline, cédant en retour l’espoir Cliff Pu et trois choix au repêchage, dont une sélection de deuxième ronde en 2019.

Les Hurricanes ont également acquis les choix de troisième et de sixième ronde de Buffalo en 2020.

Pu, 20 ans, a été un choix de troisième ronde des Sabres en 2016.

Recrue de l’année en 2011, Skinner a atteint trois fois le cap des 30 buts, en huit campagnes.

La saison dernière, il a fourni 24 buts et 49 points, prenant part à tous les matches de la Caroline, qui l’a choisi septième au total en 2010.

Skinner empochera six millions $ la saison prochaine. Au fil des trois dernières saisons, il se classe septième dans la LNH avec 74 buts à forces égales.

Les Sabres ont fini derniers dans la LNH la saison dernière, n’obtenant que 62 points (25-45-12).

Le club n’a pas accédé aux séries depuis 2011 et n’a pas franchi la première ronde depuis 2007.

LNH

Une dernière saison pour Alexandre Picard

Alexandre Picard y songeait depuis plusieurs mois. Il a fini par prendre sa décision.

Le défenseur gatinois, qui a déjà porté les couleurs des Sénateurs et du Canadien de Montréal, accrochera ses patins au terme de la saison 2018-19.

LNH

Alex Chiasson, champion de la Coupe Stanley à vie

Le ciel est bleu, un vent chaud souffle. Et au-dessus de sa tête, un nuage flotte en permanence, mais il ne veut surtout pas en débarquer. Dire qu’Alex Chiasson passe un bel été serait un euphémisme. «On dirait que tout se passe bien, tu as un sourire tous les jours», dit le nouveau champion de la Coupe Stanley.

Chiasson s’est ajouté à une longue liste de hockeyeurs de Québec à avoir remporté le plus prestigieux trophée de la LNH. Il était le plus récent du lot, jeudi, au club de golf Royal Québec, où il a fait une première apparition publique depuis la conquête des Capitals de Washington.

À 27 ans, l’ancien du Blizzard du Séminaire Saint-François (midget AAA) réalisait le rêve de plusieurs jeunes garçons : soulever la Coupe Stanley.

«C’est encore plus haut et plus gros de ce qu’on peut rêver. À mon avis, c’est le plus gros trophée, le plus dur à gagner. Ce n’est pas quelque chose que je prends pour acquis, je l’apprécie tous les jours», admet-il avant de participer au 1er Marchessault Open, un tournoi de golf au profit de l’organisme le Petit Blanchon au nom de son ancien coéquipier dans le midget espoir et rival de la dernière finale entre les Capitals et les Golden Knights de Vegas.

Chiasson a repris l’entraînement, mais les longues séries, la parade dans les rues de Washington et les festivités ont changé son été par rapport à ceux des années passées. Il n’est de retour en ville que depuis deux semaines et planifie présentement les activités qui entoureront sa journée avec la Coupe Stanley, quelque part à la fin de l’été.

«Partout où l’on va, les gens m’en parlent. Ils veulent savoir c’est quoi le feeling. Je suis super content d’avoir été capable d’accomplir cela dans ma carrière. C’est sûr que mon été est un peu plus mouvementé, j’essaie d’en profiter. C’est un genre de vague sur laquelle on surfe et qu’on essaie de rester dessus le plus longtemps possible», illustre le joueur de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Personne ne pourra lui enlever cet exploit. Son nom sera gravé sur la Coupe Stanley pendant plusieurs années, le temps que les générations futures en fassent autant. Ainsi le veut le film du temps. 

«Il s’agit de quelque chose que personne ne pourra jamais m’enlever. À vie, je serai un champion de la Coupe Stanley. Les trophées individuels, c’est le fun, mais la Coupe, elle se gagne en équipe.»

LNH

Trois ans de plus pour Fleury à Vegas

LAS VEGAS — Les Golden Knights de Vegas ont récompensé vendredi le gardien québécois Marc-André Fleury pour leur parcours époustouflant à leur première saison dans le circuit Bettman.

La formation du Nevada a consenti une prolongation de contrat de trois saisons et 21 millions $ US à Fleury, a confirmé le directeur général George McPhee.

LNH

Le Lightning accorde une prolongation de huit ans à Nikita Kucherov

TAMPA — L’attaquant Nikita Kucherov du Lightning de Tampa Bay a signé une prolongation de contrat de huit ans qui lui vaudra en moyenne 9,5 millions $ US en salaire et en bonis annuels.

Le joueur de 25 ans aurait pu devenir joueur autonome avec compensation l’été prochain avec un an à écouler à son entente actuelle qui lui vaudra une rémunération de presque 4,8 millions $ en 2018-2019. Il est maintenant sous contrat avec le Lightning jusqu’en 2026-2027 et deviendra le joueur le mieux payé de l’équipe lorsque la prolongation entrera en vigueur après la prochaine saison.

Kucherov a amassé 39 buts et 100 points en plus d’afficher un différentiel de plus-15 la saison dernière. Il s’est classé troisième dans la LNH pour le total de points, sixième pour les passes et à égalité au neuvième rang pour les buts.

Il a été l’attaquant le plus utilisé du Lightning avec une moyenne de 19:49 minutes par match. L’équipe s’est inclinée au septième match de la finale de l’Association Est.

Cette entente signifie que le Lightning a fait signer des contrats à un noyau de joueurs âgés de moins de 30 ans.

En plus de Kucherov, le capitaine Steven Stamkos, les défenseurs Victor Hedman et Ryan McDonagh, les ailiers gauches Alex Killorn et Ondrej Palat ainsi que les centres J.T. Miller et Tyler Johnson sont sous contrat au moins jusqu’à la saison 2021-2022.

«Dans mon esprit, nous avons une chance d’amorcer les négociations après le 1er juillet de la dernière année de leur contrat. C’est l’occasion de s’asseoir avec les joueurs et leurs agents pour voir si nous pouvons aboutir à une entente rapidement, a expliqué le directeur général Steve Yzerman, lors d’une conférence téléphonique.

«Du point de vue des joueurs, je crois que ça les rassure, ça leur permet de planifier leur avenir et de bien s’établir. Du côté de l’équipe, ça nous permet de connaître les montants liés au plafond salarial pour les joueurs, nos responsabilités envers eux et de prendre les autres décisions en fonction de cela.»

LNH

Rasmus Dahlin signe un contrat de trois ans avec les Sabres

BUFFALO, N.Y. — Le défenseur Rasmus Dahlin a signé un contrat de trois saisons à deux volets avec les Sabres de Buffalo.

L’équipe en a fait l’annonce dans un communiqué lundi matin. Elle n’a pas dévoilé les détails financiers de l’entente.

Selon certaines sources, Dahlin toucherait un salaire de base annuel de 925 000 $, incluant un boni de signature.

Par ailleurs, selon ces mêmes sources, son salaire annuel pourrait s’élever jusqu’à 3 775 000 $ en incluant les bonis de performance. S’il est cédé aux mineures, Dahlin toucherait 70 000 $.

Âgé de 18 ans, Dahlin a été le premier joueur choisi lors de la séance de sélection de la LNH à Dallas en juin. Il est ainsi devenu seulement le troisième joueur dans l’histoire des Sabres à réaliser pareil exploit, après les Québécois Gilbert Perreault (1970) et Pierre Turgeon (1987).

À sa deuxième saison avec le Frolunda dans la Ligue de Suède, Dahlin, 6'3'' et 185 livres, a récolté sept buts et 13 mentions d’aide en 41 matchs l’an dernier.

Originaire de Lidköpiong, Dahlin a aidé la Suède à remporter la médaille d’argent au Championnat du monde de hockey junior de 2018, à Buffalo. Il a dominé son équipe, ou terminé à égalité, aux chapitres des points (six), du ratio défensif (+ 7) et du temps d’utilisation moyen par partie (23:08). Il a été élu le meilleur défenseur du tournoi et a mérité une place sur l’équipe d’étoiles.

Dahlin a également représenté son pays au Championnat du monde junior de 2017, alors qu’il n’avait que 16 ans. De plus, à l’âge de 17 ans, il a été le plus jeune participant lors du tournoi de hockey des Jeux olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud.

LNH

Le court été de Marchessault

Pas facile de se remettre d’une défaite en finale de la Coupe Stanley. Même si personne ne vous voyait là.

Jonathan Marchessault et les Golden Knights de Vegas ont écrit l’un des plus improbables chapitres de l’histoire du sport, en 2017-2018. Mais les dernières phrases sont tombées à plat pour l’équipe d’expansion : une défaite en cinq rencontres face aux Capitals de Washington pour l’obtention du célèbre trophée.

Ça fait encore mal, a admis Marchessault, mardi, en marge de la quatrième «Soirée des Étoiles» organisée par Marc-Édouard Vlasic et sa conjointe, Martine Auclair, au profit du Patro Laval. Les images de la défaite sont encore bien vives dans la mémoire du hockeyeur de Cap-Rouge.

«Je ne pense pas que c’est quelque chose que tu peux vraiment oublier. Quand tu passes si près et que t’es pas capable de clutcher au bon moment, ça fait un court été», a affirmé le petit attaquant de Vegas, auteur de 96 points en 97 matchs, saison et séries confondues.

Déjà de retour au gym

Marchessault a pris des vacances en famille pour décompresser après la défaite. Trois semaines plus tard, il était déjà de retour au gym pour préparer la prochaine saison. «Ça recommence vite, mais je pense que c’est le temps de passer à autre chose.»

Toutefois, pas question d’oublier complètement cet échec. «Il faut que tu y penses. C’est ce qui te rend plus fort», lance-t-il d’un trait. Et les Golden Knights ont bien l’intention d’être plus forts, même s’il semble y avoir plus de place pour une régression que pour une amélioration, après une saison de 109 points prélude à une place en finale.

«On sait à quel point ça va être dur de répéter ce qu’on a fait. C’est quelque chose de rare. Mais sincèrement, avec le talent qu’on a là-bas, on est capables d’avoir une franchise exceptionnelle», soutient l’ex-Remparts.

Si Vegas a été si bon, c’est en partie grâce au sentiment de vengeance éprouvé par les joueurs, reconnaît Marchessault. Car la majorité de ses coéquipiers, comme lui, ont en quelque sorte été abandonnés par leur ancien club lors du repêchage d’expansion. «On devait tous prouver qu’on pouvait avoir une organisation de la Ligue nationale qui veut de nous. On n’a jamais été satisfaits avec ce qu’on a accompli.»

Malgré leurs incroyables débuts, les Golden Knights vivent déjà un petit vent de changement, à leur première entre-saison. James Neal (Calgary) et David Perron (St. Louis) ont signé des contrats ailleurs; Paul Stastny s’est amené depuis Winnipeg. S’il apprécie l’acquisition du fils de l’ancien Nordiques, Marchessault admet que le départ de Neal et de Perron représente de «grosses pertes».

«Je pense que l’organisation le sait. J’ose espérer qu’elle a de plus grands plans après avoir perdu deux joueurs de deuxième ligne. Je suis sûr qu’ils n’ont pas fini de s’améliorer», espère Marchessault.

LNH

James Neal s'entend avec les Flames

Une équipe de la section Pacifique de la LNH a ajouté du sang neuf, une autre a offert un cadeau de fête à l’un de ses vieux routiers et manifesté toute sa confiance envers l’un de ses jeunes joueurs.

Âgé de 30 ans, Neal a récolté 25 buts et 44 points en 71 matchs pendant la saison régulière. Il a ajouté six buts et 11 points en parties des séries éliminatoires et aidé les Golden Knights à se rendre jusqu’à la finale de la Coupe Stanley.

Originaire de Whitby, en Ontario, Neal a marqué au moins 20 buts lors de chacune de ses dix saisons dans la LNH, incluant 40, un sommet personnel, en 2011-2012 avec les Penguins de Pittsburgh. En 703 matchs dans la ligue, il a amassé 263 buts et 495 points.

Neal, qui en sera à sa cinquième équipe dans la LNH, pourrait être muté à l’aile droite aux côtés de Johnny Gaudreau et du centre Sean Monahan. Il pourrait aussi évoluer sur le deuxième trio que devraient compléter le centre Mikael Backlund et Matthew Tkachuk.

Les Flames ont raté les séries éliminatoires pour la septième fois en neuf saisons ce printemps en grande partie à cause de leur incapacité à trouver le fond du filet. La formation albertaine a terminé au 27e rang au chapitre des buts marqués et au 29e rang pour l’efficacité en avantage numérique.

Choix de 2e ronde des Stars de Dallas en 2005 pour lesquels il a joué entre 2008 et 2011, l’attaquant de 30 ans a également évolué avec les Penguins de 2011 à 2014 et avec les Predators de Nashville entre 2014 et 2017.

Thornton et Hertl seront de retour à San Jose

Les Sharks de San Jose ont accordé un contrat d’un an, lundi, au vétéran Joe Thornton, qui disputera ainsi une 14e saison avec la formation californienne.

La direction de l’équipe n’a pas dévoilé la valeur de l’entente, mais diverses sources parlent d’un montant de 5 millions $ pour le centre dont c’était le 39e anniversaire de naissance lundi.

«Évidemment, quelques équipes ont appelé, mais j’ai spécifié à mon agent que je voulais revenir avec les Sharks, a révélé Thornton, lundi. Évidemment, lorsque j’ai parlé à vous, les journalistes, à la fin de la saison l’an passé, ce n’était pas un secret. Je sens que cette équipe s’améliore d’année en année... Notre fenêtre d’opportunité semble toujours ouverte à San Jose et c’est ce que j’aime.»

Peu de temps après, les Sharks en sont venus à une entente de quatre saisons avec l’attaquant Tomas Hertl. La valeur du contrat n’a pas été rendue publique.

Âgé de 24 ans, Hertl a amassé 46 points en 79 parties en 2017-2018 avec les Sharks, dont 22 buts. En dix matchs des séries l’an dernier, il a obtenu six buts et trois mentions d’aide. Il a marqué deux filets victorieux. En 328 matchs dans la LNH, tous à San Jose, il compte 81 buts et 89 mentions d’aide pour 170 points.

«Je crois que ses meilleures années sont devant lui, a stipulé le directeur général des Sharks, Doug Wilson, à propos d’Hertl. Il veut vraiment être un meilleur joueur. Lorsque je le regardais jouer durant les séries éliminatoires cette saison, je crois que tout le monde l’a vu évoluer. Il a vraiment gravi cet échelon que non seulement nous souhaitions pour lui, mais qu’il souhaitait également.»

Un passeur hors pair

Qualifié de «l’un des visages de la concession» par le directeur général Doug Wilson dans un communiqué lundi, Thornton n’a participé qu’à 47 matchs en 2017-2018 mais a tout de même récolté 36 points.

En 961 matchs de saison régulière avec les Sharks, après huit saisons passées avec les Bruins de Boston, Thornton a inscrit 228 buts et ajouté 745 mentions d’aide pour un total de 973 points.

Avec les Bruins, qui l’avaient sélectionné au tout premier rang du repêchage de 1997, le joueur originaire de London en Ontario avait obtenu 454 points en 532 parties, dont 169 buts.

Reconnu pour ses talents de fabricant de jeu, Thornton est devenu seulement le troisième joueur dans l’histoire de la LNH, en 2006-2007, à connaître deux saisons d’affilée avec au moins 90 mentions d’aide. Les deux autres sont Wayne Gretzky et Mario Lemieux.

En 2006, il a gagné les trophées Art Ross, grâce à une récolte de 125 points, et Hart, remis au joueur le plus utile à son équipe.

Autres signatures

Ailleurs dans la Ligue nationale de hockey, le Lightning de Tampa Bay a accordé un contrat d’une saison à un volet au défenseur Slaker Koekkoek.

Âgé de 24 ans, Koekkoek a récolté quatre buts et huit points en 35 parties avec le Lightning. Il touchera un salaire de 865 000$.

Les Ducks d’Anaheim ont aussi annoncé les mises sous contrat de six joueurs, incluant le défenseur Luke Schenn pour un an.