Alejandro Silva a été le seul marqueur de la rencontre, mercredi. Le match retour de cette demi-finale du Championnat canadien aura lieu à Vancouver, mercredi prochain.

L'Impact remporte le match aller contre Vancouver

MONTRÉAL — L’Impact voulait envoyer un message fort à ses rivaux du Championnat canadien, mercredi. Sans rugir, la formation montréalaise s’est tout de même offert un avantage de 1-0 lors de la première manche de sa demi-finale face aux Whitecaps de Vancouver.

Malgré un avantage de 13-9 au chapitre des tirs, et de 4-1 du côté des tirs cadrés, Alejandro Silva a été le seul à faire bouger les cordages pour l’Impact. Il a complété une belle séquence avec Jeisson Vargas et Saphir Taïder, à la 58e minute de jeu.

«Nous voulions mettre un maximum de chances de notre côté — non pas de se qualifier dès ce soir, mais d’envoyer un message fort et démontrer à tout le monde que nous voulons gagner la compétition», a affirmé l’entraîneur-chef de l’Impact, Rémi Garde, au sujet de la présence de nombreux réguliers dans son onze partant.

«Nous sommes à la mi-temps et nous n’avons pas concédé de but à l’étranger, ce qui est important, a-t-il ajouté. Nous aurions bien aimé pousser pour ce deuxième but parce que nous savons que ce sera difficile là-bas. Mais nous nous sommes mis dans une position plutôt favorable.»

Le Bleu-blanc-noir s’en voudra pour un manque flagrant de réussite dans le dernier tiers. L’Impact a dominé la rencontre 55-45 au niveau de la possession du ballon et a notamment vu Anthony Jackson-Hamel atteindre deux fois le cadre du filet. Taïder a aussi tenté cinq frappes, mais une seule a forcé le gardien Stefan Marinovic à faire l’arrêt.

«[Jackson-Hamel] a manqué un peu de chance, car oui, il aurait pu marquer deux buts, a noté Garde. J’ai aimé son implication dans le mouvement collectif. Je demande à tous les joueurs d’être aussi impliqués du côté défensif. C’est peut-être différent de ce à quoi Jackson était habitué par le passé. Il est maintenant plus impliqué à ce niveau et je suis heureux de le voir le faire.»

Mauvaises décisions

Pour leur part, les Whitecaps ont pu quitter Montréal en se disant que leur déficit aurait pu être beaucoup plus difficile à surmonter lors de la deuxième manche.

«C’est décevant de ne pas avoir inscrit de but à l’étranger et je crois que nous avons eu des chances, a souligné l’entraîneur des Whitecaps, Carl Robinson. Nous avons pris les mauvaises décisions et raté les passes clés autour de leur surface de réparation. C’est ce qui fait la différence, non seulement dans ce championnat, mais aussi en MLS. Si vous avez les qualités nécessaires pour déséquilibrer la défensive adverse, vous avez de meilleures chances de gagner. Ce n’était pas notre cas, et ce fut leur cas sur un tir.»

Le match retour de la série au total des buts sera disputé le 25 juillet, à Vancouver. Entre-temps, l’Impact se rendra à Portland pour y affronter les Timbers, samedi, en MLS, tandis que le même jour, les Whitecaps rendront visite aux Sounders de Seattle.

L’Impact obtiendra son billet pour la finale avec une victoire, un verdict nul ou un revers avec un écart d’un but d’au moins 2-1.

Dans l’autre demi-finale, le Toronto FC a pris les commandes en l’emportant 1-0 contre le Fury d’Ottawa, qui joue en USL, grâce à un but de Jonathan Osorio. Le TFC présentera la deuxième manche, également mercredi prochain.