Xavier Simoneau

Xavier Simoneau sera repêché tôt dans la LHJMQ samedi

SAINT-JEAN - Dans ses souvenirs les plus lointains, Xavier Simoneau a toujours été passionné par le hockey.
Véritable phénomène sur patins, le petit bonhomme de Saint-André-Avellin a vécu plusieurs moments grisants dans sa jeune carrière de hockeyeur. Il n'y a cependant rien qui va égaler ce qu'il s'apprête à vivre à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, samedi.
Une équipe de la LHJMQ devrait le réclamer quelque part au premier tour. Au pire, il devra patienter au début de la deuxième ronde pour lancer sa carrière junior majeur. 
«La journée qui s'en vient, je l'ai rêvé très souvent. Quand j'étais très jeune, après mes pratiques au centre Robert-Guertin, je suppliais mon père pour rester afin de voir les matches des Olympiques. Je rêvais de jouer pour eux. À l'époque, je voyais ça très gros. Je me disais que ça n'arriverait jamais, mais samedi, mon rêve va se réaliser. Ça sera mon cadeau pour tous les efforts que j'ai mis», a-t-il dit jeudi en direct de St-Andrews, une petite banlieue à une heure de Saint-Jean.
Pour les Simoneau, le repêchage de Xavier promet d'être un événement enivrant. La famille a choisi d'immortaliser le moment en louant un immense chalet sur le bord de l'océan. «Nous sommes une vingtaine. Ma mère a trouvé l'endroit et c'est génial, car c'est dans un petit village tranquille. Ça me fait penser à Saint-André-Avellin. Je ne me sens pas dépaysé!»
Vendredi, il se rendra au quartier général de la LHJMQ dans un hôtel de Saint-Jean pour rencontrer des équipes qui pourraient le sélectionner.
Samedi, l'heure du grand jour sonnera. L'attaquant de l'Intrépide de Gatineau a eu un avant-goût de l'envergure du repêchage de la LHJMQ en regardant le spectacle à la télévision l'an dernier. Son grand ami, Benoît-Olivier Groulx, avait été sélectionné au tout premier rang par les Mooseheads d'Halifax.
«Je suis sûr que j'avais autant de frissons que B.-O. quand il a été choisi premier. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser que ça serait mon tour l'année suivante.»
Un recul
À pareille date l'an dernier, le nom de Simoneau se trouvait dans le même groupe que celui de Samuel Poulin et de Xavier Parent. Les trois joueurs avaient obtenu le statut de joueur d'exception pour évoluer dans la Ligue midget AAA à 14 ans. Simoneau avait répondu aux attentes en récoltant 43 points en 32 matches avant d'être victime d'une sévère commotion cérébrale qui a mis fin à sa saison.
Cette année, il a également subi quelques blessures, dont une au cou, qui a faussement été interprétée comme une autre commotion cérébrale. Ces blessures, sa petite taille de 5'5'' et un lent début de saison ont contribué à lui faire perdre des points aux yeux de certains recruteurs. Le Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ classe aujourd'hui Simoneau au 20e rang de ses espoirs, mais le hockeyeur qui vient d'avoir 16 ans ne demande qu'à faire mentir ses détracteurs.
«J'avais connu une grosse année à 14 ans et j'ai voulu trop en faire à 15 ans. J'ai essayé de traîner mon équipe sur le dos en début de saison. J'ai frappé un mur, mais j'ai beaucoup appris de cela. Mon entraîneur m'a dit de me concentrer sur ce que je faisais de bien et j'ai connu une bonne deuxième moitié de saison», a expliqué celui qui a terminé la dernière campagne avec une récolte de 28 points en 32 matches.
Meilleur quand ça compte
Il a cependant été à son mieux pendant le Challenge midget AAA de Gatineau, durant les séries éliminatoires et au Combiné de la LHJMQ. Il aurait fait écarquiller les yeux de plusieurs recruteurs dans les dernières semaines de la saison.
Simoneau a donc hâte de voir où il aboutira samedi. «Je n'ai plus de preuves à faire. Tout a été fait. J'attends maintenant de vivre mon moment. Je serai fébrile chaque fois qu'une équipe va monter sur l'estrade pour annoncer sa sélection au premier tour!»
Évidemment, la fierté de la Petite-Nation aimerait sortir en première ronde, mais il se dit prêt à toute éventualité. «Peu importe mon rang de sélection, je voudrai démontrer que je jouerai comme un choix de première ronde dans la LHJMQ.»
À surveiller en Outaouais
Jason Horvath : Ce défenseur de 16 ans arrive de l'Ontario où il n'a pas été repêché après une saison midget AAA dans la région de Toronto. Déménagé à Gatineau, ce Franco-Ontarien se retrouve maintenant au sommet de la liste des meilleurs espoirs de 16 ans au repêchage de la LHJMQ. Horvath a tout pour réussir. Il a un bon gabarit, il patine bien et il a un flair offensif. Il pourrait avoir un impact positif dès sa première saison s'il aboutit dans une équipe à maturité. Les recruteurs s'attendent à le voir sortir dans les deux premières rondes.
Mathieu Gagnon : Le joueur étudiant par excellence de la Ligue midget AAA du Québec a été classé dans les rondes 6 à 8 selon le centre de soutien au recrutement, mais son entraîneur Martin Lafleur juge que son attaquant a été mal évalué. « Il représente une valeur sûre. Il va jouer dans la LHJMQ. Il excelle dans les deux sens de la patinoire. Il peut jouer au centre ou à l'aile droite. Son éthique de travail est phénoménale et c'est un individu de première qualité. Un capitaine dans l'âme. »  Travaillant et intelligent, Gagnon répond au profil de l'Armada !
Michaël Martel : Un solide gaillard qui n'a pas froid aux yeux et qui est classé parmi les rondes 6 à 8. Un recruteur-chef a assuré au Droit qu'il partirait au quatrième tour. « Il va amener de la profondeur à une équipe gagnante. Il va te compter 10 buts par année et jouer dans la tête de l'adversaire. C'est un joueur intense, fatigant et robuste qui connaît son rôle et qui aime ce rôle en plus. C'est une denrée rare aujourd'hui. Il va jouer dans la LHJMQ, c'est sûr », a-t-il dit.
Jérémie Lefebvre : Le gardien de 16 ans a connu un lent départ, mais il a été exceptionnel à partir de décembre. Travailleur acharné, il est déterminé à s'améliorer. Ainsi, il ne pourra faire autrement que de continuer à progresser.
Connor Romain, Éric Nadon et Étienne Couillard : Romain a du potentiel offensif, mais les blessures l'ont empêché de jouer à sa pleine capacité. Il pourrait éclore sur le tard. Nadon et Couillard sont deux défenseurs aux gabarits imposants qui apportent une dimension intéressante à une équipe de hockey.