Julien Pelletier

Une fierté locale au «Vieux Bob»

Normalement, l'hôtel Lafontaine de Thurso est bondé pour son 5 à 7 du vendredi.
Les clients risquent de se faire plus rares ce soir. Au lieu de s'attabler à l'établissement du village, plusieurs citoyens de Thurso convergeront vers le centre Robert-Guertin de Gatineau afin d'encourager l'un des leurs pour son seul passage en Outaouais de la saison.
Julien Pelletier arrive à Gatineau avec ses Screaming Eagles du Cap-Breton pour y affronter les Olympiques. La recrue de 17 ans est le premier joueur de Thurso à patiner dans la LHJMQ depuis Marc Myre en 2006 et le deuxième depuis Mathieu Raby en 1995. Pelletier connaît les deux joueurs en question, mais il n'était pas encore né quand Raby défendait les couleurs des Tigres de Victoriaville.
Nombreux supporters
Les Thursoliens sont donc très excités à l'idée de suivre les prouesses d'un autre produit local. Ils seront près de 300 dans la section 9 ce soir! Ils déborderont même dans les sections 8 et 10.
C'est un ami d'Éric Pelletier, le père de Julien, qui est à l'origine de l'activité. Jason Carrière est conseiller municipal à la Ville de Thurso. Il y a des mois, il a demandé au père du hockeyeur s'il pouvait rassembler les gens de la communauté via Facebook pour le match des Screaming Eagles à Gatineau.
L'engouement a été soudain. La réponse a surpris Éric Pelletier au plus haut point.
«Quand je me promène sur la rue, il y a des gens que je connais à peine qui m'approchent pour me dire qu'ils vont venir voir mon fils vendredi. Il y en a plusieurs qui vont le voir jouer pour la première fois. C'est énervant pour nous, la famille. J'espère que ça va être un bon match!»
Pas «nerveux»
Il faut dire que le jeune Pelletier se débrouille très bien à sa première campagne dans le circuit Courteau. Après 52 matches, il a récolté 18 buts et 36 points pour occuper le cinquième rang du classement des compteurs des recrues.
Jeudi, l'ancien de l'Intrépide de Gatineau est débarqué au centre Robert-Guertin en début de soirée pour y déposer son équipement. Il n'a pas patiné sur la glace du «Vieux Bob» depuis le tournoi midget Kiwanis en 2012. Nerveux d'attirer autant d'attention ce soir?
«Pas vraiment. Mon père est plus stressé que moi. Je trouve ça excitant de savoir que mes amis d'école, mes anciens coéquipiers et plusieurs parents seront dans les estrades. Il y en aura un paquet de monde que je ne connais même pas! Quand j'ai gagné mon poste au début de l'année, la première chose que j'avais faite, c'était consulter l'horaire pour savoir quand nous allions passer par Gatineau.»
L'ailier gauche de 5'11» et 180 livres a été choyé hier. Il a pu dormir dans son propre lit. Après avoir disputé deux matches en Abitibi cette semaine, son club sera en congé demain et dimanche. «J'ai hâte de retrouver ma chambre. Je veux me reposer et passer du temps avec mes parents et mes grands-parents. Nous sommes chanceux. Après le match, les joueurs du Québec vont pouvoir regagner leurs familles et retourner au Cap-Breton par avion dimanche au lieu de se taper 20 heures d'autobus. C'est très apprécié.»
Ce soir, l'hôtel Lafontaine risque d'être désert en début de soirée, mais après un bon match de hockey impliquant un Thursolien, il pourrait se remplir rapidement avant minuit!