Le Gatinois Benoît-Olivier Groulx représente le meilleur espoir de l'encan 2016. Il porte l'étiquette du joueur le plus complet du repêchage.

Repêchage LHJMQ: le dilemme des Mooseheads

C'est toujours excitant d'avoir le premier choix d'un repêchage. À condition de savoir qui choisir.
Les Mooseheads d'Halifax se retrouvent devant un dilemme à la veille de la séance de sélection de la LHJMQ à Charlottetown. Les recruteurs de la ligue semblent unanimes. Le Gatinois Benoît-Olivier Groulx représente le meilleur espoir de l'encan 2016. Il porte l'étiquette du joueur le plus complet du repêchage. Le problème, c'est que le deuxième espoir est un produit local pour les Mooseheads.
Le défenseur Jared McIsaac vient de Cole Harbour. L'équipe de la Nouvelle-Écosse peut-elle se permettre de le laisser passer? Un recruteur qui a obtenu beaucoup de succès au cours des dernières années avec son équipe de la division Ouest a même avancé que McIsaac aurait pu jouer dans la LHJMQ à 15 ans tellement il est doué.
Le prodige néo-écossais a déjà fait savoir qu'il choisirait un circuit américain s'il devait être réclamé au deuxième rang par le Drakkar de Baie-Comeau. Le directeur général du Drakkar, Steve Ahern, a répliqué en disant que si les Mooseheads sélectionnaient Groulx, il n'allait pas laisser passer McIsaac.
Des tractations en coulisses
Dans les coulisses, on dit que les Mooseheads travaillent très fort pour obtenir le deuxième choix du Drakkar. De cette façon, ils pourraient toucher le gros lot en mettant la main sur Groulx et McIsaac.
Les Mooseheads ont des munitions pour séduire le Drakkar. Ils ont trois choix de première ronde (1er, 7e et 16e). Ils ont aussi deux choix de deuxième ronde (21e et 24e) et deux choix de troisième ronde. 
Les deux clubs seraient près d'une entente, mais il manquerait encore un bon choix au repêchage pour que le Drakkar approuve le tout. En même temps, les Sea Dogs de Saint-Jean sont également dans le décor pour aller chercher le deuxième choix de la séance pour obtenir les services de McIsaac.
Une histoire à suivre d'ici samedi matin. Le sort d'un hockeyeur de la région de l'Outaouais pourrait en dépendre.