Le Gatinois Michaël Joly

Michaël Joly enfile les buts avec régularité

Choix de première ronde dans la Ligue nationale de hockey l'été dernier, Émile Poirier est devenu le cinquième joueur de la LHJMQ à atteindre le plateau des 40 buts dimanche dernier.
Le prochain à franchir cette marque pourrait être un patineur de l'Outaouais qui est passé sous le radar de toutes les équipes de la LNH à sa première année d'admissibilité au repêchage. Or, à sa deuxième saison dans le circuit Courteau, Michaël Joly a déjà inscrit 35 buts en 54 parties.
Plus que jamais, l'Océanic de Rimouski doit se féliciter d'avoir mis la main sur ce joyau en neuvième ronde du repêchage 2012. Par contre, les dépisteurs de l'équipe du Bas-Saint-Laurent savaient que la sélection du jeune homme au talent indéniable pouvait représenter une bonne aubaine.
«On connaissait son potentiel offensif. Cette partie de son jeu n'a jamais constitué un problème. Comme recrue, il est rentré chez nous comme 14e attaquant avec une réputation pas très enviable, mais celle-ci s'est évanouie après la première semaine du camp d'entraînement», raconte l'entraîneur-chef et directeur général de l'Océanic, Serge Beausoleil.
Comme recrue dans la LHJMQ, l'ancien de l'Intrépide de Gatineau a amassé 29 points en 50 parties. Cette saison, il est devenu le deuxième compteur de son club avec une récolte de 57 points. Ses 35 buts représentent un sommet chez les Rimouskois. Son différentiel de plus-26 est également le meilleur de son équipe.
Nouvelle étiquette
«Quand je suis arrivé à Rimouski, j'avais la réputation d'avoir une pauvre éthique de travail et un mauvais comportement. Comme j'arrivais dans une nouvelle ville avec une page blanche, j'ai voulu mettre cette étiquette de côté. J'ai travaillé très fort et j'ai rapidement été reconnu pour ça. Dans mon hockey mineur, j'ai toujours été un marqueur naturel. J'ai encore cette confiance cette année», explique le Gatinois de 18 ans.
Aujourd'hui, Michaël Joly est devenu un joueur important au sein d'une équipe qui aspirera aux grands honneurs au printemps 2014.
«Michaël nous donne du hockey de grande qualité. Il est employé à toutes les sauces. Il travaille bien dans les trois zones. Nous avons beaucoup confiance en lui. Il n'est pas parfait, mais il est très réceptif. Il hausse son jeu d'un cran quand on lui donne du feedback.»
Lorsque Serge Beausoleil souligne qu'il a confiance en l'attaquant gatinois, il ne plaisante pas.
«Quand un joueur va moins bien, on le place aux côtés de Joly pour le relancer. Tout le monde veut jouer avec lui. Il est capable de faire des choses que d'autres ne peuvent pas faire. Il est tellement créatif avec la rondelle. Sa vision du jeu est impressionnante. Il rend tout le monde meilleur autour de lui. Ses mains sont tellement agiles que je dois parfois le gronder un peu parce que ce n'est pas nécessaire de déjouer le même joueur trois fois!»
Pour atteindre le prochain niveau, Beausoleil aimerait voir Joly travailler son coup sur patin.
«Son coup de patin n'est pas une béquille. Il se tire bien d'affaire en raison de sa lecture du jeu. Son anticipation lui donne une longueur d'avance, mais s'il pouvait travailler son explosion, il deviendrait plus dangereux.»
L'avenir et la LNH
Le Gatinois a été sélectionné tardivement dans la LHJMQ. Pourrait-il l'être à nouveau dans la LNH? Beausoleil croit que c'est possible.
«S'il continue à améliorer son patin, il va finir par attirer l'attention de quelqu'un. Il a déjà 35 buts à 18 ans avec un différentiel de "26. Ce ne sont pas de vilains chiffres.»
Le rêve de la LNH est toujours dans la mire de Joly. «Je sais que je suis aussi bon que d'autres joueurs repêchés avant moi, mais je ne pense pas trop au repêchage. Je me concentre sur le moment présent, mais c'est sûr que je veux travailler mon explosion sur patin.»