Marc Beckstead célèbre le but marqué par son coéquipier Élie Bérubé en première période.

Les Olympiques vont prendre les deux points

Ce n'était peut-être pas joli, mais au bout du compte, les Olympiques de Gatineau ont mis fin à leur courte séquence de deux défaites en renversant les Wildcats de Moncton à leur retour au centre Robert-Guertin hier soir.
Après un long voyage dans les Maritimes qui s'est terminé tard dimanche soir, les patineurs gatinois avaient les jambes lourdes. Ils ont quand même fourni l'effort nécessaire pour empocher deux précieux points dans un gain serré de 4-3.
«Ce n'était pas beau des deux côtés, mais nous avons trouvé une façon de gagner et c'est ce qui compte à ce temps-ci de la saison. Avec la semaine que nous venons de connaître, pour nous, c'est une grosse victoire. On savait que ça serait pénible», a expliqué l'entraîneur-chef Benoît Groulx à l'issue de la partie.
Rappelons que les Olympiques sont rentrés à la maison dimanche soir après une longue balade de 24 heures en autobus. Habituellement, les équipes reprennent l'action le vendredi suivant. Les Gatinois avaient eu peu de temps pour récupérer leurs forces.
Comme les Wildcats (30-26-3) effectuaient leur seule visite de la saison en sol outaouais, ils ont attiré une quarantaine de dépisteurs de la LNH hier. Ivan Barbashev et Vladimir Tkachev sont deux des meilleurs espoirs de la LHJMQ en vue du repêchage 2014, mais c'est un espoir des Olympiques qui a rapidement ouvert la marque en première période.
Alexis Pépin a habilement fait dévier un puissant tir de Frank Schumacher pendant un avantage numérique. Le duo d'espoirs russes a répliqué avec la vitesse de l'éclair. En moins de trois minutes, Vladimir Tkachev avait préparé les buts d'Ivan Barbashev et de JC Campagna. L'exécution des jeux n'a pas laissé de chance au gardien Robert Steeves.
Les Olympiques (35-19-4) n'ont pas baissé les bras malgré le revirement de situation et Élie Bérubé a surpris le gardien Alex Dubeau du côté de la mitaine après un bon échec-avant provoqué par Marc Beckstead.
Après une période, c'était l'égalité 2-2. De retour d'une suspension de six matches, Derek Sheppard a engagé le combat dès sa première présence sur la glace. Il a sévèrement corrigé Reid Halabi qu'on a peu revu par la suite.
N'ayant rien à envier au duo russe des Wildcats au niveau des habiletés, Martin Reway a fait basculer le match dans la période médiane quand il a compté le 19e but des Gatinois en désavantage numérique cette saison. Il a complété une belle descente à deux contre un avec Taylor Burke.
Grand-maman Dunn
Les pieds bien ancrés devant le filet adverse, Vincent Dunn a fait 4-2 avant la fin de l'engagement.
«J'essayais de faire une passe à Reway, mais elle a touché les jambières de Dillon Donnely. La rondelle est revenue sur mon bâton. J'avais le but ouvert. Je n'ai pas de mérite pour ça. Même ma grand-mère aurait marqué!», a indiqué le #53.
Le but de Dunn s'est avéré celui de la victoire. Christophe Lalonde a pimenté la fin du match en réduisant l'écart à un but pendant un avantage numérique avec 18 secondes à écouler, mais les Olympiques ont résisté aux dernières attaques des Wildcats.
Vladimir Tkachev a complété la rencontre avec trois points. Le trio de Martin Reway, Simon Tardif-Richard et Vaclav Karabacek a souvent eu à négocier avec celui des Russes. Benoît Groulx a indiqué qu'il avait agi ainsi parce que le trio de Taylor Burke, Émile Poirier et Adam Stevens ne semblait pas avoir ses «meilleures jambes.»
Les Olympiques devront oublier cette victoire rapidement. Dès demain, ils vont accueillir le Drakkar de Baie-Comeau, l'équipe de tête de la LHJMQ.
Joly comme Crosby
Ailleurs dans le circuit Courteau, notons la sortie spectaculaire du Gatinois Michaël Joly qui a marqué un but et récolté six passes dans un gain de 9-3 de l'Océanic de Rimouski. Il était à un point d'égaler un record d'équipe. Il a cependant égalé la marque établie par Sidney Crosby à l'époque où il jouait à Rimouski.