Les Olympiques de Gatineau ont pris le contrôle de leur série contre les Screaming Eagles du Cap-Breton, samedi soir, avec une victoire sans équivoque de 8-2.

Les Olympiques malmènent les Screaming Eagles

Ils ont marqué 15 buts en deux matches. Ils n'en ont concédé que quatre.
Les Olympiques de Gatineau ont pris le contrôle de leur série contre les Screaming Eagles du Cap-Breton samedi soir avec une victoire sans équivoque de 8-2 devant 2227 spectateurs au centre Robert-Guertin.
La veille, les Gatinois avaient amorcé les séries qui mènent à la coupe du Président avec un gain de 7-2.
L'entraîneur-chef des Screaming Eagles a rapidement résumé l'incapacité des siens à offrir une bonne opposition aux Olympiques.
«Les Olympiques sont en plein contrôle de la série. Ils nous dominent dans tous les aspects du jeu. Leur faiblesse, c'est leur gardien, mais nous n'arrivons pas à nous rendre jusqu'à lui. Tu ne peux pas gagner des matches de séries avec 20 tirs au but. Ils jouent bien défensivement. Ils sont hermétiques. Ils ne nous donnent rien», a expliqué Marc-André Dumont à l'issue de la deuxième partie.
Ce dernier devait composer avec l'absence de deux éléments clés de son club dans ce deuxième match.
Hospitalisé d'urgence pendant la nuit de vendredi à samedi, Justin Haché n'était pas en mesure de jouer. C'est le meilleur défenseur des Eagles. Blessé à une épaule, le vétéran Kyle Farrell ne jouera plus dans cette série selon Dumont. L'attaquant de 19 ans lui avait rapporté une moyenne d'un point par match en saison régulière.
Si le trio de Simon Tardif-Richard, Martin Reway et Vaclav Karabacek avait inscrit six des sept buts des Gatinois dans le premier match, l'offensive a été beaucoup plus partagée samedi. Les quatre trios ont contribué à l'attaque. Treize des 18 patineurs ont récolté des points.
Émile Poirier a mené la charge avec un tour du chapeau. Vincent Dunn a aussi inscrit un but et trois points. Martin Reway a préparé trois filets.
Simon Tardif-Richard, Adam Stevens, Vaclav Karabacek et Jonathan Bourcier ont été les autres compteurs des vainqueurs. Après deux parties, Tardif-Richard et Reway partagent la tête du classement des compteurs des séries de la LHJMQ avec Jonathan Drouin des Mooseheads d'Halifax. Les trois joueurs ont récolté sept points.
Dans un deuxième match consécutif, les Gatinois sont venus à bout du gardien partant, Alex Bureau. Le gardien de 17 ans a pourtant réalisé de gros arrêts dans ce match où il a souvent été laissé à lui-même. Après le sixième but sur le 26e tir des Olympiques, il a toutefois laissé sa place à Zachary Fortin.
Les Screaming Eagles avaient pourtant bien amorcé le match. Dès la 34e seconde de jeu, Cameron Darcy a déjoué Robert Steeves, mais 31 secondes plus tard, Vaclav Karabacek a répliqué.
Le match a été serré jusqu'en fin de deuxième période. Raphaël Corriveau avait compté pendant un avantage numérique pour ramener le pointage à 3-2 à la 34e minute de jeu, mais le quatrième but de la série de Simon Tardif-Richard a redonné un coussin de deux buts aux locaux dans la dernière minute de la période médiane.
«Le Cap-Breton est venu pour jouer ce soir. C'était 3-2 et le match aurait pu basculer avant le but de Tardif-Richard en fin de deuxième période, a indiqué l'entraîneur Benoît Groulx. C'est sûr que c'est un gros pointage, mais nous avons trimé dur pour y parvenir. J'espère que les joueurs réalisent qu'ils doivent toujours travailler de cette façon pour gagner.»
Dans ce match, Vincent Dunn a mis fin à une série de 10 avantages numériques sans but en comptant au début de la troisième période. Émile Poirier a aussi compté avec l'avantage d'un joueur sur la patinoire. Jonathan Bourcier a quant à lui marquer en désavantage numérique.
«Contrairement à la veille, nous avons bien travaillé en avantage numérique. Je suis content de la contribution de tous nos joueurs, mais je suis surtout content de l'effort que nous avons déployé dans ce match. Leur gardien a fait des arrêts clés dans la première période où nous sommes sortis très forts», a expliqué Benoît Groulx.
Son club dominait 16-3 au chapitre des tirs après 20 minutes.
Pour Émile Poirier, cette deuxième victoire sera la bienvenue avant le départ pour le Cap-Breton lundi.
«C'est sûr que nous sommes dans une bonne situation, mais cette avance ne fait pas de différence. Nous allons aborder chaque match de la même façon. Ce n'est pas le temps de lever le pied. Il faut rester concentré sur notre objectif», a raconté celui qui a maintenant quatre buts à sa fiche dans la série.
Les deux prochains matches seront disputés à Sydney mardi et mercredi. Si nécessaire, le cinquième match sera aussi présenté au Cap-Breton vendredi.