Émile Poirier a donné le ton à la victoire des Olympiques sur l'Océanic avec trois points, dont deux buts.

Les Olympiques étaient prêts

En franchissant les portes du centre Robert-Guertin hier, les 2631 partisans des Olympiques de Gatineau avaient deux bonnes raisons d'être excités.
Les plus jeunes étaient agités par l'anniversaire de la mascotte Hully. Les plus vieux avaient hâte de saluer le retour au jeu de Martin Reway dont le dernier match dans l'uniforme gatinois remontait au 1er décembre.
Tout le monde aura été bien servi puisque Martin Reway a compté un but en plus de préparer celui de Frank Schumacher pour guider les Olympiques vers une victoire éclatante de 7-2 contre l'Océanic de Rimouski. Aidé par une séquence de 12 matches sans défaite en temps réglementaire, l'Océanic (26-12-7) était pourtant installé au deuxième rang de la LHJMQ avant le match.
Les Gatinois (28-15-1) étaient prêts pour le défi. Comme l'a indiqué l'entraîneur-chef des visiteurs, Serge Beausoleil, «les Olympiques ont eu le meilleur dans tous les aspects du jeu.»
Le point tournant du match s'est sûrement déroulé entre la fin de la première et le début de la deuxième période. Les locaux menaient 3-1, mais Rimouski bénéficiait d'un long avantage numérique double. Les Olympiques ont pu s'en sortir indemnes, puis Émile Poirier a aussitôt porté la marque à 4-1 d'un puissant tir sur réception qui a chassé le gardien Philippe Desrosiers à la faveur de la recrue Olivier Tremblay.
Âgé de 16 ans, ce dernier s'est bien débrouillé, mais les Olympiques n'ont jamais ralenti la cadence. À la fin du match, les locaux avaient eu l'avantage 46-25 au chapitre des tirs. Robert Steeves, qui n'avait pas complété cinq de ses sept départs précédents, a enregistré la victoire. Celle-ci devrait lui faire du bien même s'il aimerait revoir le premier but compté par François Beauchemin.
Émile Poirier a effacé l'avance de Rimouski une minute plus tard et Frank Schumacher a utilisé son puissant lancer pour donner l'avance aux Gatinois. Ils n'ont plus jamais regardé derrière. Alexandre Carrier a ajouté au coussin des siens même s'il s'est retrouvé seul contre quatre joueurs de Rimouski pendant un changement de trio des Olympiques. Son lancer a mystifié le gardien Desrosiers, qui a déjà mieux paru que sur ce but.
En deuxième période, Poirier et Vaclav Karabacek ont permis aux Olympiques de prendre une confortable avance de 5-2. Le Gatinois, Michaël Joly, a assuré la seule autre réplique du match de l'Océanic. Son 29e but de la saison lui permet d'être à égalité avec Émile Poirier à ce chapitre. Martin Reway et Marc Beckstead ont complété la marque dans le dernier tiers.
L'avantage numérique
Le retour de Reway se sera surtout fait sentir sur l'attaque massive. Les Olympiques ont profité des quatre premières punitions de l'Océanic pour marquer trois fois.
Débarqué à Ottawa samedi après avoir passé une semaine chez lui, en Slovaquie, l'espoir du Canadien de Montréal a épaté la galerie avec ses feintes habituelles et ses passes précises. Pourtant, l'attaquant de 18 ans ne se sentait pas bien.
«J'ai mis du temps à dormir samedi soir. Je suis vraiment fatigué présentement et je ne me sentais pas bien sur la patinoire. Je n'ai pas patiné depuis notre élimination au Championnat du monde. Quand même, nous affrontions une bonne équipe et j'aime toujours le défi de jouer contre un gros club. Il nous manquait Burkie (Taylor Burke), Dunner (Vincent Dunn) et quelques autres joueurs. J'avais hâte d'aider le club. Cette victoire en est une grosse pour nous.»
Martin Reway est bien au fait du classement serré qui rassemble les neuf meilleurs clubs de la LHJMQ dans le même paquet.
«C'est le moment de commencer à nous préparer pour les séries. Nous avons de grandes ambitions. J'aimerais qu'on devienne le club que tout le monde craint d'affronter!»
jfplante@ledroit.com