Le Gatinois Yvan Mongo goûtera à la finale de la coupe du Président à compter de vendredi soir au Harbour Station de Saint-Jean où l'Armada de Blainville-Boisbriand affrontera les Sea Dogs.

Le dernier test d'Yvan Mongo

Ça ne devrait même plus surprendre personne.
Année après année, depuis qu'elle a pignon sur rue à Blainville-Boisbriand, l'Armada arrive à déjouer tous les pronostics.
En quatre saisons, le club dirigé par Joël Bouchard s'est moqué de toutes les prédictions des experts en gagnant trois championnats de division alors que la majorité des « experts » leur prédisait une place au milieu ou même en fin de peloton. Malgré ses succès en saison régulière, la flotte laurentienne a éprouvé de la difficulté à surpasser les attentes en séries éliminatoires.
C'était avant ce printemps. Cinquième du classement général de la LHJMQ cette année, l'Armada (43-19-6) du Gatinois Yvan Mongo a franchi les deux premières rondes des séries même si elle a eu besoin de sept matches pour disposer du Titan d'Acadie-Bathurst. En demi-finale, elle a confondu les sceptiques en éliminant les Islanders de Charlottetown en cinq petites parties. Au total des points, les insulaires étaient deuxièmes dans la LHJMQ. Ils s'étaient aussi montrés agressifs sur le marché des transactions afin d'améliorer leurs chances de soulever la coupe.
Pour la première fois de son histoire, l'Armada participera à la finale de la coupe du Président. Encore une fois, elle occupera le rôle de l'équipe négligée face aux Sea Dogs de Saint-Jean (48-14-6), champions de la saison régulière. Encore une fois, le club de la couronne nord de Montréal va se balancer des prédictions.
Pourquoi ? Parce que le chef d'orchestre, Joël Bouchard, a réussi à faire croire à ses troupiers qu'ils pouvaient gagner la coupe. Il a fait germer l'idée dans la tête de ses joueurs toute la saison. Après sa victoire contre le Titan, il a rappelé que l'objectif n'était pas de gagner la prochaine ronde contre un adversaire mieux coté que lui. Il a rappelé que le but, c'était la coupe. Ses joueurs ont répondu en gagnant quatre matches sur cinq contre un adversaire redoutable.
L'Armada y croit et c'est ce qui sera dangereux pour les Sea Dogs. « C'est la mentalité que nous avons adoptée avec le temps. Chaque année, nous avons une bonne équipe. Souvent, on fait mentir les pronostics. Si tu penses que tu vas perdre, il y a de bonnes chances que ça va arriver. Si tu montes la barre d'un cran, tu peux arriver à tes fins », a signalé Yvan Mongo avant de monter dans l'avion en direction de Saint-Jean jeudi.
L'ancien capitaine de l'Intrépide de Gatineau sait qu'il affrontera la puissance du circuit Courteau en finale, mais il est prêt à relever le défi avec ses compagnons d'armes.
« Les Sea Dogs, c'est le plus gros test. C'est le dernier test. Nous sommes les deux derniers survivants de la saison. Nous allons donner tout ce que nous avons. Notre objectif, c'est de gagner. Nous n'aurons aucune retenue. Nous n'avons aucun complexe. Ça ne nous gêne pas d'affronter un club paqueté. Ça va se jouer sur la glace », a dit l'attaquant qui compte 12 points en 16 matches des séries.
Mongo demeurait confiant avant son départ. Il a souligné que son club misait sur un gardien en grande forme avec Samuel Montembeault et que son équipe regorgeait de leaders. « Samuel nous met en confiance et nous sommes plusieurs à avoir été capitaines de nos équipes midget AAA.  Ça nous aide à pousser dans la même direction. Nous formons un club qui fait attention aux petits détails et nous n'abandonnons jamais. C'est ce qui a fait pencher la balance en notre faveur jusqu'ici. »