Benoît Groulx.

Groulx n'avait pas le goût de plaisanter

La défaite de 6-2 des Olympiques a laissé un goût amer dans la bouche de l'entraîneur-chef Benoît Groulx.
Il était déçu de voir son équipe s'effondrer après avoir disputé 50 bonnes minutes. Jusque-là, elle donnait l'impression de se diriger vers une grosse victoire. Le match a cependant basculé quand son équipe a été prise en défaut avec trop de joueurs sur la patinoire alors qu'il terminait d'écouler une punition. L'entraîneur n'a pas été tendre envers ses joueurs de quatrième trio après le match.
«Nous avons totalement perdu notre sang-froid. Quand nos joueurs de quatrième trio nous coûtent huit minutes de punitions alors que nous avions bien averti tout le monde qu'il fallait être disciplinés contre les Remparts, je trouve ça complètement aberrant.»
Les Olympiques ont dû écouler une punition de quatre minutes pour un bâton élevé de Derrick Sheppard plus tôt dans le match. Puis Deverick Ottereyes a écopé d'une autre punition pour accrochage que Groulx n'a pas aimé au moment ils ont été pris en surnombre par les arbitres.
«Nous venions de tuer une punition où les Remparts n'avaient rien fait quand c'est arrivé, puis nous avons donné un mauvais but. C'est dommage, car nous avions disputé un bon match pendant 50 minutes. Après, ce fut un peu n'importe quoi. On s'est battu nous-mêmes. Nos punitions étaient évitables.»
Dans le camp des visiteurs, l'entraîneur Philippe Boucher avouait que son club avait mis du temps à se mettre en marche.
«Nous avons commencé tranquillement. Gatineau a travaillé plus fort que nous pendant deux périodes. On refusait de lancer. Nos défenseurs se compliquaient la vie. Nous n'avions pas de sentiment d'urgence, mais nous l'avions en troisième période. Nous avons beaucoup de talent, mais des fois, ces joueurs doivent se mettre dans l'esprit des plombiers pour obtenir des résultats.»