L'entraîneur-chef des Screaming Eagles, Marc-André Dumont, n'a pas l'intention de se lancer dans une guerre de mots avec Benoît Groulx.

Deux tuiles tombent sur la tête des Screaming Eagles

Les Screaming Eagles du Cap-Breton essayaient de se relever de leur défaite de 7-2 vendredi soir quand ils ont dû encaisser deux autres mauvaises nouvelles avant d'amorcer le deuxième match de la série samedi.
D'abord, l'équipe de la Nouvelle-Écosse a appris qu'elle allait devoir se rendre au front sans l'attaquant Kyle Farrell. Blessé à une épaule, le vétéran de 19 ans ne jouera plus dans cette série, selon l'entraîneur-chef Marc-André Dumont.
Farrell était le troisième marqueur de l'équipe en saison régulière avec 35 buts et 66 points en 65 parties. Comme si cette nouvelle n'était pas suffisante, le mauvais sort a continué de s'acharner sur eux quand le défenseur Justin Haché a été hospitalisé d'urgence dans la nuit de vendredi à samedi.
Haché est le meilleur défenseur de l'équipe. Il avait été le meilleur joueur des siens vendredi. En fin de match, Émile Poirier l'avait cependant atteint à la tête lors d'une mise en échec. Dumont a toutefois indiqué que l'hospitalisation de Haché n'était pas reliée à une blessure de hockey.
«Je ne veux pas rentrer dans les détails. C'est une condition médicale. Il allait bien après le match. Il a mangé et participé à la réunion d'équipe. Pendant la nuit, il a été hospitalisé d'urgence.»
Marc-André Dumont ne pouvait pas dire quand le défenseur de 19 ans sera apte à revenir au jeu. Farrell (+16) et Haché (+15) ont affiché les meilleurs différentiels des Eagles en saison régulière. Lorsqu'ils sont sur la patinoire, ils stabilisent le jeu. Pour prendre la place de Haché, les Eagles ont rappelé le défenseur de 16 ans Maxime Baillargeon.
Un peu déboussolé après avoir encaissé 15 buts en deux matches, l'entraîneur-chef pouvait-il se consoler à l'idée de rentrer à la maison pour évoluer devant ses partisans demain, mercredi, et si nécessaire, vendredi?
«Si nous jouons comme nous l'avons fait ici, ça ne fera aucune différence...»