Après son entrée fracassante dans la LHJMQ avec une récolte de 80 points (42 buts, 38 aides), Alexis Lafrenière peut mener l’Océanic loin, cette saison.

LHJMQ: trois favoris à la ligne de départ

La 50e saison de la LHJMQ est à nos portes. Qui succédera au Titan d’Acadie-Bathurst comme monarque du circuit Courteau dans huit mois? Drummondville, Halifax et Rimouski amorcent la campagne avec l’étiquette de favoris. Survol des forces en présence.

Ouest
Huskies › Mario Pouliot, le nouveau pilote de Rouyn-Noranda, hérite d’une équipe avec de la profondeur à toutes les positions, bien élevée par Gilles Bouchard. Samuel Harvey est probablement le meilleur gardien de la ligue, alors que Rafaël Harvey-Pinard sera une menace constante pour les défensives ennemies.

Armada › Bruce Richardson dit avoir eu droit à un club clé en main, tellement sa bande a été bien montée par Joël Bouchard. Mais l’équipe finaliste des deux dernières saisons a perdu des plumes sur la glace durant la saison estivale avec le départ des Barré-Boulet, Alain et Batherson. Les buts vont venir avec moins de facilité pour Blainville-Boisbriand.

Olympiques › Gatineau a fait des sacrifices l’hiver dernier. Éric Landry va travailler avec une jeune formation, qu’il voudra mouler à son image. En Outaouais, le rendement des deux nouveaux joueurs européens risque de dicter la position de l’équipe au classement.

Foreurs › Ça fait un bout de temps que Pascal Rhéaume attendait sa chance de prendre les guides d’une équipe de la LHJMQ. Il hérite d’une jeune équipe, qui n’a pas les outils pour se battre avec les meilleures équipes de sa division. Le mot d’ordre à Val-D’Or en 2018-19 : patience. David Noël devrait être en demande à la prochaine période des transactions!

Centre
Voltigeurs › Même s’il manque actuellement un vétéran de 20 ans, ils sont l’un des trois prétendants logiques à la Coupe du Président. Les acquisitions de Maxime Comtois et Félix Lauzon donnent du tonus à l’attaque de Drummondville. Olivier Rodrigue est préparé à se hisser parmi les meilleurs portiers de la ligue. C’est un peu plus mince en défense, cependant.

Phoenix › La perte de Thomas Grégroire fera mal à Sherbrooke en défensive. Surtout si elle est jumelée à celle de Luke Green, qui pourrait lui aussi rester chez les pros. Le Phoenix mise sur une jolie attaque, mais derrière, ce sera plus compliqué. À surveiller, les premiers pas du surdoué Patrick Guay.

Cataractes › Une nouvelle ère s’amorce à Shawinigan. Celle des Mavrik Bourque, Valentin Nussbaumer, Charles Beaudoin, Antoine Coulombe et Xavier Bourgault. Une équipe talentueuse, qui manque de maturité. Elle sera excitante… sans pour autant faire beaucoup de dégâts au classement. Pour ça, il faudra attendre au moins un an.

Quebec - Match Remparts contre Rimouski - Alexis Lafreniere numero 11 - 25/10/2017 - le 25 octobre  2017 - Photo Le Soleil, Erick Labbe

Tigres › Victoriaville a misé gros l’an dernier. Les Tigres doivent vivre avec les conséquences. Plus de la moitié des joueurs de Louis Robitaille n’étaient pas dans les parages l’an dernier! Ça fait beaucoup de monde à mettre sur la même page. L’attaque va souffrir des départs des Comtois, Lauzon, Abramov, Kosorensov et Huntington.

Est
Océanic › Sur papier, Rimouski est un peu inférieur aux Mooseheads et aux Voltigeurs. Mais en misant sur un virtuose comme Alexis Lafrenière, les hommes de Serge Beausoleil peuvent quand même rêver de gagner le dernier match de l’année. Colton Ellis fait lui aussi partie de l’élite à sa position névralgique, celle de gardien.

Drakkar › Après avoir fait du surplace l’an dernier, Baie-Comeau espère faire un bond au cours des prochains mois. Pas de souci du côté de l’attaque. Mais en défensive, Martin Bernard doit espérer une meilleure saison de son as Xavier Bouchard et souhaiter qu’autour de lui, le travail collectif soit plus probant.

Saguenéens › Le duo Hendrix Lapierre-Theo Rochette s’installe au Saguenay, ce qui promet pour le prochain cycle. À court terme par contre, Chicoutimi n’a pas encore assez de mordant pour menacer les meilleures équipes du plateau.

Remparts › Patrick Roy va s’ennuyer de Nathan Mackinnon et Gabriel Landeskog certains soirs. Ses Remparts ne représenteront pas une puissance. C’est une équipe en transition que le meilleur gardien de l’histoire du hockey va diriger à Québec en 2018-2019.

Maritimes
Moosehead › Le club hôte de la Coupe Memorial a bien fait les choses. Éric Veilleux arrive aux commandes avec sa grande expérience et il pourra compter sur une troupe aguerrie autant en attaque qu’en défensive. Le seul point d’interrogation est entre les poteaux. Halifax, comme Drummondville et Rimouski, part avec une longueur d’avance.

Wildcats › Moncton était dans la course pour présenter le tournoi de la Coupe Memorial dans sa cour. Sur papier, cette équipe est donc loin d’être mauvaise. Malgré ses 17 ans, Jakub Pelletier sera le prince de l’attaque. La défensive est expérimentée. Les Wildcats cognent à la porte de la fine élite.

Screaming Eagles › Kevin Mandolese a gagné sa bagarre devant le filet de Cap-Breton. L’attaque est solide. Défensivement, les Screaming Eagles ne sont pas à plaindre non plus. Marc-André Dumont a choisi de sacrifier Pierre-Luc Dubois et Drake Batherson ces deux dernières saisons. Les partisans vont bientôt réclamer plus de succès. Et si les Screaming Eagles s’invitaient à la fête?

Islanders › L’équipe surprise de la dernière saison a enchaîné avec un camp sans bavure. Ça commande le respect. Le gardien Matthew Welsh et le défenseur Pierre-Olivier Joseph seront encore les têtes d’affiche de Charlottetown. Du moins jusqu’à Noël. À partir de là, Hulton devra décider s’il est dans le camp des acheteurs ou des vendeurs.

Sea Dogs › Ils bâtissent dans le but de régner sur la LHJMQ dans deux saisons. C’est une formule qui a eu du succès par le passé à Saint-Jean. Le prix à payer pour jouer avec une équipe bourrée de jeunes de 16 et 17 ans, c’est de se battre pour une place en séries.

Titan › Le lendemain de veille sera difficile pour Acadie-Bathurst. Plusieurs vedettes ont quitté. La prochaine sera Noah Dobson, aux Fêtes. Avec le camp des Islanders, puis le camp d’Équipe Canada junior, il ne lui reste vraisemblablement qu’une poignée de matchs avec le Titan. C’est l’heure de la reconstruction à Bathurst, après la conquête de la Coupe du Président.