Leylah Fernandez a connu une semaine de rêve en remportant les titres en simple et en double au Challenger Banque Nationale de Gatineau. La dernière à avoir réussi l’exploit en Outaouais était aussi une jeune canadienne de 16 ans: Bianca Andreescu, maintenant 24e joueuse au monde.

Leylah Fernandez : une étoile est née au Challenger de Gatineau

Joueuse numéro un au monde chez les juniors après son triomphe à Roland-Garros en juin, Leylah Fernandez n’a pas tardé à faire sa marque chez les dames.

Dimanche après-midi, devant des gradins presque pleins malgré une température idéale pour la piscine, la Lavalloise de 16 ans a remporté le premier titre d’une carrière professionnelle qui s’annonce fort prometteuse.

Sous les regards ébahis des spectateurs venus assister à la finale du Challenger de Gatineau, elle a surmonté un déficit de 3-6 en première manche pour se relever et remporter les deux manches suivantes 6-1 et 6-2 contre Carson Branstine, une autre canadienne issue du tableau des qualifications.

Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Fernandez avait aussi gagné le titre du double avec sa partenaire Rebecca Marino la veille au parc de l’Île. La dernière joueuse à avoir réussi l’exploit avait été une autre Canadienne de 16 ans en 2016. Quelqu’un a déjà oublié Bianca Andreescu ? Championne à Indian Wells cette année, elle fait maintenant partie des 25 meilleures joueuses au monde à 19 ans.

« Ah, on me fait cette comparaison depuis longtemps ! Bianca a très bien fait au début de l’année. Je suis contente pour elle. Elle monte dans le classement, mais je dois me concentrer sur moi afin de bien faire à chaque tournoi. »

À 16 ans, la plus jeune joueuse du tableau a été intransigeante dans ses cinq victoires de la semaine en simple et ses quatre autres gains en double. Elle a mis la main sur un chèque de 3919 $ US en simple et la moitié du chèque de 1437 $ US en double en plus de mettre 50 points en banque dans chaque discipline. Au classement de la WTA, elle devrait faire un bond de 70 rangs et passer de la 373e place au 303e rang mondial.

Difficile à croire

« Si quelqu’un m’avait dit que je gagnerais deux titres à Gatineau cette semaine, je ne l’aurais pas cru. C’était la même chose à Roland-Garros. Il y a tellement de bonnes joueuses, mais je pense que mon expérience dans les tournois du Grand Chelem m’a aidée aujourd’hui. »

Carson Branstine, une Californienne devenue Canadienne quand elle s’est établie à Montréal il y a trois ans, s’accroupit au moment où Leylah Fernandez a obtenu sa première et seule balle de match à la fin de la troisième manche.

La semaine de rêve de Fernandez semblait menacée durant la première manche où Branstine, 18 ans, était en parfait contrôle au service, mais une brèche s’est créée dans la deuxième manche quand son adversaire a demandé de voir la physiothérapeute pour soigner une blessure à la hanche au moment au Fernandez venait de prendre l’avance 4-1. Juste avant, la jeune prodige venait de briser le service de Branstine pour la première fois.

« Après la première manche, j’ai gardé une bonne attitude. Je voulais gagner les points un à la fois. Je savais que j’avais un avantage physique quand elle a été blessée et je savais que je pouvais surmonter les difficultés. »

Mobilité réduite

La mobilité de Branstine a été affectée au début de la deuxième manche. Elle boitait souvent entre les points. Avec ses deux victoires dans le tableau des qualifications, Branstine disputait son septième match de la semaine et elle n’a pu contenir ses larmes après avoir subi son unique défaite du tournoi.

« Ma hanche me fait très mal maintenant, mais c’est moins pire que ç’a l’air. C’est difficile de perdre de cette façon. Je n’ai pas eu une journée de congé en trois semaines. Mon corps est juste un peu fatigué. J’ai senti un peu de douleur en première manche, mais j’avais le contrôle des points et je n’ai pas eu à bouger beaucoup. À 1-1 dans la deuxième manche, ç’a empiré. En plus, Leylah a haussé son jeu d’un cran. Elle jouait à un très haut niveau. Je n’avais plus beaucoup d’espoir à partir de là », a dit celle qui disputait sa première finale dans un tournoi doté d’une bourse de 25 000 $ US.

Branstine avait amassé 34 points de la WTA à ses 13 premiers tournois de la saison. D’un seul trait, elle vient d’en ajouter 31 avec une bourse de 2107 $ US. Elle gagnera plus de 100 rangs au classement avec sa fiche de 6-1 à Gatineau.

« Leylah est une joueuse fantastique. Je ne pense pas que ce sera notre seule finale. »

Après Bianca Andreescu en 2016 et Aleksandra Wozniak 2017, les amateurs de tennis de Gatineau ont assisté au couronnement d’une autre championne canadienne dimanche. Infatigable bête de travail, Leylah Fernandez n’aura laissé personne indifférent lors de son passage en Outaouais.

+
ABANDA ABANDONNE EN DEMI-FINALE

Un des duels les plus attendus de l’histoire du Challenger de Gatineau n’a jamais pu être complété samedi après-midi où le mercure a atteint un record de 46°C en tenant compte du facteur humidex.

Dans des conditions presque inhumaines, la Montréalaise Françoise Abanda a déclaré forfait dans la deuxième manche de sa demi-finale contre la Lavalloise Leylah Fernandez. 

Abanda, 22 ans, avait remporté la première manche 6-3, mais blessée à un pied, elle a demandé une pause médicale au moment où elle tirait de l’arrière 2-1 dans la deuxième manche. 

Victorieuse à ses trois premiers matches depuis son retour au jeu à Gatineau, Abanda a essayé de reprendre l’action après avoir reçu quelques traitements, mais en retard 5-1, elle a agité le drapeau blanc. 

Selon un porte-parole de Tennis Canada, son épaule droite (blessée en mars) avait aussi recommencé à l’incommoder. 

À son premier tournoi en cinq mois, Abanda a tout de même amassé 18 points et une bourse de 1144 $US. 

Elle devrait voir son classement passer de la 262e place au monde à la 248e. 

Sa présence au tournoi de Granby cette semaine est incertaine, mais elle gardait espoir d’y prendre part.