Lewis Hamilton a été sacré champion du monde pour une cinquième fois en carrière.

Lewis Hamilton a encore une fois remporté son duel face à Sebastian Vettel

MEXICO - L’accolade entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel a constitué un geste de respect mutuel entre deux pilotes qui totalisent entre eux neuf championnats en Formule 1.

Hamilton a par la suite évoqué la conquête du titre de la saison 2018, sa place dans l’histoire et la dure bataille livrée à Vettel pour remporter un cinquième championnat en carrière qui lui a permis d’égaler le légendaire Argentin, Juan Manuel Fangio, au deuxième rang de l’histoire de la F1.

«C’est un moment précieux pour moi», a déclaré Hamilton après avoir remporté le titre au Grand Prix du Mexique, dimanche.

Vettel s’est pris la tête dans les mains et essuyé le front, prêt à soulever de délicates questions sur la façon dont le championnat qu’il a un temps mené a encore pu lui échapper. La défaite était peut-être prévue, mais elle demeure toujours douloureuse.

«C’est un moment horrible», a reconnu Vettel, quadruple champion du monde, qui a terminé deuxième pour une deuxième année d’affilée et une troisième fois en carrière.

«Tu investis beaucoup de travail... Tu continues à te battre aussi longtemps que possible. J’ai déjà connu trois fois dans ma vie ce genre de déception», a avoué Vettel.

Hamilton a entrepris la course de dimanche avec une avance si importante que Vettel devait gagner et le Britannique terminer au-delà de la septième place pour reporter l’issue du championnat à la prochaine course au Brésil.

Vettel s’est bien battu, terminant deuxième derrière Max Verstappen (Red Bull). Hamilton a conclu l’épreuve au quatrième rang, ouvrant la voie aux célébrations à Mexico pour une deuxième année consécutive.

La saison 2018 a été ponctuée par un nouveau bras de fer entre Hamilton et Vettel et les équipes Mercedes et Ferrari.

Au fil d’une saison où Hamilton admet qu’il n’a souvent pas disposé de la meilleure voiture, il classe son cinquième titre en carrière parmi les meilleurs et les plus difficiles. Mercedes et Ferrari se livrent d’ailleurs toujours bataille pour le championnat des constructeurs.

«Nous n’avons pas eu la voiture la plus rapide dans la majorité des courses, mais nous avons gagné des courses, a confié Hamilton. J’ai réussi quelques-unes des meilleures courses de ma carrière.»

Vettel a entrepris la saison 2018 en s’imposant en Australie et à Bahreïn mettant ainsi de la pression sur Hamilton, qui n’a pas triomphé avant la quatrième course. La saison de Vettel a par la suite été ponctuée d’une série d’erreurs du pilote et de l’équipe. Vettel dominait ainsi largement le Grand Prix d’Allemagne disputé sous la pluie lorsqu’il a été victime d’une sortie de piste, offrant la victoire à Hamilton.

La période sombre de Ferrari a coïncidé avec une série de six victoires en sept courses de Hamilton, qui a connu son habituelle séquence fructueuse en deuxième moitié de saison. Vettel n’a pas savouré la victoire depuis le Grand Prix de Belgique en août.

«Je ne peux pas être trop dur envers moi-même pour ce qui est arrivé en Allemagne. Ç’a été très coûteux, mais cela fait partie de la course, a analysé Vettel. Nous n’avions tout simplement pas le rythme pour tenir tête à Mercedes pendant quelques courses.»

Et le retour en force récent de Ferrari ne fait qu’ajouter à la frustration d’un championnat perdu.

Kimi Raikkonen, l’autre pilote Ferrari, a remporté le Grand Prix des États-Unis. Vettel aurait peut-être gagné sans la pénalité de trois positions sur la grille de départ pour avoir roulé trop vite sous un drapeau rouge lors des essais.

Et Mercedes a semblé régresser ces deux dernières semaines. Hamilton a fini troisième au Texas et a connu des difficultés avec sa voiture tout le week-end à Mexico. Un bon départ dimanche a été suivi d’une course sans éclat pour s’assurer le championnat grâce à sa quatrième place.

Après l’arrivée, Vettel est sorti de sa voiture et s’est approché de Hamilton pour le féliciter.

«Il a été superbe toute l’année. Il a été le meilleur de nous deux, a reconnu Vettel. Cinq (championnats), c’est quelque chose d’incroyable. Je lui ai demandé de continuer de mettre de la pression l’année prochaine. J’ai besoin qu’il soit à son mieux pour le défier de nouveau.»

Ferrari n’a pas remporté le championnat des pilotes depuis 2007. Vettel a remporté tous ses titres chez Red Bull de 2010 à 2013. Il s’est joint à Ferrari en 2015 dans le but d’offrir le championnat à la plus célèbre équipe de F1.

Hamilton a salué son combat pour le titre avec Vettel.

«Il s’est démené si fort cette année, a déclaré Hamilton. La pression à laquelle il est soumis... c’est beaucoup à porter sur les épaules.»