Gus Takkale.

Les TomaHawks d'Ottawa n'auront pas fait long feu

Critiqués de toutes parts sur les médias sociaux pour ce choix politiquement incorrect, les propriétaires de la nouvelle équipe de la Ligue nationale de basket-ball du Canada ont décidé de retourner à la table de dessin, moins de 24 heures après le dévoilement du surnom.                
«J'aimerais sincèrement m'excuser auprès de la communauté des Premières Nations qui ont été offensées et insultées. Ce n'était pas mon intention du tout», a dit le copropriétaire de l'équipe, Gus Takkale, en entrevue avec CTV ce matin.
«Bientôt, très bientôt, nous voulons avoir un nouveau nom qui va représenter la communauté ainsi que les choses que nous voulons faire, les valeurs qui nous tiennent à coeur», a-t-il ajouté.
Takkale avait indiqué la veille que le choix du nom ne se voulait pas une référence à la hachette utilisée par les autochtones, mais plutôt à un type de «slam dunk» populaire au basket-ball.
Le surnom avait été choisi parmi une liste de 10 finalistes, les autres noms à l'étude étant les Colonels, les Rivermen, le Fire, les SkyHawks, les Wildcats, les Rangers, les Muskies, les Riversharks et les Raiders.
Plus de détails dans LeDroit du 28 février 2013 ou sur ledroitsurmonordi.ca