L'entraîneur-chef des Flyers, Alain Vigneault
L'entraîneur-chef des Flyers, Alain Vigneault

Les sports et le racisme: Vigneault reste dans sa bulle

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Ses Flyers de Philadelphie n’ont pas disputé comme prévu le troisième match de leur série contre les Islanders de New York, qui a été reporté à vendredi.

Alain Vigneault a cependant perdu des points dans la cour de l’opinion publique alors qu’il n’a pas voulu commenter le mouvement de contestation contre la brutalité policière à l’endroit des Noirs mené par des joueurs de la NBA, ce qui a mené à l’annulation des parties dans ce circuit la veille, peu après le gain de 4-3 en prolongation des siens.

«Je n’ai aucune idée de ce qui se passe dans le monde extérieur», a affirmé Vigneault lors de son point de presse de jeudi, avant que la LNH et l’Association des joueurs s’entendent pour reporter les parties de jeudi.

«Depuis que nous avons éliminé Montréal, la seule chose qui est ouverte dans ma chambre est mon ordinateur pour regarder des matches de hockey. J’essaie de préparer mon équipe du mieux que je le peux. Je m’investis 24/7 dans notre équipe, travaillant 20 heures par jour pour regarder des vidéos et préparer notre groupe. Je ne suis pas sur Twitter. Je n’ai pas lu d’articles de sport depuis je ne sais pas quand, et je n’ai pas lu d’autres sortes d’articles non plus. J’imagine que je ne suis qu’un maniaque (‘nerd’, en anglais) de hockey», a-t-il ajouté ensuite.

L’entraîneur gatinois s’est ensuite excusé pour sa réponse décevante, ajoutant que la LNH «fait tout ce qu’elle peut pour, évidemment, aider de sa propre façon avec ce que traverse la société».


« Avec le recul, je pense que ce qui est arrivé est un excellent message envoyé par les athlètes. Ils ont une plate-forme et ils l’ont utilisée. »
Barry Trotz

Son homologue des Islanders, Barry Trotz, s’est montré pas mal plus conciliant envers ses joueurs, qui ont tenu une réunion matinale pour discuter de la possibilité d’imiter les joueurs (et joueuses) de basket-ball, appuyés ensuite par quelques équipes de baseball et des joueurs de tennis, notamment. L’Alliance de la diversité au hockey, menée par Evander Kane et dont fait partie Anthony Duclair, des Sénateurs d’Ottawa, avait invité la LNH à suivre le mouvement, après avoir fait l’objet de nombreuses critiques mercredi soir.

«Je fais confiance à notre groupe et à ses leaders comme (le capitaine) Anders (Lee), ils sont excellents pour ça. Ils comprennent l’importance des séries, mais ils comprennent aussi où le monde en est présentement. Nous n’étions pas au courant de ce qui se passait (mercredi), on jouait quand tout ça est arrivé. Avec le recul, je pense que ce qui est arrivé est un excellent message envoyé par les athlètes. Ils ont une plate-forme et ils l’ont utilisée... À mon avis, tous les sports devraient continuer à jouer parce que les athlètes ont d’excellentes plate-formes, comme les célébrités», a-t-il déclaré.

«Les joueurs vont devoir s’impliquer. Je vais devoir m’impliquer. Tout le monde. Et si on fait ça, il y aura des changements dans notre pays. Il en a définitivement besoin présentement», a ajouté Trotz.

Duclair a signé une lettre de l’Alliance de la diversité au hockey demandant au commissaire de la LNH Gary Bettman d’annuler les parties de jeudi «pour montrer que les droits de la personne doivent avoir la priorité sur le sport».

Son coéquipier des Sénateurs Mark Borowiecki s’est servi de son compte Instagram pour appuyer à nouveau le mouvement qui vient appuyer Black Lives Matter.

«Plusieurs amateurs vont dire, ‘Pourquoi les joueurs s’embêtent avec ça, ça ne fait rien, ça n’aura aucun effet’. C’est une attitude triste. Les grands changements sont un processus, et tout geste proactif pour demander des changements, peu importe s’il semble petit ou sans grande signification, veut dire quelque chose. Si on avait adopté cette attitude de ne pas s’embêter (avec les injustices) tout au long de l’histoire, est-ce que les injustices auraient été corrigées ?», a-t-il écrit sur son compte Instagram.