Les sports en bref

Les événements du jour dans le monde des sports, en quelques mots.

OLIVIER ROCHON EN PAUSE

Membre de l’équipe canadienne de ski acrobatique, le sauteur Olivier Rochon fera l’impasse sur la prochaine saison de la Coupe du monde. Le Gatinois se permet une saison sabbatique après une longue route de deux ans où il s’est rebâti comme sauteur. Sa cinquième place aux Jeux de PyeongChang le comble encore.

«Je me suis placé dans une position où je pouvais faire un podium. Oui, c’est décevant de rater le podium de peu, mais je suis tellement fier de ce que j’ai fait. Maintenant, j’ai besoin d’une année de congé pour reposer mon corps afin de revenir en force à l’été 2019 pour les trois dernières années du cycle olympique», disait celui qui a déménagé à Chelsea, où il s’est trouvé un boulot d’animalier et de dresseur dans un centre canin.

Il sera toutefois du rendez-vous, ce week-end, au Lac-Beauport pour le Mondial Acrobatx. Il retrouvera d’ailleurs les deux Russes l’ayant devancé en finale olympique : Iliya Burov (médaillé de bronze) et Pavel Krotov (4e). Le Mondial Acrobatx en est à sa 14e présentation. De «party d’amis» à ses débuts, il est devenu un événement incontournable et sanctionné par la FIS. Pas moins de neuf athlètes ayant pris part aux derniers JO y participent. Le Soleil

***

BUSSIÈRES EN TÊTE

Champion en titre de l’Omnium du Québec Canam, Marc-Étienne Bussières a annoncé ses couleurs en remettant une première carte de 64, huit coups sous la normale, au club de golf St-Georges.

Peu de gens ont prédit une ronde aussi basse pour la première journée de compétition, surtout en raison des forts vents qui ont balayé le parcours.

« J’ai normalement une trajectoire de balle assez basse, a expliqué le golfeur originaire de Gatineau. J’ai bien géré les conditions de jeu et mon habileté à garder la balle aussi basse quand je joue dans le vent a été le point dominant de ma ronde. »

Bussières n’a commis qu’un seul bogey, au 13e, récupéré par un aigle au 16e, à normale 5.

« Je n’ai pas manqué beaucoup de coups, a indiqué le professionnel du club Longchamp. Et mon fer droit était très chaud. Chacun de mes roulés avait une chance de trouver le fond de la coupe. »

Son titre de champion 2017 l’a aidé à aborder l’édition actuelle.

« Je m’étais dit avant de commencer que j’allais être patient et c’est exactement ce que j’ai fait. » La Presse canadienne

***

WOODS PRÊT POUR LE TOUR D'ESPAGNE

Michael Woods dévalait une pente lors de la deuxième étape du Tour de l’Utah quand il a pris un virage et touché du sable.

Sa roue avant a perdu de l’adhérence et le cycliste canadien, qui roulait à plus de 50 km/h, a chuté.

« Ça n’a pas fait mal, car il n’y a pas eu d’impact. J’ai seulement glissé, a expliqué Woods. Mais en glissant, j’y ai laissé beaucoup de peau.

Nous étions le 7 août. Woods, qui roule pour EF Education Firts-Drapac, s’est relevé avant de terminer neuvième au total de la course de sept jours et 880 km. Malgré une blessure infectée à la jambe.

Le cycliste de 31 ans d’Ottawa est maintenant prêt à s’attaquer à la Vuelta. Le Tour d’Espagne, une éreintante épreuve de 3271 km disputée sur trois semaines, se mettra en branle samedi, à Malaga, par un contre-la-montre individuel de huit km.

Woods a attiré l'attention l'année dernière en terminant septième au classement général à sa première participation au grand tour. Cet accident en Utah a brièvement diminué son enthousiasme en vue de la course de cette année, mais il dit maintenant être dans de meilleures dispositions. La Presse canadienne