Gus Takkale.

Les SkyHawks chasseront en territoire gatinois

Les SkyHawks feront un saut à Gatineau, délaissant temporairement leur nid au centre Canadian Tire.
L'équipe de basket-ball professionnel d'Ottawa disputera deux parties locales au Cégep de l'Outaouais. Deux joutes qui se dérouleront dans le gymnase principal du pavillon Gabrielle-Roy qui peut accueillir jusqu'à... 400 personnes.
«On nous a contactés avant la période des Fêtes, a indiqué le coordonnateur du programme des Griffons du Cégep de l'Outaouais, Daniel Leduc.
«On ne connaît pas beaucoup l'équipe, mais nous allons faire un bout de notre bord pour aider au développement du basket dans la région.»
Les SkyHawks ont peiné à attirer de grosses foules jusqu'ici à leur première saison dans la Ligue nationale de basket-ball du Canada (LNB). Il y avait 2600 spectateurs lors du match inaugural, mais en décembre, les assistances avaient chuté à moins de 500 personnes.
L'organisation explique vouloir exaucer le souhait de ses amateurs.
«Décembre a marqué la mi-saison. Nous avons demandé du feedback à nos partisans. Nous voulions savoir comment nous pouvions avoir un plus gros impact», a souligné le propriétaire Gus Takkale, hier, au Droit. La réponse?
«Deux choses sont revenues souvent sur le tapis. Les gens veulent que nous nous rapprochions du centre-ville, surtout pour nos amateurs qui habitent à Gatineau [...] Deuxièmement, on nous a demandé de s'impliquer plus dans les universités et collèges.»
Une «belle vitrine»
Takkale a rappelé que les SkyHawks sont très présents dans les écoles élémentaires et secondaires d'Ottawa. Il s'agira de leur première présence en sol québécois.
«Nous savons qu'il y a beaucoup d'amateurs de basket-ball à Gatineau. Nous voulons les attirer à nos parties, a soutenu l'homme d'affaires.
«Puis j'ai grandi à Hull. J'ai toujours voulu organiser quelque chose de spécial là-bas. Nous avons parlé aux gens du Cégep et ils sont aussi excités que nous. Nous avons hâte. Ce sera une belle vitrine pour nous.»
La première partie se déroulera lundi prochain contre le Lightning de London. Puis les SkyHawks reviendront à Gatineau le 24 février, à nouveau un lundi, affrontant l'Express de Windsor.
La capacité restreinte du Cégep n'inquiète pas les SkyHawks. «Nos lundis n'étaient pas trop occupés (au centre Canadian Tire)», a répondu Takkale à ce sujet.
Pourquoi ne pas opter pour le centre Robert-Guertin, qui peut recevoir plus de 3000 personnes?
«Il n'y a pas de surface de jeu disponible pour le basket-ball là-bas qui pourrait être installée», a noté Gus Takkale.
Et le gymnase du centre sportif dont les gradins peuvent asseoir plus de 440 spectateurs? Les SkyHawks ignoraient l'existence de ce site moderne lorsque LeDroit a soulevé l'option. Une fois l'entrevue terminée, un de leurs représentants a contacté la Ville de Gatineau afin de visiter l'endroit.
L'organisation ne ferme pas la porte à disputer d'autres matches en Outaouais dans le futur. À noter, la LNB ne permet à ses équipes de jouer qu'un maximum de deux parties locales ailleurs que son domicile permanent.
Le bail liant les SkyHawks au centre Canadian Tire prend fin ce printemps. La formation compte approcher la Ville d'Ottawa afin de jouer à l'aréna de la Place TD l'automne prochain.
Mcomtois@ledroit.com