Les Sénateurs font partie du groupe de sept formations qui n’auront pas la chance de lutter pour la coupe Stanley.
Les Sénateurs font partie du groupe de sept formations qui n’auront pas la chance de lutter pour la coupe Stanley.

Les Sénateurs victimes collatérales du plan de la LNH

On a presque l’impression que Gary Bettman s’excusait auprès des partisans de certaines équipes, dont les Sénateurs d’Ottawa.

«Nous sommes en plein coeur d’une période exceptionnelle de notre histoire. Une période sans précédent. Dans ce contexte, j’ai bien peur qu’il était impossible d’élaborer un plan parfait pour notre retour au jeu. Je suis presque convaincu que les partisans de toutes les équipes vont étudier notre plan et y trouver des éléments qu’ils jugeront déplaisants», a déclaré le commissaire de la Ligue nationale de hockey, mardi après-midi, sur les ondes du réseau Sportsnet.

M. Bettman a confirmé le bruit qui courait depuis un certain temps. Les Sénateurs font partie du groupe de sept formations qui n’auront pas la chance de lutter pour la coupe Stanley.

Lorsque la LNH s’est mise en pause, en mars, ils occupaient le 30e – et avant-dernier – rang du classement général. Dans leur 27e saison dans la LNH, ils ont remporté tout juste 25 matches.

La déception, à Ottawa, a peut-être davantage à voir avec les modifications adoptées à la loterie du repêchage.

Une quinzaine d’équipes, en tout, auront la chance de la remporter. Huit d’entre elles seront particulièrement chanceuses, car elles auront également l’opportunité de participer au tournoi de la coupe Stanley.

Le 26 juin, au moment du tirage, les trois premiers choix seront en jeu.

Le plan du commissaire a vraisemblablement changé.

Selon le bruit qui courait, au début du mois de mai, M. Bettman voulait faire les choses différemment, cette année. À ce moment-là, on disait que seules les sept équipes exclues des séries pourraient y participer. Et seul le premier choix était en jeu.

Le commissaire de la Ligue nationale de hockey, Gary Bettman

En vertu de cette proposition, les Sénateurs étaient assurés d’obtenir deux des quatre premiers choix.

Selon la formule qui sera adoptée, ils pourraient reculer, un peu.

La direction du club n’a pas l’intention de se plaindre de son sort.

Quand est venu le temps de réagir aux annonces de mardi, elle a simplement publié un court communiqué.

Le propriétaire Eugene Melnyk a même l’air satisfait.

«L’annonce de la LNH aujourd’hui offre plus de clarté aux Sénateurs d’Ottawa et nous permet maintenant de tourner nos regards vers le repêchage de la LNH. Nous sommes convaincus que cet événement marquera une transformation dans l’histoire de notre club. Nous sommes bien positionnés pour sélectionner certains des jeunes espoirs les plus prometteurs à l’occasion d’un repêchage qui s’annonce comme un des plus relevés des dernières années», a-t-il commenté.

Les Sénateurs détiennent, pour l’instant, trois choix de première ronde.

Ils pourraient gagner le derby Alexis Lafrenière avec leur propre premier choix. Ils pourraient aussi le remporter grâce au choix de premier tour que les Sharks de San Jose leur ont offert, dans la transaction impliquant Erik Karlsson.

Le troisième choix de premier tour, obtenu en mars dernier dans la transaction qui a envoyé Jean-Gabriel Pageau à New York, pourrait aussi se retrouver dans le top-15.

Le tirage aura lieu dans environ un mois, le vendredi 26 juin.

La date du repêchage n’a pas encore été déterminée.

«Les Sénateurs d’Ottawa sont heureux pour tous les partisans de hockey que la LNH ait élaboré un plan solide pour un retour au jeu et que la Coupe Stanley puisse être soulevée cette année. Beaucoup d’efforts ont été déployés en coulisses pour rendre cela possible et je désire remercier tous ceux qui ont travaillé sans relâche pour garantir que notre magnifique sport puisse reprendre ses activités dans le contexte actuel sans précédent», complète Eugene Melnyk, dans son communiqué.

Le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion, devrait livrer son bilan de fin de saison dans les prochains jours.