Le centre des Maple Leafs Mitchell Marner (16) marque dans le but de Craig Anderson durant le troisième période.

Les Sénateurs s’effondrent contre les Leafs

Comme si leur saison n’allait déjà pas assez mal comme ça, les Sénateurs d’Ottawa ont maintenant perdu le numéro des Maple Leafs de Toronto.

Bien placés après deux périodes pour remporter un cinquième gain de suite contre leurs rivaux de la Bataille de l’Ontario, et un 10e en 11 parties, les hommes de Guy Boucher se sont plutôt écroulés au troisième tiers pour s’incliner 4-3 devant une salle comble de 17 788 amateurs aux allégeances divisées au Centre Canadian Tire.

Les locaux avaient réussi à sortir la moitié environ de la foule qui encourageait les visiteurs en dominant la deuxième période, qui a pourtant été leur talon d’Achille depuis le début de la saison. Ils ont marqué trois buts de façons différentes, un en avantage numérique, un en désavantage et l’autre à cinq contre cinq, pour effacer l’avance de 1-0 Zach Hyman avait procuré aux Leafs.

Mais les Leafs (26-17-5) sont revenus avec trois buts sans réplique, ceux d’Auston Matthews (son 20e), Mitch Marner et Connor Carrick pour mettre fin à une série de quatre revers de suite (0-1-3) et remporter un premier gain en 2018.

«On a bien joué en deuxième, mais notre jeu de puissance nous a fait mal en début de troisième, on était frustrés entre nous et on n’a pas été capables de s’en remettre en donnant un but tout de suite après. On n’a pas pu se regrouper. On n’aime pas perdre contre eux, c’est certain, surtout qu’on a eu du succès contre eux», a dit le meilleur compteur du club, Mark Stone, qui a obtenu deux passes même s’il s’est blessé à un genou en début de deuxième après une collision avec Bruce Gardiner.

Erik Karlsson avait créé l’égalité en saisissant son retour de lancer, puis Mike Hoffman a lancé les Sénateurs en avant avec un tir précis qui a déjoué le gardien Frederik Andersen du côté rapproché.

Quand Ryan Dzingel a écopé d’une double mineure pour rudesse pour s’être porté à la défense de Zack Smith, secoué par une mise en échec dangereuse d’Andreas Borgman, Smith a obtenu la meilleure vengeance possible en refilant à Tom Pyatt, qui a marqué d’un beau tir de l’enclave alors que les siens étaient à court d’un homme. 

Punition coûteuse

Smith a cependant écopé d’une punition coûteuse en troisième, juste après que Matthews ait ramené les Leafs dans le match. Marner en a profité pour créer l’égalité, 1:28 minute après le but de Matthews. Le gardien Craig Anderson a ensuite alloué un mauvais but sur un tir de loin de Carrick.

«Je dirais qu’on a joué notre deuxième période en première, on n’avait pas la mentalité de prendre des tirs [quatre seulement]. On a eu une excellente deuxième période, les gars se sont bien battus les uns pour les autres, Dzingel est allé défendre son coéquipier [Smith] et on a compté en désavantage numérique à cause de ça. Mais vraiment, au début de la troisième, ce but à cinq contre cinq ne peut pas arriver, c’est simple», analysait l’entraîneur-chef Guy Boucher après coup, lui qui n’a pas voulu commenter la punition de Smith à l’endroit de Nazem Kadri.

Il n’a pas voulu commenter non plus une rencontre qu’aurait eu son patron, le d.g. Pierre Dorion, avec les joueurs de l’équipe vendredi, mais le capitaine Erik Karlsson a discuté du sujet, ainsi que de la déclaration de celui-ci cette semaine à l’effet que sa priorité est de lui faire signer une prolongation de contrat, mais que «même Wayne Gretzky a été échangé», ce qui a ouvert la voie à toutes sortes de spéculation à l’effet que Karlsson pourrait être échangé.

«C’est arrivé [des rencontres avec le d.g.], par le passé, chaque fois que l’équipe ne répond pas aux attentes et se retrouve dans la position où nous sommes, des choses vont arriver. Il s’est assis avec nous et il a expliqué que ce n’était pas assez bon, ce qu’on sait tous. Il n’y a rien d’étrange avec ça», a-t-il commencé.

«C’est vrai que c’est arrivé [l’échange de Gretzky par les Oilers], je ne pense pas être proche de ça. Je ne sais pas pourquoi un parallèle est fait avec moi. Mais encore une fois, nous sommes dans les bas-fonds de la ligue, on ne fait pas un bon travail et mon contrat va arriver à échéance, il va donc y avoir des discussions. C’est la première fois que je suis dans cette position. Je ne contrôle pas ça. Je vais continuer à faire mon travail tant que je suis ici et il reste un an et demi à mon contrat», a ajouté Karlsson.

Les Sénateurs (15-20-9) ont annulé leur entraînement de dimanche parce qu’ils ont quelques blessés alors qu’ils prendront le chemin du Minnesota en vue de leur match de lundi, premier de deux en 24 heures alors qu’ils seront à St. Louis mardi.