Les Sénateurs d’Ottawa ont fait savoir samedi qu’un deuxième joueur de l’équipe a contracté la COVID-19, mais il risque fort que ce ne soit pas le dernier.

Les Sénateurs en attente de résultats de tests de dépistage de la COVID-19

Les Sénateurs d’Ottawa ont fait savoir samedi qu’un deuxième joueur de l’équipe a contracté la COVID-19, mais il risque fort que ce ne soit pas le dernier.

Alors que l’identité de celui-ci n’a pas été dévoilée, à part pour Santé Ontario qui a parlé d’un homme dans la trentaine ayant contracté le coronavirus par « contact étroit » alors qu’il est maintenant en isolement volontaire, il y aurait six autres personnes sur les 52 qui étaient du vol nolisé de l’équipe vers la Californie il y a deux semaines en attente de tests de dépistage effectués mercredi, jeudi et vendredi derniers, selon le communiqué du club envoyé en fin de semaine.

Ce nombre comprend les joueurs, le personnel de l’équipe (entraîneurs, préposés à l’équipement et thérapeutes), des membres des médias (spécifiquement TSN 1200, dont les représentants sont les seuls admis dans l’avion nolisé via Air Canada), des invités ainsi que l’équipage aérien.

Il pourrait en fait y en avoir sept, l’analyste des matches à TSN 1200 Gord Wilson ayant fait l’objet d’un test de dépistage lui aussi dès lundi dernier.

« Je ne pense pas être compris dans ce chiffre (de six), vu que j’ai obtenu mon test lundi dernier alors que le communiqué envoyé par les “Sens” indique qu’ils attendent les résultats de tests effectués mercredi, jeudi et vendredi », a-t-il confié au Droit dimanche.

Wilson s’est présenté au Centre de dépistage de l’aréna Brewer quatre jours après le retour de l’équipe dans la capitale, le jeudi 12 mars, parce qu’il ressentait des symptômes de la grippe pendant le voyage à San Jose, Anaheim et Los Angeles de même qu’en revenant à la maison, où il s’était mis en quarantaine volontaire, tel que suggéré par les autorités du domaine de la santé. Le test lui a été administré parce qu’il a eu un malaise cardiaque le mois dernier, nécessitant une angioplastie et l’installation de trois endoprothèses vasculaires (« stents »).

Selon Santé Ontario en date de dimanche matin, un total de 8361 cas sont présentement en cours d’analyse, alors qu’il y a eu 413 cas positifs, 8 cas résolus et 3 décès.

Dans son communiqué de samedi, la direction des Sénateurs a réitéré son désir « d’être totalement transparents envers nos amateurs » en effectuant des mises à jour ponctuelles.

Un courriel envoyé pour s’enquérir de l’état de santé du premier joueur de l’équipe dont le test positif a été rendu public mardi dernier — il était en isolement volontaire lui aussi — est cependant resté sans réponse.

« Le personnel médical des Sénateurs d’Ottawa surveille activement les joueurs et le personnel et suit toutes les directives appropriées et professionnelles pour aider à assurer la santé et la sécurité de nos employés et de la communauté en général », est-il écrit dans le communiqué.

Jusqu’à maintenant, les Sénateurs sont la seule équipe de la Ligue nationale de hockey à avoir vu de ses joueurs être infectés par la COVID-19. Les Blues de St. Louis ont fait savoir dimanche qu’un membre de la famille d’un employé de bureau de l’équipe a passé un test positif, alors qu’un employé de bureau des Canucks de Vancouver a fait de même la semaine dernière.

Le virus s’est propagé parmi une dizaine de joueurs de la NBA, dont quatre des Nets de Brooklyn, seul la vedette Kevin Durant ayant accepté d’être identifié. Les Nets étaient en Californie en même temps que les Sénateurs, affrontant les Lakers au Staples Center la veille du match opposant Ottawa aux Kings de Los Angeles, le 11 mars. Les Sénateurs n’ont cependant pas utilisé le même vestiaire que les Nets au Staples Center, celui-ci étant utilisé pour les entrevues d’après-match des joueurs et de l’entraîneur des Kings. Ces derniers ont fait savoir jeudi dernier qu’aucun membre de leur organisation n’avait montré de symptômes du virus, tout comme les Ducks d’Anaheim également.