Les Sénateurs menaient 3-0 après 40 minutes de jeu grâce aux buts de Nate Thompson (à droite), Ryan Dzingel et Brassard avant que les Maple Leafs ne rendent les choses intéressantes en troisième période.

Les Sénateurs doublent les Leafs

Les Sénateurs d’Ottawa ont encore une fois joué avec le feu en troisième période, mais cette fois, ils ne se sont pas brûlés.

Les deuxièmes buts du match de Mark Stone et de Derick Brassard ont enrayé une tentative de remontée des Maple Leafs de Toronto alors que la troupe de Guy Boucher a remporté un gain de 6-3 devant une salle comble de 17 455 amateurs aux allégeances partagées pour ce match de la Bataille de l’Ontario au Centre Canadian Tire.

Les locaux remportaient un premier gain à domicile après avoir présenté une fiche de 0-1-3 à leurs quatre premières sorties, incluant deux défaites — contre Washington lors du match inaugural et jeudi contre le New Jersey — où ils avaient laissé filer des avances de deux buts.

Ils menaient 3-0 après 40 minutes de jeu grâce aux buts de Nate Thompson, Ryan Dzingel et Brassard avant que les Maple Leafs ne rendent les choses intéressantes en troisième période.

La victoire s’est avérée coûteuse alors que les Sénateurs ont perdu les services de l’attaquant Bobby Ryan en début de troisième tiers. Il s’est fracturé l’index de la main droite en bloquant un tir de Ron Hainsey. Guy Boucher a annoncé après le match qu’il devra s’absenter pour au moins un mois.

«On fait face à de l’adversité encore, comme l’an dernier. Il fallait se tenir ensemble en fin de troisième période et on l’a fait. On avait laissé quelques parties nous filer entre les doigts en raison d’un manque de confiance et c’est normal. À un moment donné, je savais qu’on allait répliquer et c’était ce jour-ci. C’est un crédit au caractère de nos joueurs», a lancé l’entraîneur-chef des Sénateurs après la rencontre.

Stone a justement bien fait paraître son patron en comptant à peine sept secondes après qu’Auston Matthews ait réduit l’écart à 3-2, ce qui est un nouveau record d’équipe pour la réplique la plus rapide à un but de l’adversaire. Après celui-ci, Boucher a utilisé son temps d’arrêt pour essayer de calmer le jeu.

«J’essayais de l’encourager à ne pas le prendre parce que notre ligne se sentait bien, mais ça a bien fonctionné, ça a calmé les gars. Nous avons réalisé que nous étions encore dans une bonne situation et on est allé chercher un gros but», a dit Stone, qui a soutiré le disque à Nikita Zaitsev pour aller marquer en saisissant son propre retour de lancer arrêté à l’origine par Frederik Andersen.

«C’est pour ça qu’il y a un coach, a blagué Boucher. Ce sont les joueurs qui ont tout fait, même si j’ai l’air d’un génie alors que je pourrai avoir l’air d’un idiot un autre jour.»

Avant le deuxième but de Brassard qui a répliqué à celui de William Nylander en avantage numérique, le gardien Craig Anderson a réalisé un arrêt important aux dépens de Mitch Marner, qui tentait de profiter d’une rondelle échappée par Johnny Oduya en plein dans l’enclave.

«Ils ont obtenu du momentum de leur premier but, il a fallu être forts mentalement et faire comme si rien n’était arrivé. Il fallait continuer à jouer comme on l’avait fait dans les deux premières périodes, on a fait des erreurs en troisième qu’on ne faisait pas avant, a dit Anderson, qui a fait face à 31 lancers. Je n’ai pas pensé [sur le tir de Marner], j’espérais qu’il rate son tir et on a été un peu chanceux là-dessus. Je devais un gros arrêt aux gars après le deuxième but [de Matthews, qui lui est passé entre les jambières].»

«Dans un match de 60 minutes, on savait qu’ils tenteraient de revenir, ils ont un des meilleurs clubs de la ligue. Ils ont compté une couple de buts avec quelques bonnes présences, mais on a bien répondu après ça. On a limité les dégâts contre leur attaque, c’est ça qu’on fait depuis l’an passé», a souligné Brassard, qui a obtenu une passe en plus de son doublé, ce qui lui donne déjà 10 points, dont 6 buts, en 8 parties cette saison.

Erik Karlsson a pour sa part récolté trois passes pour un deuxième match de suite, après avoir été blanchi à son retour au jeu mardi dernier.

Les Sénateurs (4-1-3) infligeaient seulement un deuxième revers aux Leafs (6-2-0), à qui certains preneurs aux livres prédisent déjà la Coupe Stanley en juin prochain. 

«Cette équipe [Ottawa] s’est presque rendue en finale l’an passé. Ils sont de fiers compétiteurs. Ils entendaient dire que les Leafs étaient tellement bons et ils nous ont montré qu’ils sont encore à prendre au sérieux. Nous n’étions pas tout à fait prêts pour compétitionner de cette façon», a dit leur entraîneur-chef Mike Babcock.

Ottawa jouera maintenant son prochain match contre les Kings de Los Angeles mardi, après que ces derniers aient rendu visite aux Leafs lundi.