Les Ravens de Carleton (18-5-5) se retrouvent avec l’étiquette de l’équipe favorite.

Les Ravens soudainement favoris

La saison de rêve des Gee Gees de l’Université d’Ottawa a pris fin abruptement dimanche soir quand la meilleure équipe de la saison régulière de l’Association universitaire ontarienne a été éliminée par les Golden Gaels de l’Université Queen’s au deuxième tour des séries.

Les deux équipes de tête de la conférence de l’Ouest, Ryerson (20-5-3) et Brock (19-5-4), ont subi le même sort. Des 20 clubs universitaires qui ont entamé la saison 2018-19, il ne reste plus que quatre survivants.

Soudainement, les Ravens de Carleton (18-5-5) se retrouvent avec l’étiquette de l’équipe favorite. Les finalistes de la conférence de l’Est ont été un des deux seuls clubs à infliger un revers aux Gee Gees (22-2-4) en temps réglementaire au cours de la saison régulière. Maintenant, ils devront se mesurer à un club qui vient de réussir l’exploit deux fois la semaine dernière.

Les Golden Gaels (18-10-0) s’amèneront au Ice House de Carleton jeudi soir avec l’idée de voler le premier match dans la capitale nationale comme ils l’ont fait contre les Gee Gees. Shaun Van Allen, l’ancien joueur des Sénateurs d’Ottawa qui dirige les Ravens, avance que ses troupiers ont intérêt à garder les deux pieds sur terre même s’ils se retrouvent à deux petites victoires d’une participation au championnat canadien.

« Nos joueurs doivent garder la tête froide. N’eût été un match perdu par défaut par les Gaels en raison de l’utilisation d’un joueur suspendu, il n’y aurait qu’un point qui nous sépare. Ils viennent de battre l’équipe numéro un de la ligue. Il faudra jouer notre meilleur hockey. »

La victoire surprise des Gaels a privé les Ravens et les Gee Gees d’une deuxième confrontation consécutive en séries. Les Gee Gees avaient gagné un duel de premier tour l’an dernier, mais une rencontre en finale de conférence pour une place au championnat canadien aurait porté la rivalité à un autre niveau. Dans le fond, Van Allen ne se dit pas surpris par l’élimination de ses rivaux de l’autre bout du canal Rideau.

« Il n’y a rien qui me surprenne dans cette ligue. Les séries sont tellement courtes. En première ronde, les surprises sont rares, mais à partir de la deuxième ronde, tout est possible », a dit celui qui a vu son club éliminer les Redmen de McGill en trois matches grâce à une victoire en prolongation.

Golden Gaels et Ravens ne s’aiment pas trop. Leur dernier match à Kingston juste avant la pause de Noël s’était terminé dans le tumulte avec des bagarres.

Pour l’emporter, les Ravens auront besoin de l’effort de tous même si quelques visages connus ont eu leur mot à dire dans les victoires des deux premières rondes. Trois anciens des 67’s d’Ottawa ont contribué au pointage régulièrement. Jared Steege, Evan de Haan et Brett Gustavsen ont marqué des buts clés alors que le Gatinois François Brassard montre une moyenne de 2,96 et un pourcentage d’arrêt de ,912.

« Notre gardien a été très bon. Nous avons un club équilibré qui a joué en équipe. Tout le monde a la bonne attitude », dit Van Allen.

Dans l’Ouest, la finale va se jouer entre Guelph (13-11-4) et Western (15-12-1).