Le garde des Raptors de Toronto Kyle Lowry (7) précise que rien n’est encore gagné : «On n’a encore rien accompli».

Les Raptors si près du paradis

TORONTO — Toronto dispute lundi à domicile, à 21h, le match le plus important de son histoire qui peut lui offrir son premier titre de champion NBA face à Golden State, l’équipe qui collectionne titres, records et exploits.

Des bookmakers de Las Vegas aux statisticiens du site spécialisé FiveThirtyEight, en passant par les anciennes gloires de la NBA, beaucoup prédisent le sacre des Raptors dès le prochain match.

La franchise canadienne a impressionné en allant remporter deux matchs de suite, mercredi (123-109) et vendredi (105-92), à l’Oracle Arena d’Oakland, l’une des salles les plus hostiles et imprenables de la NBA.

Pour le site spécialisé FiveThirtyEight, dont les pronostics sont définis par des compilations de statistiques, Golden State n’a plus que 11 % de chances de remporter un troisième titre de suite et de renverser une situation hautement compromise (3-1).

Les Warriors sont de fait face à une montagne : Cleveland, la seule équipe sacrée championne de NBA (en 2016) après avoir été menée 3-1 (par... Golden State), n’avait pas perdu deux matchs de suite à domicile.

Mais Stephen Curry et ses coéquipiers n’ont pas remporté trois des quatre derniers titres et ne disputent pas leur cinquième finale NBA de suite pour rien.

Leonard comme Jordan, LeBron et Kobe

«Ce sont les champions en titre et ils ne vont pas nous laisser remporter ce titre facilement. Ils vont se battre jusqu’au bout», a prévenu Kyle Lowry, le meneur de Toronto. «On n’a encore rien accompli», a-t-il ajouté.

«Il y a encore beaucoup à faire, il faut rester très concentrés», a confirmé Nick Nurse, son entraîneur.

Ce qui donne confiance aux Raptors et à leurs bruyants supporteurs — ils seront des dizaines de milliers massés dans leur «Jurassic Park» autour de la Scotiabank Arena lundi —, c’est que Golden State, l’une des meilleurs défenses de l’histoire, n’arrive pour l’instant jamais à trouver la parade.

Kawhi Leonard a enchaîné vendredi un 14e match de série de suite à plus de 30 points, rejoignant dans un club très fermé Michael Jordan, Hakeem Olajuwon, Allen Iverson, Kobe Bryant et LeBron James. Mais Toronto ne se limite pas à Leonard.

Dans le premier match, c’est Pascal Siakam qui a écœuré les Warriors avec ses 32 points. Dans le match no 3, ce sont les paniers à trois points de Danny Green qui les ont fait plier. Vendredi, les 20 points et deux contres de Serge Ibaka, décisif durant le troisième quart, ont fait mal.

«C’est vraiment une belle équipe, où chacun connaît son rôle, avec des joueurs d’expérience qui ont déjà joué des finales», a admis Klay Thompson.

«On est encore en vie»

Mais l’arrière de Golden State, dont l’absence lors du match n3 avait pesé lourd dans la défaite de son équipe, n’abdique pas, tout comme son coéquipier Stephen Curry.

«Depuis cinq ans, on a tellement vécu d’expériences différentes, on a joué dans tellement de configurations différentes, il s’agit juste de remporter un match de basket, le prochain, et après on verra où on en est», a expliqué Curry dimanche en conférence de presse.

«Après le match no 4, cela a été difficile, ce n’est pas agréable de perdre deux matchs de suite à domicile. Je ne dirais pas qu’on est abattus, mais plutôt qu’on est impatients de jouer et de gagner le prochain match», a insisté le meneur de Golden State.

«On a déjà été dos au mur par le passé, on sait que notre tâche n’est pas facile, mais on va tout faire pour y arriver», a renchéri Thompson.

Un joueur sans doute peut changer la donne : Kevin Durant. Le meilleur marqueur des Warriors n’a plus joué depuis un mois à cause d’une blessure à un mollet, mais son retour se précise.

«Il va s’entraîner avec nous dimanche et il fera une session supplémentaire avec nos jeunes joueurs dans l’après-midi [...] On verra après comment il se sent», a annoncé son entraîneur Steve Kerr.

Mais s’il joue lundi, après une telle absence et dans un tel contexte, Durant pourra-t-il vraiment aider son équipe, qui n’a plus le droit à l’erreur, à réussir un exploit rarissime?

+

KEVIN DURANT À L'ENTRAÎNEMENT

Kevin Durant, des Warriors de Golden State, est absent depuis plus d’un mois, en raison d’un mollet tendu.

Kevin Durant jouait au basket dimanche.

Les Warriors espèrent que ce sera aussi le cas lundi soir, à Toronto.

Avec son club en danger de s’incliner en finale de la NBA, Durant s’est présenté à l’entraînement dimanche, pour tenter de déterminer s’il pourra jouer lors du cinquième match, lundi soir.

Durant est absent depuis plus d’un mois, en raison d’un mollet tendu.

Les Raptors mènent la finale 3-1, à la suite de deux gains d’affilée. Golden State est en quête d’un troisième championnat consécutif.

«Il aura du travail supplémentaire avec certains de nos jeunes joueurs et nous évaluerons à partir de là», a déclaré l’entraîneur des Warriors, Steve Kerr.

Durant n’était pas disponible pour commenter.

En saison régulière, Durant a marqué en moyenne 26,0 points par match, puis 34,2 points en 11 matchs en séries. Il s’est blessé lors du cinquième match de la demi-finale de l’Ouest, contre Houston.

Les Warriors ont une fiche de 6-3 en son absence.

«C’est juste une question d’avoir une autre arme puissante, un atout capable de faire des choses très dynamiques», a dit le garde Stephen Curry.

«Le bienvenu»

On veut voir si Durant peut surmonter de nouveaux obstacles en rétablissement. Kerr a déjà dit que Durant pourrait revenir au jeu après un seul entraînement.

«Il sera vraiment le bienvenu, je peux vous l’assurer, a dit le garde Klay Thompson. Je pense qu’il est assez facile de voir qu’il nous manque beaucoup.

«Il nous a propulsés vers deux championnats au cours des deux dernières années, alors ce serait toute une histoire s’il recommençait. Je sais à quel point il veut être sur le terrain. C’est l’un des plus forts compétiteurs que je connaisse.»

Toronto a permis à Kobe Bryant de marquer 81 points le 22 janvier 2006. Dans les 1175 matchs des Raptors depuis, le plus grand nombre de points marqués contre eux est 51 : deux fois, les deux à Toronto, les deux par Durant. En mars 2014 (avec le Thunder), puis en novembre dernier.

Même s’il n’était pas à 100 % lundi, la simple présence de Durant devrait rendre les Warriors plus dangereux à l’attaque.

Les Raptors seront prêts, qu’il joue ou pas.