Kawhi Leonard connait d'impressionnantes séries éliminatoires pour les Raptors.

Les Raptors récompensés pour leur travail acharné

TORONTO — Plusieurs médias américains faisaient peu de cas des Raptors, ces deux dernières séries, mais Toronto a eu le dernier mot contre Philadelphie et Milwaukee.

Le travail acharné était un thème récurrent chez le club torontois, lundi, alors que commençaient les préparatifs en vue du premier match de la finale de la NBA contre les Warriors de Golden State, jeudi.

Danny Green, sélectionné 26e en 2009, pense que le fait d’être négligé a motivé lui-même et ses coéquipiers, à différents moments de leur vie professionnelle.

« Beaucoup de gars ont eu des parcours intéressants, mais ils ont le sentiment de devoir montrer quelque chose, estime Green. Les gars qui savent ce que c’est que de se retrouver hors de la ligue ou d’être choisis tard, ils ont quelque chose à prouver. Le caractère de l’équipe s’est forgé à partir de plusieurs sources. »

Kyle Lowry ne s’en fait pas avec les prédictions des autres.

« Je ne sais pas qui nous choisit ou pas, a mentionné Lowry, choisi 24e en 2006. Peu importe. Tout le monde a sa propre opinion, comme toujours. Pour nous, nous devons simplement arriver sur le terrain et faire notre travail. La saison régulière ne veut rien dire. »

Les Warriors sont largement favorisés par la plupart des commentateurs. Leur noyau de joueurs a fait l’objet de grandes attentes tout au long de leurs carrières.

Stephen Curry a été repêché septième, Kevin Durant deuxième et DeMarcus Cousins cinquième.

Golden State en est à cinq finales de suite, incluant trois championnats.

Pour les Raptors, la pause de quatre jours est la bienvenue. Lowry soigne une main blessée, Kawhi Leonard – choisi 15e, en 2011 – impressionne malgré de la douleur au genou, et au moins un joueur a besoin de retrouver de la précision dans ses tirs.

Pascal Siakam, Marc Gasol et Fred VanVleet ont eu leurs ennuis à certains moments des séries, mais Green est celui qui a le plus peiné. Bien qu’il ait amorcé les six matches de la finale de l’Est, il n’a réussi que 18,8 % de ses tirs alors qu’en carrière, son taux de succès est 42,4 %.

« Continuer de tirer. Ne pas y penser, a dit Green, étalant son credo. Il est difficile de ne pas y penser : tout le monde vous dit de ne pas y penser, de continuer à tirer. Faites-moi confiance, je vais continuer de tirer. »