Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Pier-Olivier Roy a tenté sans succès de déjouer le gardien de l'Armada.
Pier-Olivier Roy a tenté sans succès de déjouer le gardien de l'Armada.

Les Olympiques remportent la bataille des unités spéciales

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Article réservé aux abonnés
C’est une des grandes vérités, dans le monde  du hockey. Dans les séries éliminatoires, peu importe le niveau, l’équipe qui gagne le match est souvent celle qui a remporté la bataille des unités spéciales.

«Notre avantage numérique a marqué de gros buts pour nous», claironnait Louis Robitaille, mercredi après-midi.

«C’est dur de s’impliquer physiquement et d’avoir un bon forecheck quand tu passes la moitié de la période en désavantage numérique», disait, au même moment, Bruce Richardson.

À LIRE AUSSI: Un tir parfait pour battre Poirier

Le club de Robitaille, les Olympiques de Gatineau, a débuté les séries éliminatoires du bon pied. Il a battu celui de Richardson, l’Armada de Blainville-Boisbriand, 6-3.

Les deux avaient bien raison.

Les Olympiques ont été inactifs pendant 26 jours, en avril, tandis que l’organisation au grand complet combattait la COVID-19.

Quand les joueurs ont sauté sur la patinoire pour renouer avec l’action, on pouvait donc s’attendre à n’importe quoi.

Antonin Verreault a marqué son premier but dans les séries de façon spectaculaire, en plongeant.

L’indiscipline a surtout fait défaut à l’Armada dans la première portion du match.

Au milieu de la première période, les Olympiques ont eu l’opportunité d’attaquer à cinq contre trois pendant deux minutes complètes.

Vers la fin de cet engagement, ils ont obtenu une attaque massive de cinq minutes. Un ancien attaquant gatinois, Jérémie Rainville, a écopé d’une extrême inconduite de partie pour avoir asséné un coup de bâton au Russe Alexeï Prokopenko.

Les Olympiques ont inscrit quatre buts, en tout, avec l’avantage d’un homme. Ils ont fait mouche deux fois durant la pénalité à Rainville.

«C’est un geste qui ne doit pas arriver. C’est sûr et certain», commente Richardson.

«On va garder ça à l’interne, si vous le voulez bien. C’est l’émotion et la frustration des séries. Jérémie a reçu un coup à deux mains sur la tête ou sur l’épaule, juste avant. Il a répliqué. C’est juste l’histoire d’un jeune junior qui veut faire sa place dans les séries éliminatoires», précise-t-il.

Prokopenko a marqué le premier but de Gatineau.

Antonin Verreault, Zach Dean, Mathieu Bizier, Tristan Allard et Kyle Havlena - dans un filet désert - ont marqué les autres buts du club vainqueur.

Mathias Laferrière, Yaroslav Likhachev et Miguël Tourigny ont assuré la réplique.

On peut dire que le jeune Verreault a bien réussi sa rentrée. Au premier entracte, il avait déjà inscrit trois points!

«Ma performance a bien cliqué, mais je peux améliorer plein de facettes de mon jeu», a dit l’attaquant de 16 ans, sévère.

«L’important, c’est de continuer dans la même direction.»

Louis Robitaille se montre un peu plus clément dans son évaluation.

«Antonin a produit offensivement en début de match. Il a vu c’est quoi, du hockey de séries. L’autre équipe va essayer de matcher ses gros défenseurs et sa meilleure ligne contre son trio. Antonin a été à l’origine de quelques revirements, mais j’ai bien aimé son calme, avec la puck, proche du filet.»

Le défenseur Yevgeni Kashnikov tente de ralentir Miguël Tourigny, en zone défensive.

Le coach a tenu à saluer le travail accompli par ses autres recrues, alors qu’elles vivaient leur baptême de feu des séries éliminatoires.

«Nous avons envoyé Noah Warren sur la glace dans les cinq dernières minutes de jeu. Samuel Savoie a joué avec acharnement et il a posé des gestes intelligents. Et il faut donner du crédit à Tristan Luneau, aussi. On parle souvent de lui comme un espoir doué à l’offensive, et c’est vrai. Quand tu vois un défenseur de 16 ans bloquer deux lancers en fin de match, ça te montre à quel point il est engagé. C’est un détail qui ne passe pas inaperçu dans la chambre.»

Un but en désavantage

La bataille des unités spéciales se gagnent aussi lors des infériorités numériques.

Le centre de 19 ans Mathieu Bizier a lui aussi connu une partie de trois points. Il a inscrit le but de la victoire. Il a également été à l’origine d’un autre but important - celui d’Allard - alors que les Olympiques se défendaient à court d’un homme.

«J’ai parlé aux joueurs de l’importance de saisir les opportunités, particulièrement lors des descentes en surnombre. Il faut savoir choisir de bons jeux. Sur cette séquence, j’ai bien aimé la façon dont Mathieu s’est présenté devant leur défenseur. Il a gardé la tête haute. Il n’a rien précipité. Il a pris ce qu’on lui a donné», résume Robitaille.

«Je suis content, dit le principal intéressé. C’était un match important. À partir de maintenant, on a réussi notre première étape.»