L'entraîneur-chef des Olympiques, Louis Robitaille, répond aux questions des médias.
L'entraîneur-chef des Olympiques, Louis Robitaille, répond aux questions des médias.

Les Olympiques expulsés de Baribeau par une fuite d'ammoniac

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Quand le téléphone de Norm McMillan a sonné jeudi matin vers 11 h et qu’il a vu qu’un directeur du Service des Loisirs de Gatineau l’appelait, il a pensé un instant que ses Olympiques de Gatineau allaient pouvoir retourner au Centre Robert-Guertin plus tôt que prévu.

Le président de la formation itinérante de la LHJMQ a rapidement déchanté en apprenant qu’un taux trop élevé d’ammoniac dans les conduits sous la glace de l’aréna Baribeau forçait plutôt la Ville de Gatineau à fermer temporairement son domicile... temporaire.

L’entraîneur-chef et directeur général Louis Robitaille était sur la glace à diriger l’entraînement quotidien de l’équipe quand un employé est venu lui dire vers les 10 h 20 qu’il fallait évacuer le vétuste amphithéâtre.

À LIRE AUSSI: Les Olympiques s'installent à Baribeau

Aréna Baribeau: de vétuste à domicile des Olympiques

«C’est une situation qui est déplorable, personne ne s’attendait à ça. On était sur la glace... et l’employé est venu nous dire qu’il y avait une fuite. Pas une fuite dans l’air, mais dans les canaux en-dessous de la glace. C’était plus de manière préventive, donc les joueurs et le personnel n’ont pas été exposés à des fuites, mais pour la sécurité de tout le monde, il fallait (sortir)», a commenté Robitaille lors d’un point de presse tenu jeudi après-midi dans le stationnement à l’arrière du Centre Robert-Guertin.

Ce dernier, faut-il le rappeler, ne peut être utilisé comme domicile par ses principaux locataires étant donné que le CISSSO l’a réquisitionné comme refuge pour itinérants pendant la pandémie de la COVID-19. Les Olympiques espèrent y retourner vers le 1er décembre, mais rien n’est officiel à ce sujet encore.


« C’est une situation qui est déplorable, personne ne s’attendait à ça. »
Louis Robitaille

La Ville de Gatineau a annoncé par voie de communiqué que le vieil aréna de quartier où les Olympiques ont dû se réfugier est fermé «de manière préventive... jusqu’à nouvel ordre».

Après une rencontre avec leurs homologues de la municipalité, les dirigeants des Olympiques se sont faits dire que les travaux de réparation à Baribeau pourraient prendre deux ou trois semaines, après des évaluations d’experts qui restent à venir dans les prochaines heures. Comme l’air n’est pas vicié, ils pourront continuer d’utiliser leur vestiaire, gymnase et bureaux temporaires à cet endroit, alors qu’ils iront s’entraîner au Complexe Branchaud-Brière, à moins d’un kilomètre de là, à compter de vendredi.

«Est-ce que c’est le plan pour les trois prochaines semaines ? Il est trop tôt pour le dire, mais au moins, on sait qu’à court terme, on va avoir un endroit où pratiquer et nos deux prochains matches hors-concours sont sur la route. On va continuer à avoir notre classe/école à Baribeau, et on va s’habiller là avant d’aller pratiquer à Branchaud-Brière», a indiqué Robitaille. 

Les Olympiques sont de nouveau privés de toit alors que l'aréna Baribeau est fermé pour une période indéterminée.

Selon le communiqué de la Ville, «une fuite dans les systèmes d’évaporation serait la cause (des niveaux trop élevés d’ammoniac). Il s’agit d’un enjeu mécanique hors du contrôle de la Ville. La santé et la sécurité des usagers et des employés est une première priorité pour la Ville de Gatineau. Les équipes sont à pied d’oeuvre pour régler la situation. La programmation prévue à cet aréna doit donc être annulée jusqu’à nouvel ordre. Plus de détails seront connus une fois que le diagnostic de la situation aura été complété. Les équipes municipales collaboreront avec les Olympiques et les organismes afin de trouver des solutions pour limiter l’impact de cette fermeture».

Robitaille a mentionné que la municipalité «réalise que ce n’est pas une situation idéale, mais elle travaille avec nous pour trouver des solutions».

Celui-ci préfère voir cette autre «tuile qui nous tombe sur la tête», comme il l’a appelée lui-même, comme de l’adversité qui peut être utile à ses joueurs. «Tout ce qui nous arrive maintenant va nous rendre plus fort, dit-il. Comme je l’ai dit depuis le début du camp, on est chanceux de pouvoir jouer au hockey, avec tout ce qui se passe avec la pandémie. On peut pratiquer, on a commencé à jouer des matches. Ce n’est pas le cas pour tout le monde au hockey mineur.»

Le prochain match hors-concours des Olympiques aura lieu dimanche, alors qu’ils rendront visite au Phoenix à Sherbrooke. Leur prochaine partie locale est prévue pour le samedi 26 septembre prochain, et elle aura lieu soit à Baribeau si les travaux de réparation sont terminés, soit à Branchaud-Brière.