La jeune Ottavienne Anna-Raphaelle Serghi prendra part aux championnats canadiens Rogers des moins de 16 ans à Gatineau auquel plus de 80 joueurs participeront.

Les meilleures raquettes canadiennes à Gatineau

Moins d’un mois après la tenue du Challenger de Gatineau, le parc de l’Île accueille un autre important rendez-vous de tennis.

Les championnats canadiens Rogers des moins de 16 ans ont commencé lundi matin, peu de temps après le passage de la pluie. Plus de 80 joueurs participent au rendez-vous.

« C’est déjà la cinquième année que nous accueillons ce tournoi qui avait lieu auparavant à Mississauga », a rappelé le coprésident des Internationaux de tennis de Gatineau, Mathieu Toupin.

« C’est moins gros que le Challenger, mais il y a quand même une zone des joueurs. Nous avons organisé un souper pour les joueurs. Il y a eu le tirage au sort. Il y a quand même pas mal d’énergie ici. Les gens qui passeront seront surpris du niveau de jeu, surtout à la fin de la semaine. »

Les finales auront lieu samedi.

Seulement deux joueuses locales sont inscrites. Ariane Souligny, de Gatineau, a remporté son premier match lundi après-midi, défaisant Mabel Eva Gerard en deux manches identiques de 6-0.

L’ado de 15 ans n’avait pu participer à l’édition précédente. Elle s’était blessée au bas du dos en 2018.

« Je veux juste faire de mon mieux, et peut-être me rendre en quart de finale », a-t-elle dit, sourire en coin.

Il s’agit d’un retour aux sources pour Souligny, qui s’entraînait auparavant chez Tennis Outaouais Performance (TOP) au parc de l’Île. Depuis deux ans, elle poursuit sa carrière de l’autre côté de la rivière des Outaouais, notamment au Ottawa Athletic Club (OAC).

L’autre saveur locale à ces championnats s’avère la jeune Anna-Raphaëlle Serghi, d’Ottawa. Elle n’a que 12 ans.

Son parcours a toutefois pris fin de façon prématurée.

La raquette franco-ontarienne a été contrainte à l’abandon alors que le deuxième set était égal 2-2.

Sa cheville a cédé. Serghi a eu besoin de l’aide de deux adultes pour quitter la surface de jeu.

Cette dernière avait remporté la première manche 6-3. Elle était la cinquième tête de série malgré son jeune âge.

« Ce sera une belle expérience d’affronter des joueuses de partout au pays. Je vais pouvoir apprendre de chaque match », disait-elle, une heure avant de faire son entrée en scène.

Serghi s’avère un produit du club de l’université Carleton.

Les favoris, autant chez les garçons que les filles, s’avèrent des Québécois.

Annabelle Xu et Maxime St-Hilaire ont tous deux remporté leur première joute à Gatineau.

St-Hilaire, de même que le deuxième favori masculin, Jaden Weekes, s’entraînent au centre national.

Collard est née en 2003, quatre ans après le dernier match en carrière de Graf.

+
COLLARD ADOPTE LE REVERS DE GRAF

Mélodie Collard va s’inspirer d’une des meilleures joueuses de l’histoire moderne du tennis quand elle va renouer avec l’action, la semaine prochaine, après plus de deux mois d’inactivité.

Une blessure au poignet gauche l’a forcée à revoir un aspect particulier de son jeu à l’entraînement. Elle va surtout effectuer des revers coupés au lieu de revers à deux mains quand elle participera aux Internationaux juniors de Repentigny.

« Elle va jouer comme Steffi Graf. C’est ce que je lui ai dit. C’est comme ça que je lui ai vendu l’idée », souligne son entraîneur Mathieu Toupin.

C’était une des armes favorites de l’Allemande durant son règne entre 1987 et 1999.

Collard est née en 2003, quatre ans après le dernier match en carrière de Graf.

« Je ne l’ai jamais vu jouer à la télé. Je suis allé voir des vidéos d’elle », a raconté l’adolescente âgée de 16 ans.

Collard se servira des Internationaux de Repentigny pour redémarrer la machine en vue de l’Omnium junior des États-Unis. Elle n’a pas joué depuis sa sortie à Roland-Garros en juin.

« C’était peut-être un mal pour un bien cette blessure. Ça m’a permis de me rétablir physiquement. J’avais joué plus de matches que prévu depuis le début de l’année. Je m’étais rendue plus loin que prévu dans les tournois », a-t-elle rappelé.

« Ça va être le fun de pouvoir jouer à nouveau. Le poignet fait encore un peu mal, mais ça va être correct. On va le ménager avec le revers. »

Collard n’aura pas besoin de passer par les qualifications à l’Omnium des États-Unis. Classée 46e au monde, elle accédera directement au tableau principal.