Paul Poirier et Piper Gilles ont terminé deuxièmes, samedi, aux championnats canadiens.

Les JO, huit ans plus tard

Paul Poirier attendait depuis longtemps d’enfiler à nouveau le manteau olympique aux couleurs du Canada.

« Huit ans », a précisé l’athlète franco-ontarien originaire de Cornwall au bout du fil, dimanche après-midi, après un point de presse à Vancouver. Sa partenaire Piper Gilles et lui venaient d’être nommés au sein de l’équipe de 17 patineurs artistiques canadiens qui fouleront la glace, le mois prochain, à PyeongChang.

« Ça fait huit ans que je m’entraîne pour retourner aux Jeux. Il y a tellement eu d’obstacles sur la route. Je suis fier de ce que nous avons accompli. »

Poirier avait terminé 14e à Vancouver aux côtés de Vanessa Crone. Le couple a mis fin à son association d’une décennie en juin 2011.

Gilles et lui ont commencé à patiner ensemble sur le circuit international à l’automne 2012.

Une fracture à une cheville de Poirier a ralenti la paire quelques mois avant les sélections olympiques de 2014.

« Je suis soulagé de savoir que nous y allons cette fois-ci. Je suis surtout heureux pour Pipper, qui vivra l’expérience des Jeux pour une première fois. »

Jamais, dit-il, que le duo a songé se séparer, il y a quatre ans.

« Ce n’était jamais une option, a assuré l’homme de 26 ans. Le succès en danse, c’est de rester avec le même partenaire pendant longtemps. Que les deux patineurs apprennent à bouger comme une seule personne. Ça prend des années pour créer cette familiarité. »

Place à James Bond

Pipper et lui ont assuré leur place aux Jeux en terminant deuxièmes, samedi, aux championnats canadiens derrière les champions olympiques de 2010, Tessa Virtue et Scott Moir. Tout ça malgré le fait qu’ils venaient de changer de routine en vue de leur programme long, un mois auparavant. « Ce que nous faisions depuis le début de la saison, ça ne marchait tout simplement pas bien », a relaté Poirier.

« C’était une décision très importante. Mais je peux maintenant dire que c’était la bonne. »

Le duo a patiné sous une trame sonore de James Bond.

« Nous étions nerveux au début. C’était la première compétition à laquelle nous présentions notre nouveau programme », a souligné Poirier.

« En même temps, je sais qu’il nous reste beaucoup de travail. Ce n’était pas assez bon en vue des Jeux. Car nous n’allons pas aux Jeux simplement pour y participer. Nous voulons gagner une médaille. »

Le meilleur résultat de Gilles et lui aux championnats du monde s’avère une sixième position en 2015.

Troisièmes fois pour Chan

Paul Poirier ne sera pas l’unique patineur local qui se rendra à PyeonChang. Patrick Chan, qui a vu le jour à Ottawa, a gagné le titre canadien pour une 10e fois en carrière samedi, s’assurant de participer aux Jeux à une troisième reprise. Il  a gagné deux fois l’argent à Sotchi.

Toujours chez les hommes, Keegan Messing sera le deuxième patineur canadien aux JO. Du côté féminin, Gabrielle Daleman, Kaetlyn Osmond et Larkyn Austman se sont qualifiées. Alaine Chartrand, qui s’entraîne parfois à Aylmer, a terminé quatrième aux championnats nationaux, ce qui signifie qu’elle doit se contenter d’un rôle de réserviste.

Quatre Continents

Patinage Canada lui a offert un prix de consolation. Chartand, 21 ans, sera la tête d’affiche de l’équipe canadienne aux championnats des Quatre Continents prévus du 22 au 27 janvier à Taipei.

Chez les couples, Meagan Duhamel et Eric Radford renoueront avec les Jeux. Ils seront accompagnés par les duos composés de Kirsten Moore-Towers et Michael Marinaro de même que Julianne Séguin et Charlie Bilodeau.

En danse sur glace, Kaitlyn Weaver et Andrew Poje seront la troisième paire qui fera le voyage avec les Poirier, Gilles, Virtue et Moir.