Les Sénateurs se sont inclinés 5-1 face aux Jets de Winnipeg.

Les Jets encore trop forts pour les Sénateurs

Paul Maurice avait assuré en matinée que ses Jets de Winnipeg ne prendraient pas les Sénateurs d’Ottawa à la légère, chaque point de classement étant trop important pour eux dans la course aux séries.

«Ils ont une meilleure fiche à domicile que nous, donc...», a fait remarquer l’intelligent entraîneur-chef des Jets.

Ses ouailles ont bien saisi son message et après avoir laissé les Sénateurs prendre les devants sur un but de Nick Paul, ils ont rapidement pris le contrôle de la rencontre en route vers un gain de 5-1 jeudi soir devant 11 183 amateurs au Centre Canadian Tire.

Laurent Brossoit a repoussé 29 tirs devant la cage des Manitobains pour arrêter la séquence de victoire des locaux à deux, eux qui ont une fiche de 3-2 lors de ce séjour à domicile de six matches qui prendra fin samedi avec la visite du Canadien de Montréal.

Ceux qui surveillent le bas du classement en vue de la «loterie Alexis Lafrenière» auront été doublement contents de ce revers des Sénateurs (21-29-11, 53 points) puisqu’il a été combiné à une défaite des Sharks de San Jose, 2-1 contre les Devils du New Jersey. Les Requins, dont les Sénateurs détiennent le premier choix, ont été rejoints au 26e rang du classement général par les Devils, les deux clubs ayant 56 points de classement.

Mark Scheifele a dirigé l’attaque des Jets avec un tour du chapeau et une passe, imitant son coéquipier Patrick Laine lors du gain de 5-2 des Jets contre Ottawa il y a deux semaines à Winnipeg en comptant tous ses buts avec l’avantage d’un homme.

«L’effort était bon, mais notre ‘P.K.’ (unité de désavantage numérique) nous a laissé tomber énormément. La rondelle a rebondi à quelques occasions, ça va arriver, a souligné le vétéran défenseur Ron Hainsey. Il y en a un où elle a frappé mon patin et ils ont compté là-dessus... On n’a pas sorti la rondelle aussi bien que lors des deux matches précédents.»

L’absence de Dylan DeMelo à la ligne bleue s’est probablement fait sentir un peu, lui qui a joué plus de 18 minutes à sa façon peu spectaculaire mais efficace à sa première sortie avec les Jets. Il a bloqué trois tirs, notamment, devant Brossoit, qui n’a effectué que peu d’arrêts difficiles tout en ayant l’aide de deux poteaux au premier tiers.

«Scheifele a été excellent pour eux sur le jeu de puissance, on doit trouver le moyen d’arrêter les meilleurs joueurs adverses, a souligné le centre Colin White. C’était un peu bizarre de voir DeMelo dans un autre uniforme. Il y a eu un bel hommage (à l’écran géant) et il a bien joué lui aussi. On va lui souhaiter la meilleure des chances.»

Kyle Connor (son 30e de la saison) et Nikolaj Ehlers ont aussi déjoué le gardien recrue Marcus Högberg, mis à l’épreuve à 34 reprises.

Drake Batherson a bien tenté de faire tourner le vent après les deux premiers buts en avantage numérique de Scheifele au premier tiers, lâchant les gants contre Jansen Harkins à la mise au jeu suivant le second filet pour son premier combat dans la LNH (deuxième chez les pros).

«C’était un match similaire au dernier contre eux, ils avaient compté trois buts en avantage numérique, ils en ont eu trois encore ce soir. On jouait bien en première période jusqu’à ce qu’on écope d’une punition et que la rondelle se retrouve au fond du filet, et la même chose après la punition suivante (au nouveau-venu Jayce Hawryluk). Ça a ruiné la période pour nous... C’était un peu un match bizarre», a analysé l’entraîneur-chef D.J. Smith après coup.

Ça l’a été en fin de rencontre surtout quand Scott Sabourin, Jean-Gabriel Pageau et Brady Tkachuk ont tous écopé de punitions de 10 minutes d’inconduite, les deux derniers lors d’une mêlée où Mason Appleton et Tucker Poolman ont aussi été envoyé aux douches.

>> Sommaire du match

+

Hainsey pas d’accord avec Smith

Pour une fois, D.J. Smith et Ron Hainsey n’étaient pas sur la même longueur d’ondes.

Le premier pensait que ses joueurs ont été affectés par le retranchement de Vladislav Namestnikov afin de le protéger d’une blessure vu qu’il pourrait être échangé.

«Ça a dérangé certains des gars, et ça a certes affecté nos lignes d’attaque. Ça fait partie de la vie, c’est ça qui est ça. Tout le monde sait que ça peut arriver quand vous êtes dans notre situation, vous devez être des pros et retourner au travail. On va pratiquer demain et on va jouer avec ardeur samedi (contre Montréal)», a-t-il dit.

Hainsey, le vétéran sur qui Smith se fie énormément, n’était pas d’accord. «Nous étions corrects, on sait où on en est avec tout ça. Ce n’était pas un problème du tout», a-t-il indiqué.

Auteur de l’unique but des siens, Nick Paul joue aussi de plus en plus en désavantage numérique et il n’a pas aimé voir les Jets compter trois buts pendant que des Sénateurs étaient au cachot. 

«Ils ont pris de bons tirs et il y a eu de bonnes déviations. On doit juste bloquer ces tirs de la pointe. Il faut juste être meilleurs», a-t-il noté à ce sujet.

Après avoir compté sur une mise au jeu gagnée par Colin White, Paul se sentait assez en confiance en début de deuxième pour tenter de compter en prenant un tir alors qu’il a ramené la rondelle entre ses patins, après avoir contourné Patrik Laine. Le gardien Laurent Brossoit a cependant résisté.

«J’ai juste essayé de déborder le joueur et je n’y ai pas vraiment pensé, j’ai juste laissé mes instincts prendre le dessus et je l’ai juste fait. J’imagine que ça montre que je suis en confiance présentement, donc je l’ai essayé», a-t-il dit.

«J’aimerais mieux qu’il tente ça et que ça rentre», a blagué Smith.