Denis Shapovalov se pointe à Montréal avec l’espoir de retrouver la voie du succès. L’Ontarien qui a grimpé jusqu’au 20e rang mondial après avoir pris part au carré d’as du Masters de Miami en mars mais il a compilé un dossier de 2-9 pendant la portion européenne du calendrier sur la terre battue et le gazon.

Les Canadiens veulent rebondir à la Coupe Rogers

WASHINGTON — Les amateurs de tennis canadiens croyaient bien qu’une dynastie était née le printemps dernier, à la suite des excellents résultats des jeunes représentants de l’unifolié aux tournois d’Indian Wells, en Californie, et de Miami.

En conséquence, plusieurs questions restent en suspens quant à la véritable valeur des joueurs canadiens à l’aube des Coupes Rogers de la semaine prochaine. Les dames s’exécuteront à Toronto et les hommes à Montréal.

Denis Shapovalov sera d’ailleurs de retour dans la métropole, où il s’était révélé au monde entier en renversant à la surprise générale Rafael Nadal en 2017. Deux ans plus tard, il piétine.

Shapovalov, qui a fêté son 20e anniversaire en avril, a grimpé jusqu’au 20e rang mondial après avoir pris part au carré d’as du Masters de Miami en mars. Mais il a compilé un dossier de 2-9 pendant la portion européenne du calendrier sur la terre battue et le gazon. L’Ontarien n’a pas savouré de victoire en deux mois et demi, et il s’est retiré de l’Omnium Citi plus tôt cette semaine.

«Écoutez, Denis a 20 ans, j’en ai presque 19, tout comme Bianca. Si tout se déroule bien, avec un peu de chance, nous passerons de nombreuses années sur le circuit, et nous partagerons de grands moments avec les partisans. Je demanderais donc aux amateurs d’être patients, tout comme nous», a évoqué le Québécois Félix Auger-Aliassime, qui a aussi participé aux demi-finales à Miami et qui prendra part à la Coupe Rogers de Montréal pour la première fois de sa carrière la semaine prochaine.

«Tout comme les amateurs, nous souhaitons faire partie du top-10, nous voulons être no 1, a-t-il ajouté. Mais ça prend du travail, et ça prend du temps. Nous devons tous rester calmes, et garder notre sang-froid.»

Quant à Milos Raonic, il a négocié avec une blessure récurrente au dos ce printemps, même s’il a enregistré de très bons résultats. Ce n’était que la plus récente blessure sur la liste — très longue — de celles qui ont ennuyé le tennisman âgé de 28 ans depuis quelques années.

Même si Raonic est parvenu à demeurer dans le top-20, il n’a pas été en pleine santé depuis fort longtemps, l’empêchant ainsi d’exploiter son talent au maximum.

Raonic assure qu’il s’en approche, et il croit toujours qu’il est possible que trois Canadiens fassent un jour partie du top-10 mondial. Et à l’instar d’Auger-Aliassime, Raonic prêche lui aussi la patience.

«Pour faire partie du top-10, il faut que tu expulses quelques joueurs. Qui va se faire expulser, et quels sont ses résultats? Si on compte Félix, Denis et moi, alors il ne reste que sept places pour les autres — sur le reste de la planète. Ce sera très difficile à accomplir. C’est faisable, mais pour y parvenir ça prendra du temps.»

Chez les femmes

Du côté féminin, Bianca Andreescu a percé le top-25 mondial après avoir triomphé à Indian Wells et s’être qualifiée pour le quatrième tour du Masters de Miami.

Cependant, depuis ce temps, la joueuse âgée de 19 ans n’a disputé qu’un seul match - une victoire au premier tour des Internationaux de France en mai, avant de déclarer forfait en raison d’une blessure à une épaule qui était apparue pendant sa quête du titre à Indian Wells.

Andresscu compte toujours participer au tournoi devant ses proches, mais elle n’a toujours pas soumis son épaule à de longues séances d’entraînement, ni à de multiples répétitions à haute intensité, afin d’être prête à affronter l’élite mondiale.

Entre-temps, Eugenie Bouchard, de Westmount, n’a gagné que trois jeux avant de baisser pavillon devant l’Américaine Lauren Davis au premier tour de l’Omnium Citi de Washington cette semaine. L’ex-no 5 mondiale a été expulsée du top-100 il y a près de deux semaines. Elle n’a remporté que deux matchs sur le circuit de la WTA en 2019.