Personne n’a pu vaincre Guillaume Lortie Bourgeois chez les super-lourds élites.

Les boxeurs de Buckingham ont frappé fort

Marcellin Gaumont n’a pas perdu de temps à accrocher cette bannière au-dessus du ring du club de boxe qu’il a fondé, il y a cinq ans, en compagnie de sa conjointe Julie Bigras.

« Meilleur club », peut-on y lire. Un titre qui a été remis au club BG Buckingham lors des Gants d’argent, le week-end dernier, à Limoilou. Une compétition qui s’avère ni plus ni moins que les championnats provinciaux pour les pugilistes ayant disputé 10 combats ou moins dans les rangs amateurs.

« Normalement, ce sont de gros clubs qui reçoivent cette banderole. Il y avait 50 clubs sur place, dont certains de la région de Montréal qui existent depuis plus de 30 ans », relate Gaumont, visiblement ému.

« C’est comme si on nous avait remis un gros chèque. Nous avons un bon club. Les parents nous suivent de très près. Tout le monde travaille ensemble. Ça démontre aussi qu’il y a de beaux talents en Outaouais. De belles années s’en viennent. »

Trois produits du club BG Buckingham ont gagné l’or aux Gants d’argent.

Alexandre Gaumont a remporté ses trois combats chez les 165 livres élites, un par knock out et deux autres par knock out technique. Quant à Guillaume Lortie Bourgeois, personne n’a pu le vaincre chez les super-lourds élites.

Jean-Nicholas Henrie a aussi été déclaré champion des Gants d’argent chez les 165 livres juniors. Son adversaire en finale ne s’est jamais pointé pour le combat.

« Je trouve ça plate. Mais en même temps, Nic mérite cette médaille. Le mercredi avant la compétition, il a perdu sa 100e livre en un an et demi », souligne Gaumont, fier de la détermination du jeune homme.

« Quand il est arrivé chez nous à l’âge de 16 ans, il pesait 265 livres. Auparavant, c’est un petit gars qui était intimidé. Maintenant, il marche la tête haute. »

Frank Hamel, de la Petite-Nation, a ramené une médaille d’argent chez les 155 livres élites.

Deux autres boxeurs du club BG Buckingham ont aussi fait le voyage à Limoilou. Alexis Ledoux et Charly Dery ont participé au Combattant Ultime, une compétition présentée en parallèle des Gants d’argent et réservée aux athlètes ayant livré 20 combats et moins.

Ledoux a été déclaré champion chez les 114 livres tandis que Dery a obtenu le bronze chez les 90 livres.