Grimper 15 mètres en moins de dix secondes (épreuve de vitesse), se frayer une voie sur une paroi ardue (la difficulté) ou jouer de technique en sautant sans corde sur des prises sur des blocs (le bloc) : voilà tout l’art de l’escalade de haut niveau.

Les as de la grimpe se préparent pour les JO

PARIS — Dans 2 ans, un champion et une championne olympiques d’escalade seront sacrés pour la première fois. Spectaculaire et jeune, la discipline a séduit les JO, qui lui ouvrent la porte en 2020 avec un format hybride, testé lors des Mondiaux 2018 à Innsbruck.

Grimper 15 mètres en moins de dix secondes (épreuve de vitesse), se frayer une voie sur une paroi ardue (la difficulté) ou jouer de technique en sautant sans corde sur des prises sur des blocs (le bloc) : voilà tout l’art de l’escalade de haut niveau. Trois épreuves en salle au programme des Championnats du monde, de jeudi à dimanche 16 septembre.

Et c’est lors du dernier jour du grand rendez-vous mondial que sera testé pour la première fois le format entériné pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020, le combiné.

Aux JO, seuls un titre chez les dames et un titre chez les messieurs seront décernés. La Fédération internationale d’escalade (IFSC) a donc dû plancher sur une épreuve qui donnerait une chance à tous. Elle a opté pour cette épreuve combinée : les athlètes débuteront par la vitesse (en duel) puis s’illustreront sur 4 blocs avant une voie de difficulté.

Un peu à la manière du concours général en gymnastique artistique.

Le combiné aux Jeux
« Ce système favorise les spécialistes. Il faut être fort dans une discipline, être bon dans une 2e et minimiser les dégâts dans la 3e », explique à l’AFP le directeur national technique (DTN) de l’équipe de France, Pierre-Henri Paillasson alors que la France a contribué à l’élaboration de cette épreuve combinée.

Le format olympique s’inspire d’une épreuve déjà existante, appelée également ‘combiné’, mais qui désigne un vainqueur uniquement aux points parmi les athlètes ayant concouru sur les 3 épreuves. Là, il s’agit d’une épreuve en confrontation directe.

« On est dans l’inconnu car nous n’avons pas encore beaucoup d’expérience sur le combiné. Ces Championnats du monde vont être importants car ils vont nous permettre de voir ceux qui vont jouer le combiné pour Tokyo et ceux qui sont bons », souligne Paillasson.

L’Autriche, terre dédiée depuis toujours à la pratique de l’escalade, inaugurera donc la formule JO.

Le menu sera servi lors du dimanche de clôture. L’épreuve mettra aux prises les 6 meilleurs au classement général final des 3 épreuves (vitesse, bloc et difficultés).