Les Argonauts de Toronto ont remporté une victoire mémorable dans la neige, dimanche soir à la Place TD.

Les Argos gagnent la coupe

Ottawa accueillait le match de la coupe Grey pour la septième fois de son histoire, dimanche soir, à la Place TD. Ce fut de loin l’édition la plus mémorable à se dérouler dans la capitale nationale.

D’abord en raison des conditions météorologiques.

La 105e finale de la Ligue canadienne de football (LCF) a été présentée dans la neige. Beaucoup de neige. Les organisateurs ont même dû faire venir des camions de déneigement sur le terrain synthétique aux allures de tapis blanc.

C’est sans compter les ados qui ont passé leur soirée à pelleter ici et là. Même le président du conseil d’administration de la ligue a donné un coup de main.

Le point d’exclamation ? L’artiste invitée au spectacle de la mi-temps, Shania Twain, a été transportée vers la scène en... traîneau à chien.

Et la partie dans tout ça ? Tout aussi mémorable avec plusieurs gros jeux.

Un placement de 32 verges du botteur Lirim Hajrullahu avec 53 secondes à écouler en temps réglementaire a donné une conquête de la coupe Grey aux Argonauts de Toronto. Les champions de l’Est ont surpris les grands favoris, les Stampeders de Calgary, gagnant 27-24 devant 36 154 spectateurs.

« Je te l’avais dit que ce terrain me portait chance », a lancé Hajrullahu au journaliste du Droit en célébrant avec sa famille du Kosovo.

« Je n’étais pas nerveux. Je savais que je pouvais réussir la tentative, même si la surface était glissante. Ça fait deux ou trois ans que je me prépare à vivre pareil moment. »

Hajrullahu avait joué les héros à trois reprises par le passé pour ses équipes à la Place TD. « Ce championnat s’avère encore plus savoureux. Personne ne croyait en nous avant le début de la saison », a-t-il rappelé.

« Nous n’avions même pas d’entraîneurs ou de directeur général avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes. »

Hajrullahu n’a pas été le seul héros des Argos. Le demi défensif Cassius Vaughn a marqué un touché de 110 verges avec moins de cinq minutes à faire au quatrième quart pour créer l’égalité 24-24. Il a récupéré un ballon échappé par les Stampeders dans la zone des buts, galopant d’un bout à l’autre du terrain.

« Avec la neige, ce fut une fin de partie hollywoodienne pour nous », a avoué Hajrullahu.

Plus tôt dans la partie, DeVier Posey avait inscrit un touché sur une réception de passe de 100 verges de Ricky Ray, battant le record précédent de 99 verges dans un match de la coupe Grey. Le receveur américain, qui a terminé la partie avec 175 verges de gain, a été nommé joueur par excellence de la partie.

Quant aux Stampeders, il s’agit d’une deuxième défaite de suite en finale. Ils s’étaient inclinés en prolongation l’an dernier contre le Rouge et Noir. « Celle-là, elle est difficile à digérer », a soutenu l’entraîneur-chef Dave Dickenson.

« La différence, c’est qu’ils (Argos) ont réussi de gros jeux, pas nous », a-t-il ajouté.

Les Argonauts de Toronto, champions de la Coupe Grey

UNE CONQUÊTE GRÂCE À DES... CRAMPONS

Pendant que Shania Twain chantait trois de ses succès à la mi-temps, les Argonauts ont apporté un gros ajustement qui leur a permis de devenir les nouveaux champions de la coupe Grey.
« Nous avons changé nos espadrilles », a confié le receveur et joueur par excellence de la finale, DeVier Posey. « Nous avons opté pour des souliers avec des crampons modifiés. Une décision de notre préposé à l’équipement qui a fait toute la différence pour nous. »

Puis Posey a expliqué qu’un autre ingrédient devait être considéré pour expliquer cette conquête. « Il y a de l’amour dans l’air au sein de notre équipe », a-t-il dit.

« Une équipe qui est composée de joueurs et dirigeants qui ont dû vivre avec leur lot d’adversité dans la dernière année ou deux. Ça commence avec notre entraîneur Marc Trestman. Il a été congédié dans la NFL. »

« Tu as aussi S.J. Green, un des meilleurs receveurs de cette ligue, qui a été libéré pour une raison que j’ignore des Alouettes de Montréal. Même chose pour Bear Woods. Tous ces gens ont amené de l’amour avec eux. »

Des joueurs des Argos ont célébré en buvant du champagne. D’autres en multipliant les prises de photos.

Et il y a le secondeur Marcus Ball. Il a décidé de faire un ange dans la neige.

« Je suis tellement heureux pour tous ces gars. Personne ne nous accordait une chance de gagner ce match de la coupe Grey », a rappelé Green, vantant le travail du directeur général Jim Popp.

Il s’agissait d’une cinquième conquête de la coupe Grey pour l’ancien patron des Alouettes.

« C’est un travail d’équipe, a rappelé Popp. Je n’ai ajouté que quelques morceaux ici et là. J’étais confiant dès le camp d’entraînement que cette équipe pourrait réaliser de belles choses. Surtout, les joueurs y croyaient que nous pouvions devenir champions. »

« Surtout, ils n’ont jamais baissé les bras ce soir. Ils se sont battus jusqu’à la fin. »