Alexis Lepage sera en action samedi en Australie malgré la crise qui secoue le monde.
Alexis Lepage sera en action samedi en Australie malgré la crise qui secoue le monde.

Lepage en action, Gardijan en attente

Deux espoirs olympiques gatinois qui se trouvent en ce moment à l’étranger, deux réalités différentes.

Alexis Lepage sera en action samedi en Australie malgré la crise qui secoue le monde.

Aleksa Gardijan, lui, vient de voir sa compétition prévue la semaine prochaine à Rotterdam être annulée. Le premier s’avère un triathlète, l’autre un joueur de water-polo.

Lepage prendra le départ de la Coupe du monde de Mooloolaba. Il s’agira de sa première sortie de la saison.

Les deux événements précédents à son horaire en Chine et aux Émirats arabes unis avaient été annulés.

« Je ne suis pas surpris que la course soit maintenue. L’Australie est un peu moins touché. Il n’y a pas beaucoup de cas répertorié ici, même s’il y a des mesures de prévention qui sont prises. La réunion d’avant-course a eu lieu en ligne et non en personne pour éviter de se retrouver parmi un grand groupe », a soutenu Lepage au Droit.

« Mais pour les prochaines courses, je serai surpris si elles ne sont pas annulées. »

Une étape de la Coupe du monde doit avoir lieu la semaine suivante à Sarasota, en Floride. « Ça risque d’être compliqué pour plusieurs athlètes en raison des nouvelles politiques américaines », a soutenu Lepage. Ce sera notamment son cas.

« J’étais au Portugal, ça ne fait pas 14 jours. Je participais à un camp d’entraînement avec une partie de l’équipe canadienne », a-t-il précisé.

De son propre aveu, ses coéquipiers et lui se retrouvent devant un « gros point d’interrogation ». 

« Je veux continuer à m’entraîner, mais où », a-t-il lancé.

Quelques heures après l’entrevue, Lepage apprenait que le rendez-vous floridien avait finalement été annulé.

Toutes ces courses devaient lui permettre de se qualifier en vue des prochains Jeux olympiques... s’ils ont lieu au milieu de l’été.

Le triathlète de l’Outaouais a besoin de récolter des points ici et là.

« Je ne suis pas le seul qui a besoin de ramasser des points. Nous sommes plusieurs dans le même bâteau. Je peux juste me concentrer sur cette course-ci, de garder une approche positive. »

Quant à Gardijan, il se trouve déjà en sol hollandais avec ses coéquipiers de l’équipe canadienne. Ces derniers prenaient part à un camp d’entraînement en vue du tournoi de qualification olympique qui devait commencer le 22 mars.

La FINA a décidé jeudi de reporter la compétition à la fin mai, toujours à Rotterdam.

« Tous les athlètes et le personnel seront rapatriés au Canada le plus tôt possible et Water Polo Canada continuera de suivre les recommandations du Gouvernement canadien », a soutenu Water Polo Canada dans un communiqué de presse.

+

FEU VERT À LA LUTTE... POUR L'INSTANT

Un événement local résiste pour l’instant à la vague d’annulations en raison du coronavirus. Le tournoi panaméricain de sélection olympique en lutte aura bel et bien lui lors des prochains jours à Ottawa.

Près de 100 athlètes d’un peu partout en Amérique vont combattre au centre Shaw d’ici dimanche. «La majorité des lutteurs sont ici depuis déjà quelques jours. Ils ont participé à une autre compétition le week-end dernier», a souligné le directeur des communications de Lutte Canada, Chris Reith.

Ce dernier a expliqué que toute décision de maintenir ou annuler repose entre les mains de la United World Wrestling de même que les divers paliers de gouvernement. «Lutte Canada agit simplement comme hôte du tournoi», a-t-il expliqué.

Ce sont 12 lutteurs dans six catégories différentes qui obtiendront leur laissez-passer en vue des Jeux olympiques prévus à Tokyo.

La tête d’affiche de l’événement s’avère un produit local. Erica Wiebe, qui a grandi à Stittsville, s’avère la championne olympique en titre chez les 76 kg.

L’athlète âgée de 30 ans s’avère aussi médaillée de bronze aux championnats du monde en 2018.

«La lutte a de fortes racines à Ottawa et c’est là que tout a commencé pour moi. Ce sera passionnant de concourir chez moi avec mon club d’origine (le club de lutte de la Capitale nationale) qui me soutiendra dans la foule et se portera volontaire pour faire de cet événement un succès, a soutenu Wiebe au site web de Lutte Canada.

«L’équipe a travaillé dur pour préparer cet événement, et nous sommes tous prêts à offrir un grand spectacle aux spectateurs de la capitale du pays.»