Les Vikings ont notamment misé sur le centre recrue Pat Elflein pour donner un nouveau souffle à la ligne offensive.

Leçon apprise

CHRONIQUE / Les Vikings du Minnesota ont amorcé la saison dernière avec cinq victoires avant de s’écrouler en deuxième moitié pour terminer avec une moyenne de ,500. Le directeur général Rick Spielman a bien identifié les forces et faiblesses de son organisation pendant la saison morte et il a effectué les changements nécessaires pour que sa troupe s’en tire mieux en 2017.

On peut dire pour l’instant que le dg a accompli du très bon travail puisque les Vikings, qui n’ont pas été épargnés par les blessures, présenteront un dossier de 6-2 à la mi-saison s’ils gagnent dimanche contre Cleveland, ce qui devrait être une formalité.

L’an dernier, la solide brigade défensive des Vikings n’a pas été en mesure de tenir le coup pendant 16 rencontres, car l’attaque au sol manquait nettement de mordant avec seulement 75,3 verges par match. La défensive était sollicitée davantage de semaine en semaine et elle a fini par s’écrouler dans le dernier droit du calendrier. 

Afin de remédier à cette situation, Spielman a sauté sur l’occasion quand il a réalisé que le porteur de ballon Dalvin Cook (Florida State) était encore disponible en deuxième ronde au repêchage. Seulement deux demi-offensifs, Leonard Fournette (Jacksonville) et Christian McCaffrey (Caroline), avaient été sélectionnés lors du premier tour, même si les spécialistes mettaient le nom de Cook dans la même catégorie d’espoirs. Le dg des Vikings s’est empressé de transiger avec les Bengals pour avancer de sept rangs et mettre le grappin sur Cook avec le 41e choix.

Effacer et recommencer

Loin de s’asseoir sur ses lauriers, Spielman a répété le même manège la ronde suivante pour gagner neuf rangs et mettre la main sur un coéquipier de Cook chez les Seminoles, le centre Pat Elflein (70e rang). Un choix fort logique, car le dg et l’entraîneur des Vikings, Mike Zimmer, avaient tous deux la ferme intention d’améliorer la ligne à l’attaque, le maillon le plus faible du club en 2016. 

Les deux hommes ont démontré qu’ils étaient déterminés à remédier à cette situation dans les derniers jours du camp quand ils ont congédié le vétéran Alex Boone, un joueur autonome mis sous contrat à fort prix (26,8 millions $ pour quatre saisons), un an plus tôt. Spielman et Zimmer ont préféré rebâtir pratiquement à neuf la ligne offensive en misant sur une recrue (Elflein) et deux nouveaux venus (les agents libres Riley Reiff et Mike Remmers). Seul Joe Berger est de retour, mais il évolue maintenant à droite plutôt que comme centre.

La chimie s’est rapidement installée dans le groupe. Et à l’exception du deuxième match contre Pittsburgh, la ligne à l’attaque des Vikings a protégé de belle façon le quart Case Keenum, qui amorcera dimanche une sixième rencontre cette saison. Le quart numéro trois des Vikings — le vétéran Sam Bradford et le jeune Teddy Bridgewater sont tous les deux blessés — a su limiter les revirements, tout en trouvant le moyen de rejoindre plus souvent qu’à son tour l’ailier espacé Adam Thielen, qui figure parmi les meneurs de la NFL avec 43 réceptions et 529 verges. 

Malheureusement, Stefon Diggs, l’autre cible de choix de Keenum, a raté les deux derniers matchs en raison d’une blessure à l’aine, tandis que la saison de Cook a pris fin lors de la quatrième rencontre contre Detroit, alors que son genou gauche a cédé quand il tentait de se défaire d’un adversaire. La recrue de 22 ans occupait alors le troisième rang de la NFL avec des gains de 354 verges au sol.

Ces lourdes pertes n’ont toutefois pas empêché les Vikings de remporter leurs trois derniers matchs contre Chicago, Green Bay et Baltimore. Les porteurs de ballon Jerick McKinnon et Latavius Murray ont tour à tour remplacé Cook avec brio, tandis que la défensive, le point fort de l’équipe, s’est imposée avec Everson Griffen (neuf sacs), Harrison Smith, Anthony Barr et Xavier Rhodes pour donner le ton.

***

Des jeux blancs... et des absents 

Étonnant de constater que trois jeux blancs ont été réussis, dimanche, à une époque où l’accent est mis d’abord et avant tout sur le jeu offensif dans la NFL. Chargers, Rams et Jaguars ont réalisé un exploit qui n’avait pas été réussi depuis décembre 2012. Et on a eu droit à un autre coup de pinceau, jeudi, gracieuseté des Ravens, qui ont malmené les Dolphins, 40-0. L’attaque de trois des quatre équipes incapables d’inscrire le moindre petit point au tableau indicateur était dirigée par des réservistes comme Drew Stanton (Arizona), venu en relève de Carson Palmer blessé au bras en première demie, Jacoby Brissett (Indianapolis) et Matt Moore (Miami). Les Dolphins ont perdu les services de Ryan Tannehill au camp d’entraînement, tandis que Jay Cutler a été blessé aux côtes, dimanche. À Indianapolis, on se demande si Andrew Luck disputera au moins un match en 2017 après avoir été contraint d’interrompre l’entraînement, la semaine dernière. Les plus optimistes parlent d’un retour au jeu en décembre dans son cas. Ajoutez les noms d’Aaron Rodgers (Green Bay) et de Joe Flacco (Baltimore), victime d’une commotion jeudi, et la liste des quarts blessés est malheureusement beaucoup trop longue pour que la qualité du spectacle n’en souffre pas.

***

394

Le quart Trevor Siemain et les Broncos de Denver ont vu la deuxième plus longue séquence de matchs consécutifs de l’histoire de la NFL sans être blanchis prendre fin, dimanche, quand ils se sont inclinés 21-0 devant les Chargers de Los Angeles. Curieusement, les Colts d’Indianapolis avaient vu leur série de 375 rencontres sans être victimes d’un coup de pinceau, la troisième plus longue de l’histoire, prendre fin quelques heures plus tôt dans une défaite de 27-0 aux mains de Jacksonville. Les Raiders de Los Angeles avaient signé le dernier jeu blanc aux dépens des Broncos (24-0) le 22 novembre 1992.

Le quart des Broncos de Denver, Trevor Siemian

***

Mes choix

› Semaine 8:

Jeudi: 0/1

Dimanche: MINNESOTA c. Cleveland (à Londres), ATLANTA à N.Y. Jets, L.A. Chargers en NOUVELLE-ANGLETERRE, OAKLAND à Buffalo, Indianapolis à CINCINNATI,
San Francisco à PHILADELPHIE, Chicago à LA NOUVELLE-ORLÉANS, Caroline à TAMPA BAY, Houston à SEATTLE, DALLAS à Washington et PITTSBURGH à Detroit

Lundi: Denver à Kansas City

Semaine 9:

Jeudi: Buffalo à N.Y. Jets

› Semaine 7: 14/15 (93,3 %)

› Total: 67/107 (62,6 %)