Sébastien Collard, 17 ans, a obtenu un laissez-passer pour le tableau principal du prochain tournoi Futures de Gatineau.

Le tableau principal attend Collard

Mathieu Toupin était un brin émotif. Il venait d’annoncer que pour la première fois dans l’histoire du tournoi Futures de Gatineau, Tennis Canada octroyait un laissez-passer pour le tableau principal à un joueur de l’Outaouais.

Sébastien Collard va se mesurer à un des favoris dès le premier tour de ce rendez-vous international prévu du 24 février au 4 mars à la Sporthèque de Gatineau. La raquette âgée de 17 ans avait gagné une joute lors des qualifications l’an dernier.

« C’est un gars qui ramassait les balles il y a quelques années lors des parties de certains de ces joueurs. Là, il va en affronter un », a souligné Toupin, un des dirigeants du Futures de Gatineau présenté par le Groupe Turpin Financière Banque Nationale.

Son équipe des Internationaux de Tennis de Gatineau a dévoilé mercredi la programmation de la 11e édition dotée d’une bourse de 25 000 $US. Le Français Vincent Millot, qui se pointe au 210e rang mondial, sera le joueur le mieux classé à se présenter dans la région. La deuxième tête de série sera le Néerdanlais Tallon Griekspoor.

« Il (Griekspoor) a gagné cinq titres en simple en 2017. Il participe en ce moment à un tournoi de l’ATP 500 à Rotterdam où il vient de battre la 15e raquette mondiale Stan Wawrinka », a souligné le directeur du tournoi, Francis Milloy.

Ce dernier a aussi confirmé que le nouveau capitaine de l’équipe canadienne de la Coupe Davis, Frank Dancevic, participera au Futures de Gatineau pour la première fois de sa carrière. Il a gagné huit titres de l’ITF au pays au fil des ans.

« Ce sera son premier tournoi en 2018. Il a passé les dernières semaines auprès de sa conjointe qui a donné naissance au premier enfant du couple », a expliqué Milloy.

Que ce soit Millot, Griekspoor, Dancevic ou un autre adversaire classé parmi les 300 premiers joueurs au monde, Sébastien Collard sait ce qui l’attend. La partie sera nettement plus difficile que les championnats canadiens durant lesquels il a terminé troisième l’an dernier en simple masculin chez les 16 ans et moins.

« Ce sera surtout pour acquérir de l’expérience. Je n’ai aucune attente par rapport au résultat. Je peux toujours rêver de gagner... Mais je vais faire de mon mieux, a soutenu le produit de Tennis Outaouais Performance (TOP).

«Je me sens prêt. Je n’ai pas peur, même si je sais que je vais affronter un joueur très fort.»

Les trois autres laissez-passer seront octroyés plus tard par Tennis Canada. Huit joueurs issus des qualifications accéderont au tableau principal.

Parmi les joueurs qui tenteront de se qualifier, on retrouvera deux autres raquettes locales, Benjamin Lortie et Jean-Baptiste Mattesco.

«En ce moment, l’intérêt pour le tennis au Canada est à son plus fort grâce à nos joueurs qui s’illustrent sur les scènes locale, nationale et internationale, a rappelé Milloy.

«Nous avions 11 joueurs canadiens dans le top 200 en 2017. C’était une première pour Tennis Canada.»