Philippe Aumont est devenu le premier partant des Champions à connaître un match de plus de six manches cette saison.

Le Soleil sort à temps pour le match des Champions

Il tombait des clous sur Ottawa, en milieu de journée, dimanche. Il pleuvait si fort que la présentation du dernier match de la série opposant les Champions aux Aigles de Trois-Rivières n’était pas assurée.

Au terme d’une bonne discussion, le gérant Sébastien Boucher et le propriétaire Miles Wolff ont décidé d’aller de l’avant, tel que prévu.

« Je regardais les écrans radar. J’étais sous l’impression qu’on profiterait d’une période d’accalmie après 14 heures », a fait valoir Boucher.

« En plus, c’était au tour de Phillippe Aumont de lancer. Nous avions donc une belle opportunité de remporter une série », a-t-il ajouté.

Bien vu. Dans les deux cas.

Quand le soleil s’est pointé, Aumont est devenu le premier partant des Champions à connaître un match de plus de six manches, cette saison.

Il a réussi 11 retraits au bâton sans allouer un seul but sur balles en huit manches complètes de travail.

Les Champions ont vaincu les Aigles 10-2. Ils ont remporté une première série en 2019. Il s’est remis à pleuvoir une trentaine de minutes après la conclusion de la partie.

« Je n’étais pas satisfait de mon départ précédent. Je vous avais dit qu’on se reverrait dans cinq jours. Je me suis préparé différemment en prévision du match de dimanche. Quand je suis arrivé sur le monticule, j’avais l’impression que j’avais pas mal tout ce qu’il me fallait. C’était excellent. Je suis passé à l’attaque », a commenté Aumont, après la rencontre.

Le Gatinois a franchi le plateau des 25 manches lancées, cette saison. Il a retiré 34 frappeurs au bâton, jusqu’ici. Seulement trois frappeurs ont réussi à lui soutirer un but sur balles.

En quatre mots : début de saison dominant.

« Ce qui s’est passé, aujourd’hui ? Classique. Leur lanceur partant lançait vraiment, vraiment bien. Il compétitionnait. Les lancers du nôtre ne fonctionnaient pas », a commenté le gérant des Aigles, T.J. Stanton.

Chris Murphy, tellement dominant en 2018, continue de se chercher en 2019. Stanton l’a renvoyé aux douches après trois manches, dimanche.

« Nous étions pas mal foutus dès le départ », poursuit Stanton.

« Aumont contrôle un peu plus la zone des prises, cette saison. Il s’appuie davantage sur la précision de ses lancers. Il se sert bien de sa tête. Dimanche, il a utilisé la zone des prises de l’arbitre à son avantage. »

Les Champions retournent sur la route. Dans leur tournée québécoise des sept prochains jours, il pourra se consacrer à son rôle — important — d’instructeur des lanceurs.

« Plus il lance bien, plus il est crédible aux yeux des autres lanceurs, croit Sébastien Boucher. Les boys vont l’écouter, c’est certain. De toute façon, Phil a une bonne façon de s’adresser aux boys. Ils l’écoutent déjà très bien. »

Pinto démarre

Un autre joueur a démontré des signes encourageants, pour les Champions, à la veille d’un nouveau voyage. Le premier frappeur, le voltigeur Eduard Pinto, a cogné trois coups sûrs en quatre présences. Il a cogné son deuxième circuit de la saison. « Il peut être notre bougie d’allumage », dit Boucher, au sujet de celui qui frappait pour ,212 avant la rencontre.

Du côté des Aigles, Brendon Bedner a cogné deux coups sûrs à son premier match dans la Ligue Can-Am. Belle entrée en matière pour cet ancien joueur de calibre AA.