Mary Moran, directrice générale de Calgary 2026

Le saut à ski à Whistler lors des Jeux olympiques de 2026 à Calgary?

CALGARY — Un dirigeant du Comité international olympique a déjà affirmé que la distance entre Vancouver et Whistler était «trop longue» lors des Jeux olympiques d’hiver de 2010.

Cette fois, le CIO accepterait volontiers que les compétitions de saut à ski aient lieu à Whistler, en Colombie-Britannique, si la ville de Calgary, en Alberta, était retenue pour la présentation des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver en 2026.

La société de candidature de Calgary 2026 a suggéré de réutiliser les installations de Whistler pour le saut à ski et le combiné nordique, qui conjugue le saut à ski et le ski de fond.

Cependant, plusieurs personnes sont réfractaires à l’idée de présenter des compétitions olympiques hors de la province.

«Si nous présentons les jeux, ils doivent avoir lieu en Alberta, a dit le conseiller municipal Joe Magliocca. Nous allons payer pour la présentation des jeux et nos citoyens vont payer.»

Souhaitant réduire les coûts de la présentation des Olympiques et assurer un héritage durable, rendant une candidature plus attrayante, le CIO voit maintenant d’un bon oeil quand une candidature «retire le maximum des installations déjà en place et utilise des installations temporaires et démontables».

La directrice générale de Calgary 2026, Mary Moran, a affirmé à La Presse canadienne que la facture pour rénover le centre de saut à ski utilisé lors des Jeux olympiques de Calgary en 1988 serait cinq fois plus élevée que celle pour la présentation des compétitions à Whistler. Cette décision permettrait d’économiser 40 millions $, selon Moran.

Le président de Saut à ski Canada, Todd Stretch, a toutefois contesté les chiffres avancés par le comité de candidature.