Antoine Pruneau était content de ne pas revenir à Ottawa après la victoire du Rouge et Noir, samedi soir, à Vancouver.

Le Rouge et Noir retrouve le sourire

Antoine Pruneau était content de ne pas revenir à Ottawa après la victoire du Rouge et Noir, samedi soir, à Vancouver.

Ses coéquipiers et lui ont plutôt mis le cap vers Saskatoon où ils passeront les trois prochains jours à se préparer en vue de leur prochain match, vendredi, contre les Roughriders de la Saskatchewan. «C’est plaisant. Ça sera une semaine sans faire le ménage. Je peux même me permettre de ne pas faire le lit», a lancé le maraudeur québécois en riant au bout du fil.

L’atmosphère était détendue lundi lors des diverses réunions du Rouge et Noir (6-9-1) dans les Prairies. L’équipe a mis fin à une séquence de deux revers avec un gain impressionnant de 30-25 durant le week-end contre les Lions de la Colombie-Britannique.

Les champions de la coupe Grey ont comblé un retard de 19 points vers la fin du troisième quart pour récolter leur sixième victoire de la saison régulière. Ils se sont approchés à un point du premier rang de la division Est occupé par Toronto (7-8)

«Ça fait du bien que ce soit nous qui étions forts en fin de match», a soutenu Pruneau. Il faisait allusion aux nombreuses victoires échappées par le Rouge et Noir en deuxième demie en 2017.

Tiens la partie précédente contre les Riders, Ottawa a bousillé une avance de... 17 points.

«Nous savons qu’il reste encore beaucoup de travail devant nous. Mais cette victoire s’avère un premier pas dans la bonne direction», a ajouté Pruneau, qui a réussi un des jeux importants des siens dans ce gain contre les Lions.

Le receveur Greg Ellingson venait de marquer un touché pour réduire l’écart à 25-12 lorsque Brett Maher a effectué un court botté d’envoi. Le numéro 6 du Rouge et Noir a récupéré le ballon.

Quelques jeux plus tard, Diontae Spencer captait une passe de touché de 17 verges. C’était maintenant 25-19.

Ellingson allait marquer un second touché au milieu du quatrième quart pour donner l’avance aux siens.

«Je trouve que les entraîneurs avaient des couilles d’appeler ce jeu-là. C’était une belle marque de confiance envers nous, a avoué Pruneau en parlant du botté court.

«C’est un jeu que nous avons beaucoup pratiqué. Ce n’était pas trop complexe, mais nous l’avions bien exécuté.»

Plus tôt dans la seconde demie, le demi défensif Jerrell Gavins avait provoqué aussi un revirement. Il a plaqué le receveur Bryan Burnham, qui a échappé le ballon.

Un autre qui a connu un bon match?

Le quart-arrière Trevor Harris, qui avait raté les trois joutes précédentes en raison d’une épaule disloquée. Il a terminé la soirée en ayant complété 28 de ses 38 passes pour 380 verges et trois touchés.

«Je l’ai trouvé spectaculaire, a affirmé Antoine Pruneau.»

«Parfois tu vas voir des quarts un peu timides quand ils reviennent de pareilles blessures. En deuxième demie, Trevor a décidé de lancer le ballon, même s’il savait qu’il encaisserait des coups. Il a fait confiance à ses receveurs. C’est comme s’il n’avait jamais été blessé. Ça démontre que tu peux compter sur lui quand il y a un enjeu.»

Le Rouge et Noir profitera d’une première semaine de relâche après son match de vendredi. Sa dernière joute régulière est prévue le 27 octobre lorsque les Tiger-Cats de Hamilton seront à la Place TD.