Le Rouge et Noir a participé trois fois à la Coupe Grey en trois ans, comme participant deux fois et comme organisateur.

Le Rouge et Noir dit au revoir à la LCF

Les dernières journées ont été longues et les nuits se sont avérées très courtes. Jeff Hunt pourra toutefois enfin dormir. La semaine de la coupe Grey est terminée à Ottawa.

« Je suis un peu triste à l’idée de voir tout le monde repartir chez eux », avoue l’homme d’affaires et copropriétaire du Rouge et Noir. L’entrevue se déroulait quelques heures avant le botté d’envoi du match.

C’est Hunt et ses partenaires Roger Greenberg, John Ruddy et William Shenkman qui ont réussi à attirer la 105e finale de la LCF dans la capitale nationale. C’est eux qui ont insisté pour qu’une clause leur assurant la présentation du match de la coupe Grey en 2017 soit incluse dans l’octroi d’une franchise, il y a déjà 10 ans.

« Chaque année, la ville hôtesse va proclamer qu’elle a présenté la semaine de la coupe Grey la plus mémorable, rappelle en riant Jeff Hunt, qui a assisté à une vingtaine de finales. 

“À mes yeux, nous venons d’établir de nouveaux standards. Autant les amateurs que les dirigeants de la ligue et des autres clubs que j’ai croisés à diverses fêtes ne cessent de louanger notre travail et la popularité de nos festivités.”

Hunt a rappelé que la majorité des activités organisées par le Rouge et Noir lors des cinq derniers jours se sont déroulées à Lansdowne Live. Elles n’étaient pas éparpillées à travers la municipalité comme ce fut le cas en 2004, la dernière fois qu’Ottawa a reçu le reste de la LCF.

“Tout s’est passé au même endroit, en prime avec le stade en arrière-plan. Les gens n’ont pas eu à courir à gauche et à droite. C’est rare que tout soit centralisé.

‘Cela a porté fruit. Plusieurs de nos activités affichaient complet. J’ai dû quitter une fête de partisans samedi, car il y avait trop de monde. Je considère ça un succès.’

Il reste que le lendemain de veille pourrait être difficile pour le Rouge et Noir. La jeune franchise a vendu un nombre record de 17 000 billets de saison en 2017. Plusieurs des partisans avaient acheté un abonnement afin d’assurer leur siège en vue du match de la coupe Grey.

La direction de l’équipe s’attend à ce qu’une partie de ces amateurs ne soit pas de retour l’an prochain. ‘La dynamique sera différente’, reconnaît Hunt.

‘On ne se plaindra pas. Nous avons été chanceux jusqu’ici. En quatre ans, notre organisation a joué un rôle significatif dans le match de la coupe Grey. Une année, nous avons perdu en finale. Une autre année, nous avons gagné. Et puis cette année, nous avons présenté cette finale.’

Rumeurs

Qui dit semaine de la coupe Grey, dit une semaine durant laquelle le moulin à rumeurs tourne à plein régime. Ce fut le cas à Ottawa.

Le directeur général des Alouettes de Montréal, Kavis Reed, a confirmé avoir demandé et obtenu la permission du Rouge et Noir afin de discuter avec un membre de leur personnel au sujet du poste vacant d’entraîneur-chef. L’homme visé ? Le coordonnateur offensif Jaime Elizondo.

On dit que les Alouettes croient qu’une embauche d’Elizondo augmenterait leurs chances d’attirer dans leur nid le quart-arrière vedette Trevor Harris, qui peut devenir joueur autonome en février. 

Reed a aussi reçu le feu vert des Lions de la Colombie-Britannique afin de jaser avec Marcel Bellefeuille. L’ancien entraîneur-chef des Gee Gees de l’Université d’Ottawa a été un adjoint à Vancouver lors de la dernière saison.

On l’a vu ici et là ces derniers jours dans son patelin. Bellefeuille a participé notamment à un colloque au sujet des commotions cérébrales dans le football.

Il a aussi beaucoup été question de l’avenir des instructeurs chez le Rouge et Noir. Travis Moore et Ike Charlton, qui s’occupaient respectivement des receveurs et des demis défensifs, ne seraient pas de retour en 2018. L’avenir de l’instructeur de la ligne offensive, Bryan Chiu, s’avère aussi très nébuleux.

L’équipe a refusé de commenter ces rumeurs. Elle a rappelé que la LCF impose un embargo à ses clubs concernant toute embauche ou mise sous contrat durant la semaine de la coupe Grey.

LANGLAIS ET LES STAMPEDERS SOUS LE CHOC

Les erreurs individuelles ont coûté la victoire et un titre aux Stampeders de Calgary. Le quart Bo Levi Mitchell a été intercepté en fin de match dans la zone des buts.

Le receveur Kamar Jorden a échappé le ballon dans la zone des buts, ce qui a mené au touché de 110 verges des Argos pour créer l’égalité.

Le spécialiste des longues remises a envoyé le ballon par-dessus la tête du botteur Rob Maver. Une gaffe qui a mené à un touché de sûreté des Argos.

Même le centre-arrière gatinois William Langlais n’a pas été à l’abri, écopant de deux pénalités, dont une au quatrième quart.

« Ça ne sert à rien de blâmer une personne », a soutenu l’ancien joueur des Griffons de l’Outaouais. Il a fini par avouer que les Stampeders ont « échappé trop souvent le ballon ».

Que cette défaite fait encore plus mal que celle de l’an dernier aux mains du Rouge et Noir.

Ailleurs dans le vestiaire, certains joueurs ne se gênaient pas pour montrer un coéquipier du doigt. On en voulait à Jorden.

« Deux mains sur le ballon. C’est simple. Il reste environ quatre minutes à faire au match. Nous menons par huit points. Nous avons l’option d’ajouter trois points avec un botté de placement. Nous n’avions pas besoin d’un effort supplémentaire d’un de nos joueurs à ce moment-là. Nous avions simplement besoin de protéger le ballon », a soutenu le vétéran receveur Marquay McDaniel.

Jorden, lui, ne s’est pas défilé.

« C’est dur. Tout ce que j’ai pu faire avant ce jeu, dans le match, ne compte plus vraiment. Je savais pourtant que je devais faire en sorte de protéger le ballon. J’aurais pu faire mieux », a soutenu Jorden, qui a terminé la partie avec six réceptions pour 117 verges et un touché.

La défaite reléguera aux oubliettes l’excellente performance en défensive de Jameer Thurman, qui a réussi sept plaqués, dont un sac. Aussi, elle enlèvera un peu de lustre au titre de joueur canadien par excellence du match de la coupe Grey qui a été remis au porteur de ballon Jerome Messam. Ce dernier a marqué deux des trois touchés des Stampeders.